dcsimg


b) Programme D’action De Bamako (2002)

(Adopted at the 9th Conference of the heads of state and government of countries using French as a common language, 20 October 2002)

PROGRAMME D’ACTION DE BAMAKO
Adopté par la IXéme Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant
le français en partage (Beyrouth, les 18, 19 et 20 Octobre 2002)

Le présent Programme d’action, Annexe à la Déclaration de Bamako, constitue le cadre de sa mise en œuvre

Ce document est le fruit d’une large consultation entre les Etats et gouvernements membres de la Francophonie, sur la base des recommandations émises par l’ensemble des acteurs et protagonistes des processus démocratiques associés à la préparation et au déroulement du Symposium de Bamako.

[...]

Ce partenariat rénové trouvera en particulier son expression en répondant aux objectifs suivants :

[...]

IV - Pour la promotion d’une culture démocratique intériorisée et le plein respect des droits de l’Homme

1. Promouvoir l’éducation aux droits de l’Homme, à la démocratie et à la paix 

  • Susciter une mobilisation significative pour l’ancrage de la culture des droits de l’Homme et de la démocratie, elle-même composante essentielle de la culture de la paix, comme préalable à la consolidation de l’Etat de droit démocratique et de la paix.

A cet effet :

  • Développer systématiquement une véritable éducation à la démocratie et aux droits de l’Homme dans chacun des pays francophones à tous les niveaux de l’enseignement, primaire, secondaire, universitaire et extra-scolaire intégrant, aussi, les activités de sensibilisation et de formation menées par les différents acteurs et artisans de la culture démocratique.
  • Impliquer davantage, à cet effet, la Francophonie dans le processus d'élaboration et de mise en œuvre de plans nationaux en matière d'éducation citoyenne et de formation aux droits de l'Homme et à la démocratie en partenariat avec les Organisations internationales et régionales œuvrant déjà dans ce sens;
  • Soutenir la formation de formateurs s'adressant à des catégories sociales et professionnelles dont les activités touchent particulièrement et directement le respect des droits de l'Homme, ainsi que l’application des principes démocratiques, et mettre l'accent sur la déontologie et les comportements qui doivent en découler ; favoriser, à cet égard, les formations croisées, de proximité, ainsi qu’au niveau régional (enseignants, magistrats, avocats, police, armée, personnels pénitentiaires, syndicats, fonctionnaires, journalistes, autorités morales) ;
  • Mettre l’accent sur les formations en droit humanitaire et de la paix, en particulier à l’intention des forces et des ONG œuvrant pour la sécurité des populations civiles, notamment les plus vulnérables, dans les cas de conflits armés ;
  • Contribuer à un travail en profondeur sur les textes nationaux régissant ces professions et soutenir les organes chargés de veiller à leur application, tels les nouveaux Observatoires sur la liberté et la déontologie de la presse ;
  • Renforcer les capacités des associations et des structures spécialisées, tels les centres d’aide et de consultation pour les femmes, les jeunes et les enfants et de leurs réseaux, en vue de l’information sur leurs droits, les recours pour les exercer, et leur pleine participation à la vie démocratique, en consolidant les initiatives et les programmes structurés durant ces dix années, tout en favorisant les nouveaux modes de dialogue;
  • Enrichir la banque de données des instruments didactiques significatifs produits dans les divers pays francophones pour promouvoir les droits de l'Homme et la démocratie, notamment à l’intention des jeunes et des femmes et diffuser les instruments les plus performants, notamment par le recours aux structures francophones d'information et de mobilisation communautaires, et, si possible, à l’utilisation des langues nationales;
  • Identifier et promouvoir résolument les modes de sensibilisation et de mobilisation diversifiés en faveur des droits de l’Homme et de la démocratie, en particulier avec le concours des médias francophones, en ayant recours aux Technologies de l’Information, et instituer un prix annuel de la Francophonie pour la démocratie, les droits et les libertés;
  • Sauvegarder la mémoire collective, par la constitution d’archives, écrites et audiovisuelles, le recueil de témoignages et l’élaboration d’ouvrages de référence.

[...]