Retour


RDC : La nouvelle équipe d'experts internationaux sur la situation au Kasaï conclut sa première visite en RDC

Retour

29 novembre 2018

KINSHASA – 29 novembre 2018 – La nouvelle équipe d’experts internationaux des Nations Unies sur la situation au Kasaï (République démocratique du Congo) a conclu, jeudi le 29 novembre 2018, sa première visite de travail en République démocratique du Congo, visite qui l’a conduite à Kinshasa et à Kananga.

Dans sa résolution du 6 juillet 2018, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, prenant acte avec préoccupation des conclusions du rapport de l’équipe d’experts internationaux sur les épisodes de violence qui ont marqué le Kasaï depuis 2016 ("le rapport"), a confié à une nouvelle équipe d’experts internationaux le mandat d’observer, d’évaluer et de soutenir la mise en œuvre par la République démocratique du Congo des recommandations formulées dans ce rapport, en particulier en ce qui concerne la lutte contre l’impunité et les mesures pour promouvoir la réconciliation dans les régions du Kasaï. 

Au cours de leur visite, les deux experts internationaux, M. Bacre Waly Ndiaye (Sénégal) et Mme Sheila B. Keetharuth (Île Maurice), ont eu l’occasion à Kinshasa de s’entretenir avec plusieurs membres du Gouvernement congolais, ainsi qu’avec des membres de la communauté diplomatique et de la société civile sans oublier les agences des Nations Unies et les différents partenaires bilatéraux et multilatéraux opérant sur le terrain. Le gouvernement congolais et les experts internationaux ont convenu notamment de la mise en place d’un groupe de travail conjoint chargé d’assurer le suivi de la mise en œuvre des recommandations contenues dans le rapport. À Kananga, l’équipe d’experts s’est entretenue avec les autorités politiques et judiciaires locales ainsi qu’avec la société civile locale sur les questions de lutte contre l’impunité et de soutien aux efforts de réconciliation dans le cadre de l’exécution de son nouveau mandat.

« Cette première visite avait pour but d’expliquer les modalités du travail que nous allons mener au cours des mois à venir avec notre secrétariat basé à Kananga, l’objectif étant d’assurer le suivi de la mise en œuvre des recommandations formulées dans le rapport de la première équipe d’experts internationaux sur la situation au Kasaï et d’offrir toute notre collaboration au gouvernement de la République démocratique du Congo, à la société civile, aux partenaires de la République démocratique du Congo et aux communautés et individus affectés par les violences et les déplacements, en particulier les femmes et les enfants », a expliqué M. Ndiaye qui préside l’équipe d’experts. 

Les deux experts internationaux participeront à un dialogue interactif renforcé sur la situation des droits de l’homme dans les régions du Kasaï à l'occasion de la 40ème session du Conseil des droits de l’homme en mars 2019, à Genève. Un rapport complet sur la situation des droits de l’homme dans les régions du Kasaï sera présenté en juin 2019, à l'occasion de la 41ème session dudit Conseil.

Les experts ont bénéficié du soutien logistique et matériel de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO) à toutes les étapes de leur visite.

________

Biographies

Bacre Ndiaye, originaire du Sénégal, a occupé plusieurs fonctions au HDCH à Genève et à New York, de 1998 à 2014. De 1992 à 1998, il était Rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, participant à des missions en ex-Yougoslavie (1992), notamment à la Commission d'enquête internationale sur les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité au Rwanda (1993 et 1994), en Papouasie-Nouvelle-Guinée (1995) et d’autres régions du monde. Mr Ndiaye a été membre du Conseil de l'Ordre des avocats du Sénégal de 1982 à 1998, occupant le poste de Secrétaire général pendant huit ans (1983-1991). En 1995, il a été nommé à la Commission de vérité et de justice en Haïti.

Sheila B. Keetharuth, originaire de l’Île Maurice, a été la première rapporteuse spéciale sur la situation des droits de l'homme en Érythrée, fonction qu’elle a assumée d’octobre 2012 à octobre 2018. De 2014 à 2016, elle a également été membre de la Commission d'enquête sur les droits de l'homme en Érythrée. Jusqu'au 30 juin 2012, Mme Keetharuth était directrice exécutive de l'Institut pour les droits de l'homme et le développement en Afrique (IHRDA), une ONG panafricaine basée à Banjul, en Gambie. En juillet 2002, elle a rejoint Amnesty International en tant que chercheure au bureau régional pour l'Afrique à Kampala, en Ouganda. Elle a été chef de bureau intérimaire jusqu'en décembre 2005. Mme Keetharuth a été auparavant journaliste pendant plus de huit ans.


Retour

Retour

Non