dcsimg


Header image for news printout

Sierra Leone : Un expert des droits de l’homme des Nations Unies tire la sonnette d’alarme sur les souffrances occultées liées à la pollution toxique

FREETOWN / GENEVE (25 août 2017) – La population de la Sierra Leone souffre de l’exposition quotidienne aux produits toxiques et le gouvernement doit intensifier ses efforts, a fait savoir un expert des droits de l’homme des Nations Unies.

" De nombreuses mesures peu coûteuses n’ont pas encore été prises, " a déclaré le Rapporteur spécial Baskut Tuncak, qui termine une visite officielle consacrée à l’évaluation de la situation, tout en saluant les mesures décidées depuis la fin de la guerre civile en Sierra Leone destinées à instaurer des protections plus efficaces dans le pays, l’un des plus pauvres du monde.

" J’ai constaté les graves implications des substances et déchets dangereux pour les droits de l’homme, " a-t-il déclaré. " J’ai vu des communautés dans la plus grande décharge de Freetown et ses alentours – avec des enfants et des femmes enceintes – qui respiraient dans l’épais voile sombre produit par la pollution atmosphérique, buvaient de l’eau contaminée, s’y baignaient et s’y lavaient et mangeaient de la viande contaminée par les déchets. "

Et d’ajouter: " Malgré les preuves évidentes, l’ampleur des répercussions des substances et déchets dangereux sur les droits de l’homme en Sierra Leone reste largement méconnue. "

" Le manque de données fiables sur les émissions de polluants dans l’air, dans l’eau et dans le sol est très préoccupant, " a-t-il souligné. " Il est impératif que le gouvernement mette en place un dispositif fiable de suivi de la contamination de l’eau et de l’alimentation, de la pollution de l’air, des conditions de travail et d’indicateurs clés en matière de santé afin de définir les secteurs prioritaires d’intervention. "  

Selon lui, l’exploitation minière et agricole nécessitait une attention particulière et le gouvernement doit également veiller à ce que les déchets municipaux, la pollution atmosphérique et les produits chimiques soient correctement traités.

M. Tuncak a salué les efforts du gouvernement visant à améliorer la prospérité de la Sierra Leone, mais a averti que la relance de l’activité économique s’accompagnerait d’une élévation des niveaux de pollution toxique.

Le Rapporteur spécial a déclaré que la population ignorait tout des niveaux de contamination de l’air, de l’eau et de l’alimentation et des risques sanitaires comme le cancer, les affections respiratoires, les malformations congénitales et les troubles des fonctions cognitives.

" Des efforts supplémentaires doivent être engagés pour garantir le droit à l’information, sensibiliser la population et veiller à ce qu’une véritable consultation et une participation des communautés ait lieu dans le processus décisionnel en matière d’environnement, " a déclaré le Rapporteur spécial.

" Tout aussi préoccupante est l’impossibilité totale des personnes et des communautés touchées d’avoir accès à la justice pour défendre leurs droits et demander réparation. "

Il a incité le gouvernement à accélérer l’adoption de nouvelles lois et mesures essentielles sur le travail, les pesticides et les produits chimiques industriels; lois déjà élaborées mais qui n’ont guère progressé.

" Le gouvernement doit renforcer la mise en œuvre et l’application des lois existantes, tout en comblant les lacunes législatives, en instaurant les normes d’émissions manquantes et en élaborant des lois et politiques dans les domaines où elles sont imprécises voire absentes, " a-t-il indiqué.

Il a invité les autorités à prendre un certain nombre de mesures essentielles, notamment pour améliorer la transparence sur la négociation des contrats avec l’industrie, engager de nouveaux efforts pour sensibiliser la population sur l’incidence des déchets toxiques, reconnaître le rôle de la société civile et renforcer la coopération internationale.

M. Tuncak a également présenté, au cours de sa visite officielle, ses sincères condoléances à toutes les personnes endeuillées, blessées ou touchées par la coulée de boue meurtrière qui a eu lieu dans la capitale Freetown. 
 
La mission, qui s’est déroulée du 14 au 25 août, était la première visite officielle du Rapporteur spécial dans le pays. Celui-ci présentera au mois de septembre 2018 un rapport détaillé avec ses conclusions et recommandations au Conseil des droits de l’homme.

M. Baskut Tuncak (Turquie) a été nommé Rapporteur spécial sur les incidences sur les droits de l’homme de la gestion et de l’élimination écologiquement rationnelles des produits et déchets dangereux par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en 2014. En sa qualité de Rapporteur spécial, il fait partie de ce que l’on nomme les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme " procédures spéciales ", qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d’enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme afin de traiter de la situation spécifique d’un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement; ils n’appartiennent pas au personnel de l’ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et siègent à titre personnel.

Droits de l’homme, Nations Unies, page d’accueil du pays: Sierra Leone

Pour de plus amples informations et les demandes des médias, veuillez contacter:
En Sierra Leone (au cours de la visite): (Alessandro Marra / +41 79 444 4332)
À Genève (avant et après la visite): Alessandro Marra (+41 22 917 9882 / amarra@ohchr.org) ou écrire à srtoxicwaste@ohchr.org

Pour les requêtes des médias relatives à d’autres experts indépendants de l’ONU:
Xabier Celaya – Unité Médias (+ 41 22 917 9383 / xcelaya@ohchr.org)  

Vous êtes préoccupé(e) par le monde dans lequel nous vivons? Alors DÉFENDEZ les droits de quelqu’un aujourd’hui. #Standup4humanrights et visitez la page web à l’adresse http://www.standup4humanrights.org