dcsimg


Header image for news printout

Les experts des droits de l'homme des Nations Unies demandent à Israël de revoir les charges retenues contre le militant palestinien Issa Amro

GENÈVE (7 juillet 2017) – Israël devrait réexaminer attentivement les accusations portées à l'encontre du défenseur palestinien des droits de l'homme Issa Amro, indiquent deux experts indépendants des Nations Unies.

M. Amro, fondateur de l'ONG Youth Against Settlements (La jeunesse contre les colonies), basée à Hébron, est jugé par un tribunal militaire israélien pour plusieurs chefs d'accusation, dont certains datent de quelques années et ont été relancés récemment.

" Selon les informations dont nous disposons, de nombreuses accusations portées contre M. Amro semblent viser directement son droit légal de protester pacifiquement contre l'occupation israélienne qui dure depuis 50 ans, " soulignent le Rapporteur spécial sur les Territoires palestiniens occupés, Michael Lynk, et le Rapporteur spécial sur les défenseurs des droits de l'homme, Michel Forst, dans une déclaration conjointe.

" Le travail non violent des défenseurs des droits de l'homme ne doit pas être entravé et attaqué par les autorités, même sous occupation militaire, " estiment les experts. " Leurs droits à la liberté d'expression et de réunion doivent être respectés et protégés. "

M. Amro et les militants de l'ONG Youth Against Settlements ont protesté contre la fermeture, par l'armée israélienne, du quartier palestinien entourant la rue Shuhada à Hébron, jadis prospère, et contre les colonies israéliennes illégales dans la ville et ses alentours. Leurs activités ont concerné notamment la gestion d'un centre communautaire, l'organisation de manifestations et l'opposition aux nombreuses restrictions imposées au quotidien aux Palestiniens par les militaires, notent les deux experts.

Les Rapporteurs affirment que les défenseurs palestiniens des droits de l'homme, y compris M. Amro, ont pendant longtemps été victimes de harcèlement, d'intimidations, de traitements discriminatoires et d'agressions physiques de la part de l'armée israélienne et des groupes de colons.

MM. Lynk et Forst appellent le gouvernement israélien à respecter scrupuleusement le droit international relatif aux droits de l'homme en ce qui concerne le traitement des défenseurs des droits de l'homme.

" Par ailleurs, nous sommes extrêmement préoccupés par la qualité de la justice appliquée aux Palestiniens sous occupation, " ajoutent les deux experts. " Le système israélien de justice militaire – auquel sont soumis tous les Palestiniens de Cisjordanie – présente un taux de condamnation supérieur à 99 %, ce qui suscite de sérieuses inquiétudes concernant le respect de nombreuses normes internationales garantissant la régularité des procédures, prévues par le droit des droits de l'homme et le droit humanitaire.

Si le tribunal militaire israélien condamne M. Amro pour l'un des chefs d'accusation qui pèsent contre lui, cela jettera un doute raisonnable sur la capacité du système à garantir la justice, " soulignent les Rapporteurs spéciaux.

M. Michael Lynk (Canada) est le septième Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans les Territoires palestiniens occupés depuis 1967. Il a été nommé en 2016 par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies. Ce mandat a été créé en 1993 par la Commission des droits de l'homme des Nations Unies.

M. Michel Forst (France) a été nommé Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'homme par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en 2014.

Les Rapporteurs spéciaux font partie de ce que l'on nomme les procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Le terme " procédures spéciales ", qui désigne le plus grand corps d'experts indépendants au sein du système onusien des droits de l'homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d'enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l'homme afin de traiter de la situation spécifique d'un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement; ils n'appartiennent pas au personnel de l'ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et siègent à titre personnel.

Droits de l'homme, Nations Unies, pages d'accueil des pays: Territoires palestiniens occupés et Israël

Pour de plus amples informations et pour toute demande de la part des médias, prière de contacter Katharine Marshall (+41 22 917 9695 / kmarshall@ohchr.org).

Pour les requêtes des médias relatives à d'autres experts indépendants des Nations Unies, prière de contacter Xabier Celaya – Unité Médias (+ 41 22 917 9383 / xcelaya@ohchr.org).

Suivez-nous sur Twitter: @UNHumanRights et Facebook: unitednationshumanrights

Le monde dans lequel nous vivons vous préoccupe? Alors DÉFENDEZ les droits de quelqu'un aujourd'hui. #Standup4humanrights et visitez la page web à l'adresse http://www.standup4humanrights.org