Header image for news printout

Une experte des Nations Unies demande à Bahreïn de suspendre les exécutions de deux hommes à la suite d’allégations de torture

GENÈVE (26 juillet 2019) – Bahreïn doit surseoir à l'exécution présumée imminente de deux hommes condamnés à mort sur la base d'aveux qui auraient été obtenus sous la torture et en l'absence de garanties de procédure régulière et d'un procès équitable, a déclaré une experte des droits de l'homme des Nations Unies.

Ali Mohamed Ali Mohamed Hakeem al-Arab et Ahmed Isa Ahmed Isa al-Malali auraient été arrêtés le 9 février 2017 lors d'une opération de sécurité. Ils auraient été torturés, n'auraient pas pu assister à leur procès et auraient été condamnés à mort par contumace.

« Les autorités doivent immédiatement mettre un terme au projet d'exécution de ces hommes, annuler leur condamnation à mort et garantir qu'ils soient rejugés dans le respect des normes et des lois internationales », a déclaré la Rapporteuse spéciale.

« La peine capitale devrait être uniquement réservée aux crimes les plus graves et à la suite d'un processus juridique incluant toutes les garanties possibles permettant d'assurer un procès équitable.

Je rappelle à Bahreïn que la seule chose qui sépare la peine de mort d'une exécution arbitraire est le plein respect des garanties les plus strictes de procédures régulières et de procès équitable », a souligné la Rapporteuse spéciale.

Cette experte avait auparavant demandé des clarifications du Gouvernement sur cette affaire.

FIN

Mme  Agnès Callamard, Rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires poursuit une carrière internationale remarquable dans le domaine des droits de l'homme et de l'action humanitaire. Mme Callamard dirige l'initiative Columbia Global Freedom of Expression de l'Université de Columbia et travaillait auparavant aux côtés d'Article 19 et d'Amnesty International. Elle a exercé comme consultante pour des organisations multilatérales et des gouvernements du monde entier, a mené des enquêtes sur les droits de l'homme dans plus de 30 pays et a publié de nombreux articles sur les droits de l'homme et les domaines connexes.

Les Rapporteurs spéciaux relèvent de ce qu'on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Le terme « procédures spéciales », qui désigne le plus grand corps d'experts indépendants au sein du système onusien des droits de l'homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d'enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l'homme afin de traiter de la situation spécifique d'un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement ; ils n'appartiennent pas au personnel de l'ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et siègent à titre personnel.

Page Web du HCDH consacrée à Bahreïn 
Pour plus d'informations et pour toute demande de la part des médias, veuillez utiliser les coordonnées suivantes. 
Genève : contactez M. Alessandro Marra (+41 22 928 93 21 / amarra@ohchr.org) ou écrivez à eje@ohchr.org

Pour toute requête des médias relative à d'autres experts indépendants des Nations Unies : M. Jeremy Laurence – Groupe des médias (+41 22 917 9383 / jlaurence@ohchr.org)

Suivez les actualités des experts indépendants des droits de l'homme des Nations Unies sur Twitter @UN_SPExperts.

Le monde actuel vous préoccupe ? DÉFENDEZ les droits d'autrui dès aujourd'hui. Rejoignez la campagne #Standup4humanrights et visitez le site Web à http://www.standup4humanrights.org