dcsimg


Header image for news printout

Un expert des Nations Unies met en garde contre la détérioration de la situation des défenseurs des droits de l’homme en Palestine et en Israël

​GENÈVE (21 mars 2017) – Les défenseurs des droits de l'homme qui s'efforcent d'attirer l'attention sur les abus commis par Israël dans les Territoires palestiniens occupés sont de plus en plus souvent visés en raison de leur action, selon un nouveau rapport d'un expert des droits des Nations Unies.

Michael Lynk – Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans les Territoires palestiniens occupés depuis 1967 – s'est déclaré profondément préoccupé par le resserrement de l'espace d'expression de la société civile dans le Territoire palestinien occupé, dans une déclaration au Conseil des droits de l'homme à Genève.

«Car les défenseurs des droits de l'homme – Palestiniens, Israéliens, internationaux – persistent avec leur militantisme intrépide à enquêter et à s'opposer au régime de violation des droits de l'homme qui fait partie intégrante de l'occupation. Tout semble indiquer qu'ils continueront à être les cibles privilégiées de ceux qui ne tolèrent pas leurs critiques, tout en s'inquiétant de leur efficacité,» a déclaré M. Lynk.

Le Rapporteur a noté avec inquiétude que les défenseurs palestiniens des droits de l'homme ont été victimes d'attaques, d'arrestations, de détention et de menaces contre leur vie et leur sécurité. «Ils ont subi des ingérences très élaborées dans leur indispensable travail et ont été confrontés à des dénonciations toxiques visant à les réduire au silence et à décourager leurs sympathisants,» a-t-il ajouté.

M. Lynk a également attiré l'attention sur l'action des organisations des droits de l'homme israéliennes qui dénoncent les violations des droits de l'homme commises dans le cadre de l'occupation. Il a fait remarquer que ces organisations «souffrent d'un climat public de plus en plus hostile en Israël et de la part du mouvement des colons, attisé par les dirigeants politiques israéliens et par les médias ainsi que par la législation obstructionniste promulguée ou envisagée par la Knesset.»

Le Rapporteur a insisté sur la nature essentielle de l'action de ces défenseurs. «Ils fournissent un travail de plaidoyer inestimable, produisent des analyses fiables et indépendantes, assurent une protection efficace, ont le courage d'enquêter et de protester et proposent à la fois une interprétation progressiste des droits actuels et une vision des nouveaux droits à venir. L'action de ces défenseurs des droits de l'homme dynamise et étend l'exercice des droits de l'homme pour nous tous.»

Dans ce rapport, le Rapporteur a également mis l'accent sur les projets urgents liés à la situation des droits de l'homme dans les Territoires palestiniens occupés. Il a noté avec inquiétude le rythme soutenu de l'entreprise de colonisation depuis le début 2017, en faisant référence à l'annonce de la construction de 6 000 nouveaux logements. Il s'est aussi inquiété de la législation baptisée «loi de régularisation», faisant remarquer que «supprimer l'une des seules barrières juridiques nationales à l'expansion des colonies éloigne davantage Israël du respect du droit international.»

Le Rapporteur a également attiré l'attention sur la situation à Gaza, insistant sur le fait que, alors que le blocus entre dans sa 10ème année, la situation est plus dramatique que jamais avec des infrastructures qui tombent en ruines sous l'effet de la croissance démographique et en raison des importations massives soutenues et des restrictions des déplacements. M. Lynk a, par ailleurs, relevé le déclin du nombre des autorisations de sortie délivrées à la fin de 2016. 

«La libre circulation des personnes permettrait de mettre l'éducation, la formation et de nouvelles compétences à la portée d'une partie du monde qui, non seulement est dans une situation désespérée, mais fait preuve d'une grande résistance et d'un réel potentiel d'innovation,» a ajouté le Rapporteur.

M. Lynk a appelé le gouvernement d'Israël à mettre fin au blocus de Gaza et à respecter la résolution 2334 du Conseil de sécurité qui réaffirme que les colonies de peuplement constituent «une violation flagrante du droit international». Il a demandé au gouvernement d'Israël de respecter pleinement et de mettre en œuvre les droits et obligations énoncés dans la Déclaration sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organes de la société de promouvoir et protéger les droits de l'homme et les libertés fondamentales universellement reconnus.

(*) Consulter le rapport complet du Rapporteur spécial.

FIN

En 2016, le Conseil des droits de l'homme des NU a nommé M. Michael Lynk (Canada) en tant que septième Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967. Le mandat avait été créé à l'origine par la Commission des droits de l'homme de l'ONU en 1993. En sa qualité de Rapporteur spécial, M. Lynk fait partie de ce que l'on nomme les procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Le terme «procédures spéciales», qui désigne le plus grand corps d'experts indépendants au sein du système onusien des droits de l'homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d'enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l'homme afin de traiter de la situation spécifique d'un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement; ils n'appartiennent pas au personnel de l'ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et siègent à titre personnel.

Droits de l'homme, Nations Unies, page d'accueil du pays:

Territoires occupés palestiniens

Israël

Pour de plus amples informations et les demandes des médias, veuillez contacter Katharine Marshall (+41 (0) 22- 917-9695 / kmarshall@ohchr.org) ou Kiyohiko Hasegawa (+41 (0) 22-928-9211 / khasegawa@ohchr.org)

Pour les requêtes des médias relatives à d'autres experts indépendants de l'ONU:
Bryan Wilson, Droits de l'homme, Nations Unies – Unité Médias (+41 22 917 9826 Mediaconsultant1@ohchr.org )


Taguer et partager - Twitter: @UNHumanRights et Facebook: unitednationshumanrights