Back


Opening remarks by Eric Tistounet, Officer-in-charge, Human Rights Council Mechanisms Division of the Office of the High Commissioner for Human Rights to the opening of the fifteenth session of the Human Rights Council Advisory Committee

Back

10 August 2015

 Monday, 10 August 2015
Palais des Nations, Room XX


M. Le Vice-Président du Conseil des Droits de l’Homme,
M. Le Président du comité consultatif,
Distingués membres du Comité,
Excellences,
Mesdames, Messieurs,

J’ai l’honneur et le plaisir de vous accueillir ici aujourd'hui à l’ouverture de cette quinzième session du Comité Consultatif du Conseil des Droits de l’Homme.

Le Vice-Président du Conseil vient de vous donner un aperçu des activités du Conseil des droits de l’homme. Conformément à notre pratique établie, je vais de mon côté vous faire part de certains développements récents dans le travail du HCDH et au sein des Nations Unies en relation aux activités et priorités de votre Comité actuellement.

[Anciens mandats]

Mesdames et Messieurs les Membres,

Permettez-moi de commencer avec l'une des questions thématiques sur laquelle votre Comité s’est penché il y a quelque temps : le renforcement de la coopération internationale dans le domaine des droits de l'homme. J’ai le plaisir de vous informer que, suite à la présentation de votre rapport au Conseil, celui-ci a, lors de sa session en Mars de cette année, tenu une réunion-débat de haut niveau sur ce sujet dans le cadre de sa discussion sur l'intégration des droits de l'homme qui se tient annuellement. Vous seriez également intéressés de savoir que le Haut-Commissaire présentera prochainement un rapport au Conseil qui se penchera sur les moyens à mettre en œuvre pour renforcer la coopération internationale au sein des instances des Nations Unies chargées des droits de l’homme, notamment le Conseil des droits de l’homme, ainsi que les mesures qui pourraient être prises pour surmonter les obstacles et les difficultés rencontrés.

Nous ne pouvons pas parler de la coopération internationale dans le domaine des droits de l’homme dans le contexte actuel sans évoquer le débat en cours sur le développement durable. L'importance de l’année 2015 pour le développement, a été soulignée par le Haut-Commissaire, qui a dit que la pierre angulaire pour un monde meilleur sera posée en 2015 : un monde où le développement serait financé; les inégalités éradiquées; et les droits de l'homme respectés. Le Haut-Commissariat n’a cessé d’attirer l’attention de la communauté internationale sur le fait que les droits de l'homme sont essentiels pour atteindre et maintenir le développement. Les débats autour de la troisième Conférence internationale sur le financement du développement qui ont eu lieu à Addis-Abeba en Juillet dernier et ceux qui auront lieu lors du sommet pour le programme de développement de l'après-2015 en Septembre à New York, sont cruciaux ainsi que le programme récemment adopté incluant les objectifs de développement durable pour les années à venir.

[Rapports finalisés qui seront examinés par la 30e session du CDH]

Ceci me ramène aux rapports que votre Comité vient de finaliser sur deux de ses mandats, notamment le sport et le gouvernement local, rapports qui ont été soumis à la 30e session du Conseil.  Je suis heureux de voir que votre Comité y fait aussi référence au respect des droits de l’homme comme élément essentiel d’un développement durable.

En ce qui concerne le sport et les droits de l’homme, j’ai le plaisr de vous informer que le Haut-Commissariat s’engage davantage avec les organismes internationaux dans ce domaine et a récemment coopéré avec la Fédération International de Football Association (FIFA) et le Comité local d'organisation de la Coupe du Monde de la FIFA dans le lancement d'une nouvelle stratégie de développement durable pour la Coupe du Monde, et plus précisément celle de la FIFA 2018 qui se tiendra en Russie. Outre l’objectif général de réduire l’impact négatif de l’organisation de la Coupe du Monde sur la population locale et d’optimiser les effets positifs sur l’économie et l’environnement, cette stratégie fournit aussi une base adéquate pour œuvrer sur les défis à relever dans la vie sociale dans de tels contextes, et notamment la question d'inclusion et de non-discrimination dans le sport. Ainsi, la lutte contre la discrimination figure parmi les six principaux objectifs définis dans cette stratégie de développement durable.

[Rapports en cours]

Distingués membres,

La crise financière mondiale à laquelle nous faisons face depuis quelques années nous a rappelé que l’intensification de la coopération internationale dans la sphère économique est essentielle pour le redémarrage du commerce mondial et l'investissement. Les garanties pour les droits économiques et sociaux, y compris les droits du travail et des droits à l'alimentation, l'eau, la santé et la sécurité sociale, ne doivent pas en souffrir. Je prends bonne note du fait que ceci est aussi la conclusion de votre rapport préliminaire sur les activités de fonds vautours et leurs incidences sur les droits de l’homme sur lequel votre Comité se penchera cette semaine. Votre rapport souligne les principales préoccupations posées par les activités de tels fonds, qui ont souvent pour effet de réduire notamment la capacité des Etats endettés à remplir leurs obligations en matière de droits de l'homme. L’impact négatif des activités de ces fonds vautours est surtout ressenti sur la jouissance des droits économiques, sociaux et culturels. Je suis également heureux de noter que le rapport se réfère aux normes existantes en matières des droits de l’homme, notamment  les Principes directeurs sur la dette extérieure et ceux relatifs aux entreprises et les droits de l'homme, et énumère ainsi plusieurs de ces principes qui sont d'une importance particulière dans l'évaluation de l'incidence des activités de fonds vautours sur la jouissance des droits de l'homme.

[New mandates]

Distinguished members, Let me now turn to English.

While you will advance on your work on vulture funds this week, the Council has also entrusted you with new mandates, which are on your agenda for this session. Your proposal to conduct a study on unaccompanied migrant children bears all its importance in the current alarming context, where every day we sadly learn about incidents involving sometimes thousands of migrants. The situation of migrants today depicts the continuing failure of States and the international community as a whole to protect their rights, with migrants facing exploitation, discrimination and violence, and migrant children, who are unaccompanied or separated from their parents, being in an even more vulnerable situation.

It is noteworthy that the Committee on the rights of the Child has paid a special attention to the rights of children in the context of international migration since 2012, when it decided to devote its Day of General Discussion to this particular topic. In June this year, the CRC and the Committee on the protection of the rights of all migrant workers announced that they would examine in detail the rights of children in the context of international migration, with a view to adopting a joint General Comment in early 2017, which will provide a comprehensive, rights-based approach to the situation of children affected by migration. I trust that your study will also feed into this process.

Another new mandate that you will also be discussing this week, is the elimination of discrimination against persons affected by leprosy and their family members. This mandate, albeit new, relates to a topic on which your Committee has achieved a lot previously. Allow me to therefore briefly recall the past work done on this topic for the benefit of all of us present here today: In June 2008, by its resolution 8/13, the Council requested OHCHR to hold a meeting to exchange views among relevant actors on measures to eliminate leprosy-based discrimination. The same resolution requested your Committee to examine the report of that meeting and to formulate a draft set of principles and guidelines to eliminate discrimination against persons affected by leprosy, and their family members. These principles were endorsed in 2010 by the General Assembly, by resolution its 65/215.

Five and a half years later, in June this year, the Council, recognizing that persons affected by leprosy and their family members still face multiple forms of prejudice and discrimination today, and requested your Committee to review the implementation of the principles and guidelines and to submit practical suggestions for their wider dissemination and more effective implementation.

Distinguished Members,

[I was pleased to learn that at your last session you have held discussions on ways and means to enhance your interaction national human rights institutions. OHCHR has a section that facilitates interaction between NHRIs and the international system for human rights, and works closely with the International Coordinating Committee of NHRIs (ICC) to ensure that, through a rigorous, transparent and fair accreditation process, only NHRIs that have proved to be independent, credible and are in full compliance with the Paris Principles are granted the right to participate in the Human Rights Council and its subsidiary mechanisms. You will have the opportunity to engage with the Chief of this section this week and discuss further on the possibilities to strengthen the interaction of national institutions with your Committee.]

Your discussions on enhancing the interaction with all stakeholders also led to your decision of having regular meetings with NGOs. The participation of NGOs and their contribution to your work is indeed as essential as it is for virtually every activity of the UN. Civil society actors have been actively engaging with the UN since its inception in 1945. In Geneva and elsewhere, civil society has been playing a central and growing role in the work of the UN. In this regard, I am pleased to inform you that on the occasion of the 70th anniversary of the UN, the Office of the Director-General at UNOG held an event on 22 June, to assess the relationship between the UN and the civil society and to examine how this partnership could be strengthened, with particular emphasis on how the work in Geneva could have an even more important impact on the situation in different parts of the world. This was an opportunity to share the experience, practices and lessons learned for the continued engagement. A conference report will be compiled and the conclusions and recommendations therein might be of interest to you in your further discussions on this issue.

Distinguished Members,

As the OHCHR seeks to advance human rights for all and in all parts of the world in close partnership with civil society, national institutions and the broad international community, we are glad to be able to count on your expertise and the important work carried out by your Committee, which certainly has an impact on the effective realization of human rights across the globe.

Let me conclude here by assuring you the full support of the Secretariat for your activities. I wish you very fruitful deliberations at the present session.

Thank you

Back

Back

No