Le HCDH en Afrique de l’Ouest

Profile

Le Bureau régional du HCDH pour l’Afrique de l’Ouest, qui est basé à Dakar, au Sénégal, est la principale institution des Nations Unies chargée de la protection et de la promotion des droits de l’homme en Afrique de l’Ouest. Ses activités sont notamment axées sur le Sénégal et sur les autres pays d’Afrique de l’Ouest où le HCDH n’est pas présent, comme le Bénin, Cabo Verde, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana et le Togo.

Type de présence
Bureau régional
Année de création
2008
Bureaux locaux
Dakar
Nombre de membres du personnel
20
Besoins budgétaires annuels
6,447,000 USD

Réalisations

  • À travers la mise en œuvre du Projet d’appui à la protection des enfants victimes de violations de leurs droits (PAPEV), le Bureau régional du HCDH pour l’Afrique de l’Ouest, en collaboration avec le Centre de la CEDEAO pour le développement du genre, a encouragé les gouvernements des pays participant au projet (la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger et le Sénégal) à inclure les enfants dans leurs plans d’intervention, notamment ceux vivant dans la rue, étant donné qu’ils constituent une part importante de la population laissée de côté. La mise en œuvre du PAPEV a notamment permis au Bureau régional de soutenir les efforts des gouvernements dans leurs stratégies de lutte contre la pandémie de COVID-19.
  • Le Bureau régional a largement contribué à la mise en place et au renforcement des institutions nationales des droits de l’homme afin d’améliorer les systèmes de protection nationaux et de renforcer le suivi de la situation des droits de l’homme et la protection contre les violations de ces droits, en mettant notamment l’accent sur les droits des femmes et les droits de l’homme dans le contexte électoral.
  • Alors que la campagne visant à réformer le Code pénal et le Code de procédure pénale continue, l’adoption en janvier 2020 de la loi criminalisant le viol constitue une étape importante dans la lutte contre les violences sexuelles au Sénégal.
  • Le Bureau régional a élargi son réseau de partenaires travaillant sur les droits humains des personnes LGBTI au niveau régional afin de garantir la mise en place d’un système d’alerte en cas de violation des droits humains des membres de cette communauté. En outre, le Bureau régional a entrepris d’approfondir la compréhension des défis auxquels est confrontée la communauté LGBTI, comme en témoigne l’étude en cours de finalisation sur les personnes LGBTI et l’emploi.
  • La Commission nationale des droits de l’homme de la Gambie a également soumis son rapport pour l’année 2019, qui comprend une analyse de la situation des droits de l’homme dans le pays et des recommandations émises par la Commission spéciale sur les droits de l’homme et les questions constitutionnelles de l’Assemblée nationale à l’attention du gouvernement.
  • En Côte d’Ivoire, le Protocole facultatif se rapportant à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants a été ratifié, mais l’instrument de ratification n’a pas encore été déposé au niveau du Secrétariat général des Nations Unies. Pour ce qui est de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, le processus de ratification est en cours. Le pays a également finalisé son premier rapport sur la mise en œuvre de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants attendu depuis 1997, à travers la mise en œuvre du projet du Fonds de consolidation de la paix « État de droit et droits de l’homme ».
  • Au Sénégal, le mécanisme national de prévention de la torture a renforcé sa capacité à surveiller le niveau de respect des normes internationales concernant le traitement des détenus grâce à la mise en œuvre du projet relatif au Protocole facultatif se rapportant à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Le Bureau régional a aidé le gouvernement, par l’intermédiaire du Ministère de la justice, à élaborer une stratégie nationale en matière de droits de l’homme pour la période 2021-2026.
  • En 2020, le HCDH a été sélectionné pour faire partie d’un projet du Fonds pour la consolidation de la paix intitulé « Soutien stratégique au processus de réforme du secteur de la sécurité nationale en Gambie : vers un secteur de la sécurité efficace, réactif et responsable ». Il s’agit d’un projet conjoint avec le PNUD et l’ONUDC.
  • En 2020, le Bureau régional s’est positionné comme un acteur essentiel du dispositif de défense des droits des femmes, comme en témoigne son élection à la présidence du groupe thématique régional sur le genre.
  • En 2020, le Bureau régional a continué à jouer un rôle important dans la promotion et la protection des droits des migrants en Afrique de l’Ouest grâce au projet PROMIS, qui apporte un soutien direct aux migrants victimes de violations des droits de l’homme en raison de la pandémie de COVID-19, notamment au moyen de subventions octroyées dans le cadre du projet.
  • Le Bureau régional assume un rôle de premier plan dans l’élaboration du plan de travail du Réseau régional des Nations Unies sur les migrations, qu’il copréside. Son engagement vise principalement à assurer la pleine participation de toutes les parties prenantes (organisations de la société civile, associations de migrants, institutions nationales des droits de l’homme, etc.) au travail du Réseau et à l’examen du Pacte mondial sur les migrations au niveau régional, ainsi qu’à assurer un processus de consultation inclusif concernant la définition des priorités thématiques pour la région.
  • L’Équipe d’intervention d’urgence du Bureau régional du HCDH pour l’Afrique de l’Ouest a joué un rôle clé dans la réponse du Bureau régional face à la pandémie de COVID-19 en recueillant et en analysant des informations sur de potentielles violations des droits de l’homme liées à la crise de la COVID-19 et en concentrant son engagement au sein des groupes de travail régionaux sur les efforts visant à garantir l’intégration d’une approche fondée sur les droits de l’homme dans l’ensemble des mesures de lutte contre la COVID-19 en Afrique de l’Ouest. Elle a créé une plateforme interactive (https://westafrica.ohchr.org/Plateforme-COVID.html) afin de disposer d’une vue d’ensemble quasiment en temps réel des développements liés à la COVID-19 dans la région. L’Équipe d’intervention d’urgence du Bureau régional a également mis en place un système de gestion des informations afin de permettre une analyse actualisée de la situation des droits de l’homme utile au processus décisionnel des Nations Unies à différents niveaux, notamment en utilisant le suivi des médias de neuf pays qu’elle effectue quotidiennement (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Niger, Nigeria, Sénégal et Togo) et en classant les informations selon le cadre de risque utilisé lors des examens régionaux mensuels. Sur la base de ce suivi quotidien des médias, l’Équipe d’intervention d’urgence a produit une analyse mensuelle des alertes rapides dans les médias qui comprenait un aperçu régional des tendances et des dénominateurs communs. Au terme d’un an de ce suivi quotidien (de décembre 2019 à novembre 2020), elle a créé un support visuel illustrant les principaux domaines et facteurs de risque identifiés sur la base de l’analyse de 2260 articles de presse.

Partenaires et donateurs

Partenaires : organismes des Nations Unies, présences sur le terrain chargées des droits de l’homme, organisations internationales et régionales, institutions nationales des droits de l’homme basées en Afrique de l’Ouest, CEDEAO, Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, gouvernements (représentés par les ministères des secteurs concernés), parlements, responsables de l’application des lois, pouvoir judiciaire, organisations de la société civile.

Donateurs : Fond des Nations Unies pour la consolidation de la paix, Italie, Pays-Bas.

Domaines d’action du HCDH


Piliers thématiques
  • Mécanismes : amélioration de l’application des recommandations formulées par les mécanismes internationaux des droits de l’homme
  • Développement : intégration des droits de l’homme dans le développement durable
  • Responsabilité : consolidation de l’état de droit et du principe de responsabilité concernant les violations des droits de l’homme
  • Non-discrimination : renforcement de l’égalité et lutte contre la discrimination
  • Participation : renforcement et protection de l’espace civique et de la participation
  • Paix et sécurité : alerte rapide, prévention et protection des droits de l’homme dans les situations de conflit et d’insécurité
Évolutions
  • Prévention
  • Personnes en situation de déplacement
  • Changements climatiques
  • Espace civique
Populations mises en avant
  • Les femmes
  • Les jeunes
  • Les personnes handicapées
  • Les enfants
  • Les migrants
  • Les personnes LGBTI

Dernière révision : décembre 2020



Siège

Service du renforcement des capacités et des opérations sur le terrain
Le contact est à Genève.

Unité pour l'Afrique
Tél. +41 22 928 9360

Bureaux régionaux/Centre

Afrique centrale
Le HCDH en Afrique centrale
Centre des Nations Unies pour les droits de l'homme et la démocratie en Afrique centrale
Avenue Rosa Parks
Golf Ntougou - BP 836
Yaoundé, Cameroun
Tél. : +222 50 58 00;
Fax : (+237) 222 21 24 75 / 222 21 24 77

Afrique de l'Est
Le HCDH en Afrique de l'Est
(Addis Ababa, Ethiopie)
ECA
Room 1NC2
P.O.Box 305
Tél. : (251 11) 544 3105

Afrique australe
Le HCDH en Afrique australe
Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l'homme à Pretoria (HCDH-Pretoria)
c/o UNDP
Immeuble Metropark, 5e étage
351 Avenue Schoeman,
P.O. Box 6541, Pretoria 0001,
Afrique du Sud
Tél. : +27 12 354 8680/8686

Afrique de l'Ouest
Le HCDH en Afrique de l'Ouest
Parcelle n°20, en face de l'hôtel Azur,
Route du King Fahd Palace, BP 154,
Dakar, Senegal 
Tél. : +221 33 869 39 69
Site Web

Bureaux du HCDH en Afrique
External Links
Le HCDH sur le terrain