Header image for news printout

RCA : la justice et la réconciliation sont primordiales pour une paix durable, selon une experte de l’ONU à la veille d’une conférence de donateurs

GENÈVE / BRUXELLES (16 novembre 2016) – Le système judiciaire en République centrafricaine doit être urgemment renforcé pour que le pays connaisse une paix durable, selon l’experte indépendante sur la situation des droits de l’homme en République centrafricaine, Marie Thérèse Keita-Bocoum.

« La recherche de la vérité et la réconciliation est également primordiale », a déclaré Mme Keita-Bocoum à la veille d’une conférence organisée le 17 novembre à Bruxelles afin des lever des fonds en soutien d’un plan national de consolidation de la paix.

« Les mesures détaillées dans le plan sont des moyens sûrs d’atteindre une paix durable dans ce pays ravagé par les conflits », a souligné l’Experte désignée par le Conseil des droits de l’homme pour suivre, rapporter et faire des recommandations sur la situation des droits de l’homme en République centrafricaine. « Ces mesures incluent le désarmement, la démobilisation et la réintégration des membres des groupes armés, ainsi que le retour des personnes déplacées, et la réforme du secteur de sécurité. »

Le Plan national pour la reconstruction et la consolidation de la paix a été conçu par le gouvernement de la République centrafricaine en collaboration avec les Nations Unies, l’Union européenne, et la Banque mondiale. Son succès dépend des promesses de contributions financières qui seront faites lors de la conférence.

« La conférence de Bruxelles constitue une occasion unique pour la communauté internationale d’accroître son soutien à la consolidation de la paix et la reconstruction en République centrafricaine », a déclaré Mme Keita-Bocoum.

« Sans justice, il ne peut y avoir de réconciliation durable en Centrafrique », a-t-elle ajouté. Elle a insisté pour que la Cour pénale spéciale soit opérationnelle dès 2017 et que des consultations nationales soient lancées afin de définir et permettre la mise en place de mécanismes non-juridictionnels de vérité et réconciliation.

L’Experte indépendante a noté avec satisfaction des progrès récents en République centrafricaine, mais a averti que ces gains seraient perdus si des mesures supplémentaires ne sont pas prises.

« Les progrès institutionnels de ces derniers mois, comme la ratification de sept conventions internationales des droits de l’homme et l’adoption d’une loi sur la parité, confirment la volonté des autorités centrafricaines d’avancer sur le chemin de la paix et de la reconstruction », a-t-elle souligné.

« La persistance des violations des droits de l’homme et une recrudescence de la violence depuis septembre montrent cependant combien il est crucial de soutenir les efforts de la population et du Gouvernement centrafricain en faveur des droits de l’homme et du développement », a-t-elle noté.

Mme Keita-Bocoum a en particulier fait référence aux violences dans le quartier de PK5 à Bangui, à Kaga Bnadoro et dans la Haute Kotto parmi les récents incidents étant une source de préoccupation.

Malgré des progrès et des élections réussies, la République centrafricaine est restée en proie à l'instabilité et à des troubles sporadiques depuis qu’une guerre civile a éclaté en 2013. Plus de 13 000 casques bleus sont actuellement déployés à travers le pays dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations Unies en Centrafrique (MINUSCA).

Mme Keita-Bocoum participera à la conférence des donateurs organisée conjointement par l’Union européenne, le gouvernement de la République centrafricaine, les Nations Unies, et la Banque mondiale afin de renforcer le soutien politique et financier aux efforts déployés pour la paix, la sécurité, la réconciliation et la reconstruction en Centrafrique.

Le mandat de l’Experte indépendante sur la situation des droits de l’homme en République centrafricaine a été créé par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU le 27 septembre 2013. Avant d’être nommée, Marie-Thérèse Keita-Bocoum a occupé différents postes tant dans son pays qu’au sein de l’ONU. Elle a d’ abord servi en tant que Rapporteuse spéciale sur la situation des droits de l’homme au Burundi, puis en tant que Directrice de la division des droits de l’homme et Représentante du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Darfour et en Afrique de l’Ouest auprès de l’UNOWA. Pour des renseignements supplémentaires, veuillez consulter : http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/SP/CountriesMandates/CF/Pages/IECentralAfricanRepublic.aspx

Les experts indépendants font partie de ce qui est désigné sous le nom des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, l’organe le plus important d’ experts indépendants du système des droits de l’homme de l’ONU, est le terme général appliqué aux mécanismes d’ enquête et de suivi indépendants du Conseil qui s’adressent aux situations spécifiques des pays ou aux questions thématiques partout dans le monde. Les experts des procédures spéciales travaillent à titre bénévole; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ils ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants des gouvernements et des organisations et ils exercent leurs fonctions à titre indépendant.

Page du HCDH sur le pays – République centrafricaine : http://www.ohchr.org/FR/Countries/AfricaRegion/Pages/CFIndex.aspx 

Pour des informations additionnelles et des demandes des médias, prière de contacter Renaud de Villaine (+41 79 444 49 17 / rdevillaine@ohchr.org)  ou d’écrire à ie-car@ohchr.org

Pour les demandes médias liés à d’autres experts indépendants de l’ONU:
Xabier Celaya, Haut-Commissariat des Nations Unies – Service presse (+ 41 22 917 9383 / xcelaya@ohchr.org)

Pour vos sites d’information et les medias sociaux : des contenus multimédias et des messages clés sur nos communiqués de presse sont disponibles sur les comptes officiels du Haut-Commissariat sur les medias sociaux, listés ci-dessous.  Merci de nous référencer en utilisant les pseudonymes suivants:
Twitter: @UNHumanRights
Facebook: unitednationshumanrights
Instagram: unitednationshumanrights
Google+: unitednationshumanrights
Youtube: UNOHCHR