Retour


L’attitude visionnaire du Qatar doit déboucher sur l’éducation gratuite pour tous, dit une experte des Nations Unies

Retour

16 décembre 2019

anglais | arabe

GENEVE / DOHA (16 décembre 2019) – « Le Qatar doit être félicité pour son approche ouverte et visionnaire en matière d’éducation, et pour les ressources qu’il investit dans ce domaine, mais doit s’éloigner des systèmes payants en matière de scolarité », une experte en matière de droits humains a remarqué à la fin de sa visite dans le pays.

Mme Koumba Boly Barry, Rapporteuse spéciale sur le droit à l’éducation, a présenté ses observations préliminaires au Gouvernement.

« Je trouve particulièrement remarquable l’importance forte accordée au droit à l’éducation en tant que droit humain dans les plus hautes instances de l’Etat mais également au niveau des écoles », a-t-elle dit.

« Le Qatar et ses nombreuses fondations œuvrent également pour la réalisation de l’accès à l’éducation dans de nombreux autres pays, en particulier pour les populations les plus vulnérables » s’est-elle réjouit.

« Toutefois, le droit à l’éducation doit s’entendre d’un droit à une éducation gratuite, inclusive et de qualité. Je m’inquiète des frais de scolarité parfois élevés dont doivent s’acquitter les non-Qataris pour accéder à l’éducation, ce qui signifie que des enfants ne fréquentent actuellement pas l’école. Ces frais devraient être levés afin que tous les enfants puissent jouir de leur droit à l’éducation ».

L’experte a fortement invité le Gouvernement à poursuivre la collecte de données sur les enfants non scolarisés, et a demandé l’adoption de mesures pour sensibiliser les familles sur l’importance de l’éducation, leur offrir des programmes d’alphabétisation, et pour supprimer les obstacles administratifs empêchant les enfants sans carte d’identité d’accéder à l’école.

« Il convient de renforcer la dimension inclusive de l’éducation au Qatar, non seulement pour les enfants en situation de handicap, mais aussi en facilitant l’accès à l’éducation publique et gratuite de tous les enfants résidant au Qatar » a dit Mme Boly Barry. « Les valeurs promues par la Vision 2030, y compris en termes de promotion de la cohésion sociale et de l’esprit analytique, critique, créatif et innovant, doivent servir de guide pour réaliser cet objectif. »

Le grand nombre d’écoles privées opérant au Qatar a aussi attiré l’attention de la Rapporteuse spéciale, qui a recommandé de prendre en considération les Principes d’Abidjan, un instrument qui permet de guider les Etats dans leur collaboration avec le secteur privé.

Mme Boly Barry s’est aussi réjoui des avancées accomplies en matière d’acceptation des normes internationales relatives aux droits humains, notamment avec la ratification en 2018 des deux Pactes internationaux, et du dialogue engagé avec les mécanismes de protection des droits humains. « J’engage le gouvernement à mettre en pratique les recommandations qui en découlent de façon stratégique » a-t-elle ajouté.

Elle a visité le Qatar du 8 au 16 décembre suite à l’invitation du Gouvernement et présentera un rapport complet au Conseil des droits de l’homme en juin 2020.

FIN

Mme. Koumba Boly Barry, du Burkina Faso, a pris ses fonctions en tant que Rapporteuse spéciale sur le droit à l’éducation le 1er août 2016. Mme. Boly Barry est titulaire d'un doctorat en histoire économique de l'Université Cheikh Anta Diop au Sénégal. Elle est l'ancienne ministre de l'éducation et de l'alphabétisation du Burkina Faso et a œuvré en tant que consultante sur le droit à l'éducation auprès de nombreux gouvernements et institutions internationales. Mme. Boly Barry a aussi travaillé sur les questions de genre dans l'éducation. Elle possède également de vastes connaissances et expériences en formation et recherche, en tant que professeur invitée à l'Université de Nottingham, Royaume-Uni, Université de Louvain La Neuve Belgique, chargée de cours à l'Université de Ouagadougou, Burkina Faso, Université de Vitoria, Brésil et Université de Fribourg, Suisse.

Les Experts indépendants font partie de la division des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, l’organe le plus important d’experts indépendants du Système des droits de l’homme de l’ONU, est le terme général appliqué aux mécanismes d’enquête et de suivi indépendants du Conseil qui s’adressent aux situations spécifiques des pays ou aux questions thématiques partout dans le monde. Les experts des procédures spéciales travaillent à titre bénévole; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ils ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants des gouvernements et des organisations et ils exercent leurs fonctions à titre indépendant.

Page du HCDH sur le pays: Qatar

Pour davantage d’informations et pour toute demande des médias, veuillez contacter :
En Qatar (Durant la visite): Ms Mylène Bidault (+41 79 500 0032 / mbidault@ohchr.org)

A Genève: Ms Teizu Guluma (+41 079 764 7374 / tguluma@ohchr.org)

Pour les demandes médias liées à d’autres experts indépendants de l’ONU:
Jeremy Laurence – Media Unit (+ 41 22 917 9383 / jlaurence@ohchr.org )

Suivez l'actualité des experts indépendants des droits de l'homme de l'ONU sur Twitter@UN_SPExperts

Préoccupés par le monde dans lequel nous vivons ?
Alors DEBOUT pour les droits de quelqu'un aujourd'hui.
#Standup4humanrights et visitez la page Web à l'adresse http://www.standup4humanrights.org

Retour

Retour

Non