Header image for news printout

Le Haut-Commissaire salue la décision de Pfizer d’interdire l’utilisation de ses produits pour des exécutions

GENEVE (19 mai 2016) – Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, s’est vivement félicité jeudi des initiatives annoncées par le laboratoire pharmaceutique Pfizer pour garantir que les produits qu’il fabrique ne soient pas utilisés pour mener des exécutions par injection létale.

« Les entreprises, dans de nombreux secteurs, peuvent aider à empêcher que des violations des droits de l’homme ne se produisent », a déclaré le Haut-Commissaire. « Il est encourageant de voir des entreprises contribuer activement au renforcement de la tendance vers la fin de la peine de mort. »

L’entreprise a annoncé qu’elle allait limiter la vente de sept de ses produits qui font partie de protocoles d’injection létale dans certains Etats. La revente de ces produits sera limitée et les institutions gouvernementales devront certifier que les produits qu’elles achètent ne seront en aucun cas utilisés à des fins pénales. Pfizer a déclaré vouloir surveiller la distribution de ses produits de manière rigoureuse.

Le Haut-Commissaire a demandé à toutes les entreprises d’agir conformément à leurs responsabilités en matière de droits de l’homme, telles qu’établies dans les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme de l’ONU, pour qu’elles « évitent d’avoir des incidences négatives sur les droits de l’homme ou d’y contribuer par leurs propres activités, et qu’elles remédient à ces incidences lorsqu’elles se produisent » et pour qu’elles « s’efforcent de prévenir ou d’atténuer les incidences négatives sur les droits de l’homme qui sont directement liées à leurs activités, produits ou services ».*

Il a noté que d’autres entreprises, au-delà de l’industrie pharmaceutique, pourraient être impliquées dans des activités liées à l’application de la peine de mort et a demandé à ces entreprises de mener, dans leurs activités, une procédure de diligence raisonnable en matière de droits de l’homme pour s’assurer qu’elles ne contribuent en aucune façon à l’application de la peine capitale.

Zeid Ra’ad Al Hussein a aussi exhorté les Etats à ne pas recourir à des sources douteuses pour obtenir les produits nécessaires à l’administration d’injections létales. Il a souligné que les Nations Unies s’opposaient à l’utilisation de la peine de mort en toutes circonstances.

FIN

* Les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme de l’ONU sont disponibles ici:   http://www.ohchr.org/Documents/Publications/GuidingPrinciplesBusinessHR_FR.pdf

Pour plus d’informations ou demande de la part des médias, veuillez contacter Rupert Colville (+41 22 917 9767 / rcolville@ohchr.org) ou Cécile Pouilly (+41 22 917 9310 / cpouilly@ohchr.org) ou Ravina Shamdasani (+41 22 917 9169 / rshamdasani@ohchr.org)

Pour vos sites d'informations et les médias sociaux: des contenus multimédias et des messages clefs sur nos communiqués de presse sont disponibles sur les comptes officiels du Haut-Commissariat sur les médias sociaux. Merci de nous référencer en utilisant les pseudonymes suivants:
Twitter: @UNHumanRights
Facebook: unitednationshumanrights
Instagram: unitednationshumanrights
Google+: unitednationshumanrights
Youtube: unohchr