Header image for news printout

La crise du Covid-19 est un appel à transformer d’urgence notre modèle économique, affirme le nouvel expert de l’ONU sur la pauvreté

anglais

GENEVE (1er mai 2020) - La récession économique causée par la pandémie du Covid-19 souligne l'urgence d'investir dans une économie verte afin de créer des emplois et de réduire les inégalités, a affirmé Olivier De Schutter, qui entame son mandat de Rapporteur spécial sur l'extrême pauvreté et les droits de l'homme.

« La crise du Covid-19 est un appel urgent à l'action. Si nous faisons les bons choix dès à présent, elle peut être notre chance d'aller vers des sociétés plus inclusives et solidaires », a-t-il ajouté.

Avec une chute du revenu par habitant prévue dans plus de 170 pays, les personnes sans protection sociale seront les plus gravement touchées, dit M. De Schutter. Environs quatre milliards de personnes dans le monde n'ont aucune protection sociale, et ceux avec des emplois précaires, y compris les 2 milliards travaillant dans l'économie informelle, seront les premiers à perdre leur emploi.

« Conformément aux Objectifs de développement durable, nous devons sortir d'un paradigme de développement qui insiste sur la primauté de la croissance de l'économie, tout en espérant effacer les dommages environnementaux et de compenser les impacts sociaux de la montée des inégalités plus tard. Le modèle de croissance lui-même doit inclure, dès le départ, les exigences de durabilité environnementale et de justice sociale », a dit l'expert de l'ONU.

« Face à une crise de cette ampleur, l'engagement pris au sein de l'Organisation internationale du travail d'universaliser les socles de protection sociale est plus pertinent et plus essentiel que jamais », a ajouté M. De Schutter.

Les programmes de sécurité sociale doivent être vus comme un investissement et non comme un coût. « L'investissement dans la protection sociale et de la petite enfance prévenant les ménages aux plus faibles revenus de tomber dans la pauvreté sont d'un bénéfice considérable pour la société, et pour sortir de la récession économique ». 

En outre, le financement de la protection sociale est financièrement possible: « En moyenne, le coût de financement de l'ensemble des avantages liés aux socles de protection sociale représente 4,2 % du PIB pour les 57 pays à  bas revenus et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure. C'est le meilleur investissement qu'un pays puisse faire pour son avenir », a dit M. De Schutter.

Les Etats ont déjà engagé au moins 8.000 milliards de dollars US afin de faire rempart aux impacts économiques de la crise du Covid-19. Ces montants devraient aller vers la mise sur pied d'une économie plus inclusive fondée sur le droit au travail et à la sécurité sociale, ainsi que sur les droits à un logement adéquat, à la santé et à l'éducation.

« L'extrême pauvreté n'est pas due à un revenu insuffisant, ou à la faute des individus ou des familles qui la subissent. Elle est le résultat des choix que font les Etats et qui perpétuent les situations de pauvreté et d'exclusion sociale », a rappelé M. De Schutter.  

En tant que Rapporteur spécial pour les trois années à venir, De Schutter examinera un ensemble de questions thématiques, y compris comment les socles de protection sociale peuvent être mises en place en mobilisant les ressources nationales et le soutien international.

ENDS

M. Olivier De Schutter a été nommé Rapporteur spécial sur l'extrême pauvreté et les droits de l'homme en mars 2020 et il prend ses fonctions ce 1er mai 2020. Professeur à l'UCLouvain (Belgique) et à SciencesPo (France), il a enseigné dans plusieurs universités dans le monde, y compris au Collège d'Europe et aux universités de Columbia et de Yale aux Etats-Unis. Expert en matière de droits économiques et sociaux, il a été membre du Comité des droits économiques, sociaux et culturels de l'ONU entre 2015 et 2020, et Rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation entre 2008 et 2014.

Les experts indépendants font partie de ce qui est désigné sous le nom des procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Les procédures spéciales qui constituent le plus grand groupe d'experts indépendants dans le système des Nations unies des droits de l'homme, sont les mécanismes indépendants d'enquête et de surveillance du Conseil qui traitent, soit de situations spécifiques de pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire; ils ne sont pas fonctionnaires de l'ONU et ne reçoivent pas un salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et siègent à titre individuel.

Suivez le Rapporteur spécial sur Twitter (@DeSchutterO) et Facebook (https://www.facebook.com/DeSchutterOlivier/)

Pour davantage d'informations et pour toute demande des médias, veuillez contacter Junko Tadaki (+41 22 917 9298 / jtadaki@ohchr.org) ou Patricia Varela (+ 41 22 928 9234 / pvarela@ohchr.org) ou srextremepoverty@ohchr.org

Pour les demandes médias liées à d'autres experts indépendants de l'ONU, veuillez contacter Xabier Celaya (+ 41 22 917 9445 / xcelaya@ohchr.org)

Suivez l'actualité des experts indépendants de l'ONU en matière de droits de l'homme sur Twitter @UN_SPExperts.

Taguez et partagez – Twitter : @UNHumanRights

Vous êtes préoccupé par le monde dans lequel nous vivons ?
Alors DÉFENDEZ les droits de quelqu'un aujourd'hui.
#Standup4humanrights

et visitez la page web : http://www.standup4humanrights.org/fr/