dcsimg


Header image for news printout

Un expert des Nations Unies déclare que les droits de l’homme devraient forger les politiques économiques en Tunisie

GENEVE –TUNIS (28 Février 2017) – Un expert des Nations Unies a déclaré que l’investissement dans les droits sociaux et économiques pourrait renforcer la croissance inclusive,  éviter l’extrémisme violent et consolider la démocratie en Tunisie.

 L’expert indépendant des Nations Unies sur la dette extérieure et le plein exercice de tous les droits de l’homme, Juan Pablo Bohoslavsky a  indiqué à la fin d’une visite officielle en Tunisie que la révolution tunisienne de 2011 s’est traduite par des améliorations significatives des droits civiques et politiques et que les libertés acquises doivent maintenant être consolidées par des progrès similaires dans le domaine des droits économiques, sociaux et culturels. 

M. Bohoslavsky a souligné que la notion de croissance sociale inclusive était absente des réformes des politiques économiques appuyées par les institutions financières internationales sous le régime de l’ancien président Ben Ali. Il a déclaré que l’hypothèse était que la croissance économique seule améliorerait le niveau de vie. Cependant, la réalité est qu’une importante partie de la population a été laissée pour compte. 

« Les politiques économiques en Tunisie devraient être guidées par les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies et par les obligations de la Tunisie en matière de droits de l’homme. Personne ne devrait être laissé pour compte »  a insisté Mr Bohoslavsky.

« Les institutions financières internationales, les prêteurs bilatéraux et les autorités tunisiennes doivent faire des droits économiques et sociaux une priorité et continuer à soutenir les efforts nationaux pour lutter contre la corruption et les flux financiers illicites ».

Il a aussi souligné l’importance du respect par la communauté internationale de ses obligations dans le cadre de la Convention des Nations Unies contre la Corruption. La communauté internationale doit également s’assurer de la restitution rapide des avoirs acquis illicitement sous le régime de Ben Ali, en étroite collaboration avec les autorités tunisiennes.

« En aucun cas il ne devrait y avoir d’impunité pour le détournement de fonds publics à grande échelle » a souligné M. Bohoslvaksy. « Il doit y avoir une responsabilité pour les crimes financiers graves sous le régime de Ben Ali, ainsi que pour les intermédiaires qui ont facilité le flux des fonds illicites. Le rôle des prêteurs étrangers et des bailleurs de fonds qui ont financièrement assisté le régime de Ben Ali pendant de longues années devra aussi être examiné.
M. Bohoslavsky a ajouté : « Un meilleur contrôle des opérations de prêts et d’emprunts, la transparence, et la participation publique sont des éléments cruciaux pour s’assurer que les ressources publiques soient affectées à la réalisation des droits de l’homme et des Objectifs du Développement Durable. La dette publique ne doit pas créer des vulnérabilités économiques, sociales ou politiques, mais contribuer à une croissance sociale et à un développement inclusifs.»

 « Les droits de l’homme, la justice sociale et la redevabilité ne doivent pas être oubliés lors de la mise en place  d’un environnement favorable aux investissements productifs étrangers et nationaux. Ce sont des conditions préalables à la croissance inclusive »  a conclu l’expert.

M. Bohoslavsky, qui a visité le pays suite à  l’invitation des autorités tunisiennes, a rencontré plusieurs ministres, ainsi que des hauts fonctionnaires de l’État, et des membres du Parlement. Il s’est également entretenu avec des représentants d’institutions financières internationales, d’organisations internationales, des organismes nationaux des droits de l’homme et de lutte anti-corruption, des membres de la société civile de même que  des experts académiques. 

Ses conclusions et recommandations  seront présentées dans un rapport détaillé à une prochaine réunion du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies.

FIN

Lire sa déclaration complète de fin de mission en Anglais, ici.

Juan Pablo Bohoslavsky (Argentine) a été nommé comme expert indépendant chargé d’examiner les effets de la dette extérieure et des droits de l’homme par le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies le 8 Mai 2014. Avant cela, il travaillait comme Expert de la Dette Souveraine pour la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) où il a coordonné un Groupe Expert sur le La Dette Souveraine Responsable. Son mandat couvre tous les pays et a été récemment renouvelé par la résolution 25/16 du Conseil des Droits de l’Homme. Il est indépendant de tous gouvernements ou organisations, et exerce à titre personnel.

Les Rapporteurs Spéciaux font partie de ce qui est connu comme les Procédures Spéciales du Conseil des Droits de l’Homme. Les Procédures Spéciales, le plus grand organisme d’experts indépendants au sein du système des Droits de l’Homme des Nations Unies, est le nom général pour les mécanismes indépendants de recherche de faits et de monitoring du Conseil, qui traitent soit les situations spécifiques des pays ou les questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des Procédures Spéciales travaillent sur une base volontaire ; ils ne sont pas considérés comme membres du personnel des Nations Unies et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tous gouvernements ou toutes organisations, et exerce à titre personnel.

UN Human Rights, country page: Tunisia

Pour plus d’informations et pour les demandes de médias, prière de contacter :
Gunnar Theissen (+41 22 917 9321 / gtheissen@ohchr.org) ou écrivez à  ieforeigndebt@ohchr.or
g

Pour les demandes des médias concernant les autres experts indépendants des Nations Unies:
Bryan Wilson, OHCHR Media Unit (+ 41 22 917 9826 / mediaconsultant1hchr.org)