dcsimg


Header image for news printout

Les gouvernements et les entreprises doivent mettre les droits de l'homme au cœur du programme de développement, ont insisté des experts des Nations Unies

GENEVE / NEW YORK (15 septembre 2017) – Les efforts visant à impliquer le secteur privé dans les objectifs de développement mondiaux des Nations Unies doivent être alignés sur les droits de l'homme, a souligné un groupe d'experts des Nations Unies avant un important forum sur cette question.

Ils se sont exprimés alors que des dirigeants d'entreprises et des gouvernements du monde entier se préparent à assister la semaine prochaine au Forum des Nations Unies sur le secteur privé à New York pour discuter des mesures et du financement des objectifs de développement durable.

Les objectifs convenus par les dirigeants mondiaux dans le cadre du programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies prévoient des partenariats entre le secteur privé et les gouvernements en vue d’apporter des solutions aux problèmes du développement mondial.

" Le meilleur moyen pour les entreprises de contribuer au développement durable est d'intégrer le respect des droits de l'homme dans toutes leurs opérations et chaînes de valeur ", a déclaré Anita Ramasastry, un des cinq membres du Groupe de travail des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l’homme qui participera au Forum du Secteur privé le 18 septembre.

" Les gouvernements, quant à eux, doivent respecter leurs propres engagements en matière de protection des droits de l'homme et inciter les entreprises à respecter les droits des personnes touchées par leurs activités ".

Les experts onusiens ont exposé dix recommandations clés  sur la façon dont les gouvernements et les entreprises doivent intégrer les droits de l'homme dans des partenariats pour atteindre les ODD.

Les recommandations détaillent comment les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme fournissent une feuille de route claire pour inclure le respect des droits humains dans les actions liées aux ODD.
" Le programme des Nations Unies à l'horizon 2030 fait référence à ces principes directeurs et souligne que les mesures pour la réalisation des ODD doivent respecter les normes internationales. Ce qu'il faut maintenant, c'est que les gouvernements, les entreprises et la société civile travaillent ensemble pour mettre en pratique ces principes " a ajouté Mme Ramasastry.

Le rôle des entreprises dans le développement durable sera à l'ordre du jour du Forum des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme, qui se déroulera à Genève du 27 au 29 novembre.

NOTE AUX ÉDITEURS: Pour de plus amples informations, voir Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030  (paragraphe 67) et la Lettre ouverte adressée par les organisations du secteur privé au participants du Forum des Nations Unies sur le secteur privé.

Le Groupe de travail sur la question des droits de l’homme et des sociétés transnationales et autres entreprises a été créé par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en juin 2011. Ses membres actuels sont : M. Michael Addo, M. Surya Deva (Président), M. Dante Pesce, Mme Anita Ramasastry (vice-présidente) et M. Pavel Sulyandziga.

Les groupes de travail font parties de ce que l’on nomme les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme " procédures spéciales ", qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme. Les groupes de travail rendent compte au Conseil des droits de l’homme et à l'Assemblée générale des Nations Unies.

Les titulaires de mandat au titre des procédures spéciales sont des experts des droits de l’homme indépendants nommés par le Conseil des droits de l'homme pour aborder la situation spécifique d’un pays ou des questions thématiques dans toutes les régions du monde. Ils ne sont pas membres du personnel de l'ONU et sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation. Ils siègent à titre personnel et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail.

Pour de plus amples informations et les demandes des médias, veuillez contacter le secrétariat du groupe de travail au : +41 22 917 9323 / wg-business@ohchr.org).

Pour les demandes médias liées à d’autres experts indépendants de l’ONU :
Xabier Celaya, Service de presse, HCDH (+ 41 22 917 9383 / xcelaya@ohchr.org)

Suivez-nous sur Twitter : @UNHumanRights / @WGBizHRs et Facebook : unitednationshumanrights