dcsimg
Site en Anglais Site en Français Site en Espagnol Site en Russe Site en Arabe Site en Chinois Entête OHCHR


Header image for news printout

« Des ‘solutions’ construites sur des fondations défectueuses » prévient l’experte de l'ONU, à la veille du Forum Mondial de l'Eau

GENÈVE (9 mars 2012) – La Rapporteuse spéciale des Nations Unies, Catarina de Albuquerque, a mis en garde contre la non prise en compte du droit à l’eau et à l’assainissement lors du « 6ème Forum Mondial de l'Eau», un rassemblement important de délégués de 140 gouvernements, d’ organisations internationales, d’ organisations de la société civile et de la communauté scientifique, représentant plus de 180 pays.

« C’est une surprise désagréable que le projet de déclaration ministérielle du 6ème Forum Mondial de l’Eau : Temps des solutions ne reconnaisse toujours pas l’eau et l’assainissement en tant que droit de l’homme, alors même que les Nations Unies l’ont fait de manière explicite », a déclaré l’experte chargée par le Conseil des droits de l’homme de promouvoir, surveiller et écrire des rapports sur le droit à l’eau potable et à l’assainissement. « Les gouvernements ne sont pas cohérents avec leurs décisions antérieures sur la reconnaissance du droit à l’eau potable et à l’assainissement, prises à l’Assemblée générale des Nations Unies. »

« Si les gouvernements passent une semaine à discuter des ‘solutions’ aux problèmes d’eau, sans les baser sur le droit à l’eau et à l’assainissement, qu’en sera-t-il des personnes qui ont le plus besoin d’eau et d’assainissement, et qui sont systématiquement négligées ? » s’est demandée Mme de Albuquerque. « Le résultat du Forum Mondial de l’Eau pourrait devenir une ‘solution’ basée sur des fondations défectueuses. »

Dans le projet de Déclaration ministérielle finale du 6ème Forum Mondial de l'Eau qui se tiendra à Marseille du 12 au 17 mars 2012, les gouvernements - poussés par une toute petite minorité de pays – n’ont pour l'instant pas réussi à affirmer explicitement que le droit à l'eau et l'assainissement doit servir de base pour toutes les solutions visant à garantir l'assainissement et l'eau pour ceux qui sont encore privés de ces services essentiels.

L'experte indépendante a en outre souligné que les normes internationales sur le droit à l'eau et à l'assainissement adoptées au sein des Nations Unies, doivent également guider les futures négociations du Sommet Rio +20 et des objectifs de développement post-2015. « Je suis convaincue que les États membres des Nations Unies sauront intégrer le droit à l'eau et l'assainissement dans les futurs accords mondiaux. »