dcsimg


Header image for news printout

Les Philippines doivent prendre des mesures urgentes pour enrayer la spirale ascendante de violations des droits – ont déclaré des experts de l’ONU

GENEVE (31 juillet 2017) – Le gouvernement des Philippines doit prendre des mesures urgentes face à l’augmentation des violations des droits de l’homme, y compris des assassinats, des menaces contre les peuples autochtones et des exécutions sommaires d’enfants, a affirmé un groupe d’experts* des Nations Unies.

" Les violations ne cessent de croître à l’encontre de nombreux groupes dans la société et nous lançons un appel à l’action urgent au gouvernement, " ont déclaré les experts dans un appel conjoint à l’action. 

" Nous assistons à de graves violations multiples des droits de l’homme, en particulier contre les peuples autochtones et les défenseurs des droits de l’homme, " ont-ils souligné. " Les enfants ne sont pas épargnés et continuent d’être à haut risque dans un climat de violence dominante. "

Nous sommes choqués par les niveaux croissants de violence, d’homicides, d’intimidation et de harcèlement subis par les défenseurs des droits de l’homme – y compris ceux qui protègent les peuples autochtones – les organisateurs syndicaux, les agriculteurs et les membres de leur famille. "

En outre, selon les experts: " Les allégations d’exécutions sommaires, y compris d’enfants, sont elles aussi à la hausse. Tous ces cas doivent faire l’objet d’une enquête approfondie et les auteurs devraient être traduits en justice. "

Ils ont également souligné que certaines des personnes visées défendaient les droits de la population autochtone Lumad, qui aurait subi des menaces particulièrement graves sur l’île de Mindanao alors qu’elle tentait de défendre ses terres ancestrales face aux intérêts des entreprises, qui elles bénéficieraient de l’accompagnement ou du soutien direct des forces de sécurité.

Les experts ont noté que des sources fiables ont signalé de nombreux meurtres et exécutions extrajudiciaires de villageois, d’agriculteurs et de défenseurs des droits de l’homme travaillant à leurs côtés.

Lors d’une conférence télévisée le 24 juillet, le Président philippin Rodrigo Duterte a menacé de bombarder les écoles des Lumad à Mindanao.

" Nous exhortons le gouvernement à assurer une protection efficace des individus et des groupes qui peuvent être soumis à des exécutions extrajudiciaires, arbitraires ou sommaires ou à ceux qui ont reçu des menaces de mort, " ont déclaré les experts.

" Le gouvernement doit également empêcher l’incitation à la violence ou aux meurtres contre les communautés autochtones, les défenseurs des droits de l’homme et les agriculteurs, " ont-ils conclu.

Le groupe d’experts des droits de l’homme des Nations Unies a été en contact avec le Gouvernement des Philippines concernant ces préoccupations.

(*) Les experts: Mme Agnès Callamard, Rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires; M. Michel Forst, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme; et Mme Maud de Boer-Buquicchio, Rapporteuse spéciale sur la vente et l’exploitation sexuelle des enfants.

Les Rapporteurs spéciaux font partie de ce que l’on nomme les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme " procédures spéciales ", qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d’enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme afin de traiter de la situation spécifique d’un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement; ils n’appartiennent pas au personnel de l’ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et siègent à titre personnel.

Droits de l’homme, Nations Unies, page d’accueil du pays – Philippines

Pour de plus amples informations et les demandes des médias, veuillez contacter Vanessa Asensio (+41 22 917 9001 / vasensioperez@ohchr.org) ou écrire à eje@ohchr.org 

Pour les requêtes des médias relatives à d’autres experts indépendants de l’ONU:
Xabier Celaya – Unité Médias (+ 41 22 917 9383 / xcelaya@ohchr.org)  

Vous êtes préoccupé(e) par le monde dans lequel nous vivons? Alors DÉFENDEZ les droits de quelqu’un aujourd’hui. #Standup4humanrights et visitez la page web à l’adresse http://www.standup4humanrights.org