dcsimg


Header image for news printout

Une experte des Nations Unies demande à la République dominicaine de " placer la protection des enfants au cœur de sa stratégie touristique "

GENEVE (18 mai 2017) - " Ceux qui viennent en République dominicaine pour exploiter sexuellement les enfants doivent savoir que leurs crimes seront punis, " a déclaré Maud de Boer-Buquicchio, la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la vente et l’exploitation sexuelle des enfants, à l’issue de sa première visite officielle dans le pays.

" La protection des enfants doit être au cœur de la stratégie touristique du gouvernement, " a insisté l’experte, en demandant au gouvernement de la République dominicaine " d’envoyer le signal fort que l’objectif de 10 millions de touristes d’ici 2022 ne doit pas être atteint au détriment des enfants en les exposant davantage au fléau de l’exploitation sexuelle. "

" La faute est souvent rejetée sur les familles et sur les enfants eux-mêmes alors que les coupables – souvent des étrangers de sexe masculin provenant de pays occidentaux dont les crimes sont facilités par toutes sortes d’intermédiaires – se promènent en toute impunité, " a ajouté Mme de Boer-Buquicchio.

La Rapporteuse spéciale a appelé le Ministère du tourisme à intégrer la prévention de ce fléau dans ses plans, à prendre la tête des efforts déjà déployés par le secteur privé des voyages et du tourisme, avec les acteurs locaux des communautés concernées, et à mettre en œuvre le Code de conduite pour la protection des enfants contre l’exploitation sexuelle dans le tourisme et l’industrie des voyages.

L’experte a salué les mesures adoptées par les unités spécialisées du ministère de la Justice (Procureur général de la République) visant à lutter contre les trafics et la criminalité basée sur les technologies avancées, qui se sont traduites par une série de condamnations, notamment de ressortissants étrangers. Elle a également appelé à une meilleure coordination entre la police et l’organisme chargé de la sécurité des touristes (CESTUR) afin d’améliorer la détection et le renvoi des affaires pour enquête criminelle. " La coopération policière et judiciaire internationale est également essentielle pour lutter contre l’impunité, " a-t-elle ajouté.

Concernant la question du mariage des enfants, une pratique répandue qui touche principalement les filles, elle a invité le Congrès dominicain à introduire dans la réforme du Code civil l’interdiction absolue du mariage des enfants, sans exception, et ainsi envoyer un message clair pour combattre ce crime sexospécifique. 

" Je demande au Conseil national de l’enfance et de l’adolescence (CONANI) de s’attaquer à l’absence de programmes de soins, de rétablissement et de réinsertion complets au profit des enfants victimes de violence et d’exploitations sexuelles au moyen de centres multidisciplinaires de soins pour enfants et de personnel spécialisé pour aider les enfants et leurs familles, " a ajouté l’experte.

Mme de Boer-Buquicchio a attiré l’attention sur la situation particulièrement vulnérable des enfants des rues, dont la plupart sont d’origine haïtienne, et a rappelé aux autorités dominicaines leur obligation internationale de les aider et de garantir leurs droits à l’identité, l’éducation, la santé et aux perspectives de vie sans discrimination. Elle a aussi appelé à un renforcement de la coopération entre les autorités dominicaines et haïtiennes afin de remédier à la situation des enfants non accompagnés qui vivent et travaillent près de la frontière haïtienne et rappelé que " quand ces enfants restent dans le pays, ils doivent bénéficier de l’aide et de la protection des autorités dominicaines. "

À l’occasion de sa mission de huit jours, la Rapporteuse spéciale à rendu visite à des établissements pour enfants et rencontré des enfants exposés au risque d’exploitation sexuelle telles que les vendeuses ambulantes sur les plages. 

La Rapporteuse spéciale a également tenu des réunions à Saint Domingue, Dajabón, Puerto Plata, Sosúa et Boca Chica avec des autorités nationales et provinciales chargées de la prévention et de la lutte contre la vente et l’exploitation sexuelle des enfants, des membres de la société civile et des ONG spécialisées dans la protection de l’enfance, des représentants du secteur privé, des agences, des fonds et des programmes des Nations Unies.

Mme de Boer-Buquicchio présentera ses conclusions et ses principales recommandations dans un rapport complet au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, en mars 2018.

Mme Maud de Boer-Buquicchio (Pays-Bas) a été nommée Rapporteuse spéciale sur la vente et l’exploitation sexuelle des enfants par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en mai 2014 et son mandat a été renouvelé en mars 2017. Elle a occupé les fonctions de Secrétaire générale adjointe du Conseil de l’Europe entre 2002 et 2012. Mme de Boer-Buquicchio a ouvert la voie à l’adoption de la Convention du Conseil de l’Europe sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels. Elle préside la Fédération Européenne pour les enfants disparus et sexuellement exploités.
 
Les Rapporteurs spéciaux font partie de ce que l’on nomme les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme " procédures spéciales ", qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d’enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme afin de traiter de la situation spécifique d’un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement; ils n’appartiennent pas au personnel de l’ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et siègent à titre personnel.

Droits de l’homme, Nations Unies, page d’accueil du pays : République dominicaine    

Pour de plus amples informations et les demandes des médias, veuillez contacter Nekane Lavín (+41 22 917 9402 / nlavin@ohchr.org) ou écrire à srsaleofchildren@ohchr.org

Pour les requêtes des médias relatives à d’autres experts indépendants de l’ONU:
Xabier Celaya – Unité Médias, HCDH (+ 41 22 917 9383 / xcelaya@ohchr.org)

Vous êtes préoccupé(e) par le monde dans lequel nous vivons ? Alors DÉFENDEZ les droits de quelqu’un aujourd’hui.  #Standup4humanrights et visitez la page web à l’adresse http://www.standup4humanrights.org