dcsimg


Reportages

Les Missions permanentes de la France, du Royaume du Maroc, de la République des Maldives et de l’Italie auprès des Nations unies à Genève, et le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme ont co-organisé un événement en marge de la 34ème session du Conseil des droits de l’Homme
Lire la suite...

Faire en sorte que la participation des PMA et PIED aux travaux du Conseil des droits de l’homme en ce dixième anniversaire : « Campagne des 10 000 pour le 10ème »

Le HCDH a organisé un événement le 15 février 2016 afin de rassembler les bénéficiaires et les pays donateurs du Fonds d’affectation spéciale pour l’assistance technique à l’appui de la participation des pays les moins avancés (PMA) et des petits Etats insulaires en développement (PIED) et passer en revue les succès et les défis auxquels est confronté le Fonds.

Quelques 35 diplomates représentant des Etats donateurs et les bénéficiaires actuels ou potentiels se sont retrouvés pour expliquer en quoi la participation d’un nombre croissant de PMA et de PEID aux travaux du Conseil était essentielle et évoquer les défis que rencontraient ces Etats à atteindre cet objectif.

Eric Tistounet, fonctionnaire de haut rang du HCDH, a indiqué que “l’année 2015 a été historique pour le Fonds. Le nombre de pays bénéficiaires a triplé. Alors qu’en 2014, année de l’établissement du Fonds, sept délégués et deux boursiers ont été pris en charge, ce sont 20 délégués et six boursiers qui en ont bénéficié en 2015. Il a encore précisé que sur un total de 76 PMA et PIED, environ 45% de ces pays ont bénéficié du Fonds. En ce qui concerne la diversité des genres, le Fonds a également enregistré des progrès au cours de l’année.

Mme Fatou Camara Houel, Coordinatrice du Fonds, a fait le bilan sur l’avancement de l’outil d’apprentissage en ligne sur le Conseil des droits de l’homme (CDH) et ses mécanismes à l’attention des délégués des PMA et des PEID. Cet outil est une autre activité mandatée du Fonds. Elle a précisé que cet outil tient compte des besoins et prend aussi bien en compte les rôles complémentaires des représentants de gouvernements basés à la capitale que ceux stationnés à Genève. Cet outil de formation en ligne qui sera lancé lors d’un événement parallèle en juin prochain sera accessible aux personnes handicapées et disponible en anglais et en français.

Au cours des discussions qui s’en sont suivies, une douzaine de participants ont pris la parole afin de souligner l’importance du Fonds. Dans leurs interventions, les représentants de pays bénéficiaires tels que Bahamas, la Sierra Léone, Haïti, les Maldives, la République démocratique populaire lao et Djibouti, ont souligné toute l’importance du Fonds en insistant sur le fait que c’est grâce au Fonds qu’ils étaient en mesure de contribuer de façon plus active aux travaux du Conseil. La représentante permanente des Bahamas a indiqué que son pays envisageait l’établissement d‘une institution nationale des droits de l’homme. Elle a insisté sur le fait que le boursier soutenu en 2015 par le Fonds était considérablement impliqué dans ce processus. Les pays donateurs ont relayé l’impact positif du Fonds et la Suisse a annoncé une contribution de 25 000 francs suisses cette année. L’Ireland, le premier donateur du Fonds, de même que l’Allemagne et l’Italie ont également indiqué qu’elles continueraient de soutenir le Fonds. A cet événement, les quatre délégués des PMA et PEID bénéficiaires du Fonds pour participer à la 31ème session du Conseil (29 février au 24 mars), du Malawi, de Samoa, Saint-Christophe et Niévès et de Saint-Vincent-et-les-Grenadines. Trois délégués sont des femmes et bien qu’étant en charge des questions relatives aux droits de l’homme dans leurs pays respectifs, participent pour la première fois à une session du Conseil à Genève. M. Tistounet a également demandé à l’audience de les considérer comme leurs pairs, ce à quoi plusieurs missions ont répondu positivement.

« Nous devons comprendre que ce Fonds ne consiste pas à savoir qui en sont les donateurs et qui en sont les bénéficiaires. Il s’agit de permettre à tous les Etats membres qui n’ont pas de représentation à Genève de participer et de contribuer aux discussions ayant cours dans la Salle des droits de l’homme et de l’Alliance des civilisations », a poursuivi Mme Camara Houel.

Dans le cadre de ce Fonds d’assistance, la coopération avec des organisations cross-régionales comprenant des PMA et PIED a été soulignée. Mme Camara Houel a remercié le bureau des petits Etats du Commonwealth à Genève pour sa proposition d’offrir des bureaux aux délégués. L’organisation internationale de la Francophonie (OIF) a exprimé sa reconnaissance au Fonds pour l’assistance accordée à 10 délégués francophones sur un total de douze sélectionnés en juin 2015.

Les responsables du HCDH ont rappelé que le coût moyen de la prise en charge d’un délégué et d’un boursier était de 10 000 et 16000 dollars respectivement. « Par la beauté de ce Fonds, votre argent a désormais un visage » a noté Mme Camara Houel. « En soutenant le Fonds, avec une contribution modique, vous avez l’assurance que vous avez permis à un délégué, un pair, de porter haut les opportunités et les défis d’un PMA ou PEID », a-t-elle ajouté.

M. Tistounet a indiqué que le Fonds avait urgemment besoin de contributions afin de poursuivre ses activités. La campagne « 10 000 pour le 10ème » a alors été lancée. « Il est essentiel qu’à l’occasion du 10ème anniversaire de la première session du Conseil des droits de l’homme, un délégué de chacun des 193 Etats membres des Nations Unies puisse s’asseoir derrière le nom de son pays. Tous les PMA et PEID doivent pouvoir participer. En lançant cette campagne, nous comptons financer les 16 PEID qui ne disposent pas de représentation permanente à Genève », a-t-il conclu.

Le Fonds d’assistance, conçu pour augmenter la capacité humaine et institutionnelle des PMA et PIED, a été établi en mars 2012 par la résolution 19/26 du Conseil des droits de l’homme adoptée à l’unanimité par l’organe basé à Genève, afin de permettre aux délégations des PMA et des PEID de participer plus pleinement aux travaux du Conseil.

Pour de plus amples informations, merci de vous référer au lien suivant : http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/HRC/TrustFund/Pages/Stories.aspx*.