dcsimg


Header image for news printout

Commentaire du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Zeid Ra’ad Al Hussein sur le décès de Liu Xiaobo

GENÈVE (13 juillet 2017) – Je tiens à exprimer ma profonde tristesse à l’annonce du décès, à l’âge de 61 ans, de Liu Xiaobo, figure emblématique de la paix et de la démocratie en Chine. Je présente mes sincères condoléances et rends hommage à son épouse, Liu Xia, ainsi qu’à sa famille et ses amis, et j’espère qu’il leur sera possible de le pleurer et de l’honorer dans le respect de leurs volontés.

Le mouvement des droits de l’homme chinois et international a perdu un homme de principes et un fervent défenseur, qui a consacré sa vie à la défense et à la promotion des droits de l’homme, de manière pacifique et systématique, et qui a été emprisonné pour avoir défendu ses convictions.

Liu Xiaobo et Liu Xia formaient un couple courageux. Ils étaient absolument dévoués l’un à l’autre. J’enjoins les autorités chinoises à garantir la liberté de mouvement de Liu Xia et à lui permettre de voyager à l’étranger si tel devait être son souhait.

Liu Xiaobo incarnait véritablement les idéaux démocratiques et non violents qu’il défendait si ardemment. Malgré son emprisonnement et sa séparation de la femme qu’il adorait, loin d’attiser sa colère et son amertume, Liu Xiaobo a déclaré ne nourrir aucune haine à l’égard de ceux qui le poursuivaient et le persécutaient.

Liu Xiaobo était la définition même du courage civique et de la dignité humaine, un poète et un intellectuel qui souhaitait et mettait tout en œuvre pour construire un avenir meilleur pour son pays. C’était un homme qui, en dépit de toute sa souffrance, a continué d’embrasser la politique de la paix. Il a été et continuera d’être une source d’inspiration et un exemple pour tous les défenseurs des droits humains.

FIN

Pour de plus amples informations et pour toute demande de la part des médias, prière de contacter Liz Throssell (+41 22 917 9466 / ethrossell@ohchr.org).

Taguez et partagez - Twitter: @UNHumanRights et Facebook: unitednationshumanrights