Biographies des membres de la mission internationale indépendante d’établissement des faits sur la République bolivarienne du Venezuela

Retour

Marta Valiñas (Portugal) est juriste et spécialiste des droits de l'homme. Elle est spécialisée dans la justice pénale internationale et en particulier dans les crimes sexuels et sexistes. Elle a récemment fait partie d'une des équipes d'enquête du Bureau du Procureur de la Cour pénale internationale (2014-2019). Elle a auparavant travaillé comme conseillère juridique, à la fois dans des organisations non gouvernementales telles que REDRESS (2009) et Women's Initiatives for Gender Justice (2013-2014), et dans le cadre de la Mission de l'OSCE en Bosnie-Herzégovine (2009-2013). Elle a été consultante pour diverses organisations, y compris l'UNICEF-IRC, ONU Femmes, le Centre international pour la justice transitionnelle, la section de l'OSCE sur l'égalité des genres, et à plusieurs reprises pour Justice Rapid Response. À ce titre, elle a récemment formé et encadré des spécialistes juridiques dans des juridictions internes telles que le Guatemala et la Colombie (2017 et 2019). Mme Valiñas détient un diplôme d'études supérieures en droit de l'Université de Porto et un master en droits de l'homme et démocratisation (EMA). Elle a aussi été chercheuse à l'Université de Leuven sur la justice transitionnelle (2004-2008).

Francisco Cox Vial (Chili) est un éminent avocat au pénal. Il a dirigé le groupe interdisciplinaire d'experts indépendants (GIEI) nommé par la Commission interaméricaine des droits de l'homme et le Gouvernement du Président Enrique Peña Nieto pour enquêter sur la disparition de 43 étudiants à Ayotzinapa (Mexique). M. Cox a porté plusieurs affaires devant la Cour pénale internationale, y compris l'affaire Dominic Ongwen, dans le cadre de laquelle M. Cox a représenté 2 605 victimes du conflit armé dans le nord de l'Ouganda. Le GRULAC a récemment proposé sa candidature pour intégrer le groupe de cinq experts mondiaux conseillant le Comité exécutif de l'Assemblée des États parties au statut de la Cour pénale internationale pour élire le prochain Procureur de la Cour pénale internationale. Il a étudié le droit à l'Université Diego Portales, puis a obtenu un master à l'Université Columbia.

Paul Seils (Royaume-Uni) est le directeur de la section sur la pratique et l'innovation en matière de paix à l'Institut européen de la paix. Il a débuté sa carrière en tant qu'avocat de la défense pénale en Écosse, son pays d'origine, où il a également travaillé en tant que directeur juridique du Conseil écossais pour les réfugiés. Il a occupé divers postes à responsabilité au niveau international, notamment celui de responsable de l'analyse de la situation du Bureau du procureur de la Cour pénale internationale de 2004 à 2008, analyste en chef à la Commission internationale contre l'impunité au Guatemala, chef du service de l'état de droit et la démocratie du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, et vice-président du Centre international pour la justice transitionnelle entre 2011 et 2017. Il a vécu et travaillé pendant cinq ans dans la ville de Guatemala, période durant laquelle il a lancé et dirigé des enquêtes sur les crimes et les violations des droits de l'homme commis pendant la guerre civile. Il a rédigé de nombreux ouvrages et articles sur les droits de l'homme, la justice pénale et la justice transitionnelle. Il a enseigné le droit au niveau master pendant plusieurs années à l'Université de Leiden (Pays-Bas) et est actuellement professeur invité à l'Université St. Andrew's en Écosse.

Retour

Oui