Retour


Le Conseil des droits de l'homme suspend les travaux de sa quarante-troisième session en raison de l’épidémie de COVID-19

Retour

13 mars 2020

Conseil des droits de l'homme

13 mars 2020

Il tient un débat sur l'examen à mi-parcours de la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine ; adopte le document final issu de l'EPU de la Bosnie-Herzégovine ; et décide de reconduire jusqu'à la reprise de session les mandats et activités mandatées qui sinon expireraient

Le Conseil des droits de l'homme a suspendu jusqu'à nouvel ordre, ce midi, les travaux de sa quarante-troisième session (qui devaient initialement s'achever le 20 mars), après avoir tenu un débat sur l'examen à mi-parcours de la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine en commémoration de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. 

Auparavant, le Conseil a adopté le document final résultant de l'Examen périodique universel de la Bosnie-Herzégovine, concluant ainsi l'adoption des documents finaux des 14 États qui devaient être examinés à la présente session au titre de l'EPU. 

Avant de suspendre cette 43ème session, le Conseil a également adopté une décision (A/HRC/43/L.14) par laquelle il prend note des mesures adoptées par la Suisse, pays hôte, tendant à la prévention de la propagation de la COVID-19, ainsi que de l'évaluation de l'Organisation mondiale de la Santé, de l'Office des Nations Unies à Genève et du Secrétariat du Conseil des droits de l'homme.  Rappelant qu'hier (12 mars 2020), le Conseil avait décidé de suspendre aujourd'hui (13 mars) sa 43ème session, et ce jusqu'à nouvel ordre, et rappelant également que toutes les résolutions et décisions qui ont été soumises avant ce vendredi 13 mars 2020 seront examinées lorsque la session reprendra, le Conseil décide par cette décision de reconduire tous les mandats et activités mandatées qui sinon expireraient, jusqu'à la date à laquelle ils pourront être examinés à la reprise de la quarante-troisième session du Conseil. 

À situation exceptionnelle, mesures pratiques exceptionnelles, a commenté la Présidente du Conseil, Mme Elisabeth Tichy-Fillsberger, en référence à l'épidémie de COVID-19.  Avant d'adopter le texte du projet de décision L.14, le Conseil a entendu plusieurs délégations rappeler leur opposition de principe aux mandats par pays.

Le Conseil a par ailleurs approuvé la nomination de 19 titulaires de mandats dont la liste figure à la fin du présent communiqué. 

S'agissant de l'EPU de la Bosnie-Herzégovine, la Représentante permanente de la Bosnie-Herzégovine auprès des Nations Unies à Genève, Mme Nermina Kapetanovic, a indiqué que sur les 207 recommandations qui lui avaient été adressées, son pays en avait accepté 204, dont 68 sont d'ores et déjà en train d'être mises en œuvre. 

Commémorant la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale par un débat sur l'examen à mi-parcours de la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine, le Conseil a entendu les déclarations liminaires de la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Mme Michelle Bachelet, et de Mme Tamara Mawhinney (au nom du député de Hull-Aylmer au Canada).  Des exposés ont également été faits par les panélistes suivants : Mme Susana Matute Charún, Directrice des politiques publiques pour la population afro-péruvienne au Ministère de la culture du Pérou ; Mme Monica Ferro, Directrice du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) à Genève ; Mme Elisabeth Kaneza, Présidente de la Kaneza Foundation for Dialogue and Empowerment ; et (par vidéoconférence) de Mme Nadia Adongo Musah, Directrice adjointe du bureau des affaires de la diaspora au sein du Cabinet du Président de la République du Ghana.   

De nombreux intervenants* ont pris part au débat qui a suivi ces exposés.  

Avant de suspendre la session, la Présidente du Conseil a signalé qu'elle avait été saisie d'allégations de représailles contre des défenseurs des droits de l'homme et a exhorté les États à s'abstenir de tout acte d'intimidation et de représailles. 

EXAMEN PÉRIODIQUE UNIVERSEL

Examen périodique universel : Bosnie-Herzégovine

Le Conseil est saisi du rapport sur l'examen de la Bosnie-Herzégovine (A/HRC/43/17 et A/HR/43/17/Add.1) qui s'est déroulé le 13 novembre 2019.  Les trois rapporteurs chargés de faciliter cet examen étaient l'Afghanistan, l'Angola et la Hongrie. 

Présentation

MME NERMINA KAPETANOVIC, Représentante permanente de la Bosnie-Herzégovine auprès des Nations Unies à Genève, a indiqué que, sur les 207 recommandations qui lui avaient été adressées, son pays en avait accepté 204, dont 68 sont d'ores et déjà en train d'être mises en œuvre.  La Bosnie-Herzégovine a ratifié 14 conventions internationales qui sont parties intégrantes de la Constitution et est également partie à plusieurs conventions du Conseil de l'Europe, a-t-elle ajouté.  Elle a admis qu'il subsistait encore entres les composantes de la société un certain nombre de discriminations et de disparités, mises en relief dans le troisième cycle de l'Examen périodique universel.  Dans ce cadre, la Bosnie-Herzégovine projette d'amender la Constitution et la législation électorale en appliquant les jugements de la Cour européenne des droits de l'homme. 

Cela montre, a poursuivi Mme Kapetanovic, que le pays a amélioré son cadre juridique en matière de droits de l'homme, notamment par la loi sur l'interdiction de la discrimination – dont les derniers amendements affirment les droits des personnes handicapées, des personnes LGBTI et des personnes âgées.  S'agissant des trois recommandations rejetées par le pays, la Représentante permanente a indiqué que la Cour constitutionnelle avait émis une décision annulant la disposition sur la peine de mort dans la Constitution de la République Sprpska, ce qui est donc en pleine harmonie avec l'une des trois recommandations, laquelle, pour cette raison même, n'a pas été acceptée.   D'autre part, l'accès des minorités nationales à l'éducation a été institué par la législation, ce qui fait que la recommandation à ce sujet a elle aussi été rejetée.  Enfin, la recommandation exhortant à l'harmonisation des lois contre la discrimination à l'endroit des personnes LGBT est effective à travers la loi sur l'égalité de genre et celle sur l'interdiction de la discrimination, qui s'appliquent dans l'ensemble du territoire, a clarifié la Représentant permanente.  Elle a en outre indiqué que de son côté, le processus d'amendement des codes pénaux tendant à l'interdiction de l'incitation à la haine raciale, nationale et religieuse avait été en partie achevé. 

Parmi les priorités, a ajouté Mme Kapetanovic, figurent l'adoption de la stratégie révisée sur le traitement des crimes de guerre et de la stratégie de justice transitionnelle ainsi que la finalisation du processus de recherche des personnes disparues, qui contribueraient à la réconciliation et à une meilleure démocratisation.  La Représentante permanente a reconnu que la Bosnie-Herzégovine s'emploie à cela depuis des années, mais qu'un consensus était encore nécessaire avant d'adopter ces stratégies.  Elle a aussi évoqué les défis humanitaires avec l'afflux accru de migrants auxquels les autorités concernées fournissent de la nourriture, des articles d'hygiène, des vêtements et garantissent un traitement humain avec l'assistance systématique des organisations internationales. 

Débat

Des délégations se sont réjouies des amendements constitutionnels et des efforts gouvernementaux visant l'élimination de la lutte contre la traite des personnes.  Les initiatives visant à éliminer le racisme et la discrimination raciale, ainsi que le renforcement des capacités institutionnelles pour l'égalité hommes-femmes ont également été salués.  S'agissant notamment de la lutte contre la violence à l'égard des femmes, des services supplémentaires d'assistance et d'appui financier font encore défaut, a-t-il été souligné. 

A par ailleurs été relevée la persistance des séquelles de la guerre.  Il a en outre été observé qu'en règle générale, les réformes mises en place n'ont pas pleinement pris en compte l'égalité des sexes.  A été recommandée la prise de mesures sexospécifiques visant à répondre aux besoins de femmes, des filles et des enfants réfugiés, pour prévenir également la traite de personnes.  Des lacunes en matière de protection contre les discriminations subsistent, en particulier pour ce qui est de l'accès aux soins de santé génésique et reproductive, a fait observer un intervenant.  Des efforts seraient encore nécessaires pour améliorer les documents stratégiques, en particulier s'agissant des personnes LGBT, a-t-il été ajouté.

Les seules entités ayant compétence en matière de protection des droits de l'homme sont centralisées au niveau national, a-t-il en outre été relevé.  

Conclusion

MME KAPETANOVIC a affirmé que la Bosnie-Herzégovine avait déjà montré qu'elle était disposée à protéger les droits de tous dans le pays.  Les autorités vont contribuer à mettre en œuvre toutes les recommandations issues de cet EPU, avec pour objectif global la mise en œuvre des droits de l'homme conformément aux normes internationales et à celles de l'Union européenne. 

La Représentante permanente de la Bosnie-Herzégovine a souligné que le pays s'était engagé à renforcer les droits économiques, sociaux et culturels.  La question des réfugiés est importante pour le pays ; aussi, les autorités se sont-elles engagées à promouvoir et protéger les droits de tous les réfugiés, a-t-elle ajouté.  Elle a par ailleurs déclaré que la Bosnie-Herzégovine s'était engagée à renforcer l'égalité entre les hommes et les femmes et la protection des femmes et des filles contre les violences. 

Liste des intervenants : Égypte, Iraq, Libye, Malawi, Pakistan, Serbie, ONU-femmes, Fonds des Nations Unies pour la population, République bolivarienne du Venezuela, Afghanistan, République populaire de Chine, Women's International League for Peace and Freedom, Action Canada for Population and Development et Association lesbienne et gay internationale - Europe

COMMÉMORATION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE POUR L'ÉLIMINATION DE LA DISCRIMINATION RACIALE ET EXAMEN À MI-PARCOURS DE LA DÉCENNIE INTERNATIONALE DES PERSONNES D'ASCENDANCE AFRICAINE

Déclarations liminaires

MME MICHELLE BACHELET, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, a rappelé que le Déclaration et le Plan d'action de Durban avaient reconnu que les personnes d'ascendance africaine étaient toujours victimes de l'héritage de la traite esclavagiste des Africains et du colonialisme.  Et de fait, a constaté la Haute-Commissaire, partout dans le monde, les personnes d'ascendance africaine subissent toujours une discrimination intolérable et constituent les groupes parmi les plus pauvres et marginalisés.

Compte tenu de cette situation, l'Assemblée générale a instauré en 2015 la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine, qui doit être l'occasion de mettre l'accent sur la contribution importante des personnes d'ascendance africaine dans chaque société.  Elle défend des mesures concrètes pour mettre un terme à la discrimination et pour favoriser la pleine inclusion des personnes d'ascendance africaine.

L'examen à mi-parcours de la Décennie, auquel l'Assemblée générale procédera cette année, permettra aux États d'échanger leurs bonnes pratiques et de décider d'autres mesures pour aller de l'avant.  Mme Bachelet a espéré que les États créeraient bientôt l'instance permanente sur les personnes d'ascendance africaine, attendue depuis longtemps.  Elle a ensuite rendu compte des activités menées par le Haut-Commissariat en tant que coordonnateur de la Décennie.

La Haute-Commissaire a recommandé aux États d'appliquer les mesures correctives prévues par le programme d'action associé à la Décennie s'agissant – notamment – de la violence policière excessive contre les personnes d'ascendance africaine, le profilage racial et la discrimination raciale structurelle dans la santé, l'emploi, la formation et le logement.

MME TAMARA MAWHINNEY, de la Mission permanente du Canada auprès des Nations Unies à Genève, a donné lecture d'une déclaration de M. GREG FERGUS, Député canadien, dans laquelle ce dernier souligne à quel point les Canadiens d'ascendance africaine ont forgé l'histoire du pays.  On compte aujourd'hui environ un million de personnes d'ascendance africaine au Canada.  Elles contribuent toutes à la croissance, à la diversité et au développement du pays.  Le Canada reconnaît que, pour aller de l'avant, il faut comprendre son passé.  L'histoire « noire » fait partie de l'histoire canadienne.  Une motion vient d'être introduite à la Chambre des communes pour que le 1er août soit reconnu comme journée de l'émancipation et de la connaissance de l'histoire de l'esclavage et de ses conséquences sur les communautés noires aujourd'hui.

Le racisme antinoir continue d'exister au Canada.  Le Canada a fait de grands progrès pour promouvoir le multiculturalisme mais le fléau du racisme doit être abordé de manière plus musclée, a estimé le député.  En janvier 2018, le Premier ministre a annoncé que le Canada reconnaissait officiellement la décennie internationale des personnes d'ascendance africaine.  Le Canada a pris des mesures concrètes pour lutter contre les inégalités et pour améliorer la vie de tous les Canadiens, y compris ceux d'ascendance africaine.  Le Canada s'est ainsi engagé à poursuivre les efforts pour créer un pays où un plus grand nombre de Canadiens ont une chance réelle et égale de réussir.  En juin 2019, le Gouvernement canadien a par ailleurs lancé officiellement la Stratégie de lutte contre le racisme qui vise à soutenir la recherche et les consultations avec la société civile partout dans le pays, y compris avec les Noirs canadiens. 

Exposés des panélistes

MME SUSANA MATUTE CHARÚN, Directrice des politiques publiques pour la population afro-péruvienne au Ministère de la culture du Pérou, a salué ses ancêtres hommes et femmes et ses orishas qui lui ont donné l'opportunité de participer à cette commémoration, laquelle permet de procéder à un examen à mi-parcours de la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine, entamée en 2014.  Elle a rappelé qu'il y a 500 ans, l'esclavage avait provoqué l'arrivée de populations africaines au Pérou.  Depuis, le pays s'est efforcé de jeter les bases de l'égalité et de favoriser l'expression de langues et de cultures diverses, de pratiques spirituelles et de techniques et savoirs faire ancestraux.  Les Afro-péruviens subissent encore des discriminations raciales et l'exclusion sociale, qui sont des manifestations d'une discrimination structurelle, a-t-elle affirmé. 

En 2009, a poursuivi Mme Matute Charún, le Pérou a exprimé « le pardon historique » au peuple afro-péruvien pour les abus, l'exclusion et la discrimination commis à son encontre à l'ère coloniale.  Ce pardon a également reconnu la participation de ces personnes dans l'affirmation de l'identité nationale. 

Après avoir brièvement présenté les plans et politiques d'appui aux Afro-péruviens à travers la politique nationale de transversalisation interculturelle et le Plan national de développement de la population afro-péruvienne (PLANDEPA), Mme Matute Charún a expliqué que ces politiques en étaient au stade de l'évaluation pour œuvrer à la rédaction de la loi sur la promotion et la protection des droits de la population d'ascendance africaine.  Dans cette optique, il est primordial de disposer de chiffres et statistiques précis, a-t-elle souligné.  Le secteur culturel, quant à lui, veille à rendre visible ce pan de la population qui représente 3,6% de la population totale, tandis que dans le domaine éducatif, des bourses et des crédits sont octroyés. 

MME MONICA FERRO, Directrice du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) à Genève, a déclaré qu'aujourd'hui, les personnes d'ascendance africaine continuent de se heurter à de multiples discriminations, notamment dans le domaine de la santé, du logement et de l'accès à la justice.  Les jeunes d'ascendance africaine, notamment les filles, subissent ces discriminations de manière disproportionnée.  Il faut que la communauté internationale prenne davantage en compte cette population, a insisté Mme Ferro, avant de souligner que le FNUAP est bien placé pour promouvoir la cause des personnes d'ascendance africaine, notamment les femmes et les filles. 

Le Consensus de Montevideo [sur la population et le développement] a conclu deux chapitres (les parties H et I du document) : l'un sur les peuples autochtones et l'autre sur les personnes d'ascendance africaine pour aller de l'avant dans la lutte contre les discriminations à leur encontre.  Le FNUAP est en train de concevoir une stratégie dans ce domaine qui va notamment se concentrer sur le plaidoyer et l'échange des connaissances.  Ce qui n'est pas mesurable n'est pas visible, a insisté Mme Ferro, indiquant que c'est pour cela que le FNUAP veut combler les lacunes dans le domaine de la récole de données. 

MME ELIZABETH KANEZA, fondatrice et Présidente de la Fondation Kaneza pour le dialogue et l'autonomisation (Allemagne), a décrit son expérience d'unique députée noire au Parlement allemand, au cours de laquelle elle a pu constater que ni cette institution, ni le Gouvernement n'étaient prêts à admettre l'ampleur du problème de la discrimination raciale subie par les personnes d'ascendance africaine en Allemagne.  Après avoir suivi le programme de sensibilisation organisé par le Haut-Commissariat aux droits de l'homme, Mme Kaneza a indiqué avoir décidé, en 2016, de promouvoir la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine en Allemagne.  À cette date, les personnes d'ascendance africaine n'étaient pas reconnues en tant que groupe victime par le plan d'action national contre le racisme, a-t-elle souligné.  La visite du Groupe de travail d'experts des Nations Unies sur les personnes d'ascendance africaine, en 2017, fut suivie de la création d'organisations locales pour défendre les droits de ces personnes, a-t-elle expliqué.  Le nouveau plan d'action contre le racisme, adopté après des consultations entre la société civile et les autorités allemandes, contient désormais la reconnaissance officielle de la Décennie en tant que moyen de lutter contre le racisme visant les Allemandes et les Allemands noirs, a précisé Mme Kaneza. 

Cette première victoire, a-t-elle poursuivi, a été suivie de l'adoption, par la ville de Berlin, d'un plan d'action s'inscrivant dans le cadre de la Décennie internationale.  Mais, au niveau européen, a regretté Mme Kaneza, la réalité est que la discrimination raciale et la violence sont le lot quotidien des personnes d'ascendance africaine, dans un climat généralement hostile à la diversité.  Mme Kaneza a cité, à cet égard, les attaques racistes à Hanau et à Halle.  Elle a demandé aux États de s'engager ouvertement contre la violence et la haine racistes, partout dans le monde.

Intervenant par visioconférence (sans interprétation), MME NADIA ADONGO MUSAH, Directrice adjointe du bureau des affaires de la diaspora au sein du Cabinet du Président de la République du Ghana, a expliqué que son bureau avait été établi dans le cadre de la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine.  Depuis, plusieurs festivals ont été organisés pour mobiliser le mouvement de la diaspora en Afrique et dans le monde, a-t-elle indiqué. 

Des personnes d'ascendance africaine ont pu bénéficier de l'octroi de la nationalité ghanéenne, a poursuivi la Directrice adjointe du bureau des affaires de la diaspora.  S'agissant des dispositions de la Décennie relatives au logement, elle a pointé les difficultés des Ghanéens de la diaspora lorsqu'ils retournent au pays et a cité les mesures prises pour garantir leur droit à un logement.  Elle a aussi décrit le programme NABCO qui permet aux jeunes étudiants, ou à ceux qui finissent le service militaire, de bénéficier d'un emploi pendant trois mois. 

Aperçu du débat

Un représentant a demandé de ne pas oublier la réalité historique, même dérangeante, qui a motivé la décision de proclamer la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine, qui durera jusqu'en 2024.  Des délégations ont dit soutenir le Programme d'activités prévues dans le cadre de la Décennie et demandé que les redoublent d'efforts pour l'appliquer pleinement.  Une ONG a demandé au Haut-Commissariat de mieux faire connaître ce document essentiel. 

La montée des discours de haine a été dénoncée par de nombreux intervenants, y compris lorsqu'elle se cache derrière la liberté d'expression.  Les États ont été appelés à donner pleinement effet à la Déclaration et au Plan d'action de Durban, adoptés au terme de la Conférence mondiale contre le racisme à Durban, en 2001.

Une délégation de plaidé pour que soient restaurés la dignité et les droits des personnes d'ascendance africaine.  Plus de 200 millions de personnes d'ascendance africaine ont contribué au développement des Amériques et d'autres pays, a rappelé cette délégation.  D'autres intervenants ont salué la grande contribution des descendants des victimes de la traite aux arts, à la politique, aux sports et à la science. 

Les délégations ont relevé que, malgré les efforts, il demeurait des préjugés persistants envers les personnes d'ascendance africaine, de même qu'un profilage racial par la police.  Elles ont décrit des mesures prises au niveau national pour remédier au racisme structurel et à toutes les formes d'exclusion au détriment des personnes d'ascendance africaine. 

L'importance de donner plus de visibilité aux personnes d'ascendance africaine a aussi été soulignée, de même que la nécessité de briser le cycle de la pauvreté et du chômage.

Plusieurs intervenants ont mentionné la ratification par leurs pays de la Convention interaméricaine contre le racisme, la discrimination raciale et les formes connexes d'intolérance.  L'élaboration de normes complémentaires à la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale a été demandée.  Des délégations ont appelé de leurs vœux l'adoption d'une déclaration sur les droits des personnes d'ascendance africaine et la création d'une instance permanente des Nations Unies sur le même sujet.

Des organisations non gouvernementales ont insisté sur la contribution essentielle de la société civile dans la lutte contre le racisme et dans l'amélioration de la situation des personnes d'ascendance africaine vivant en Europe et aux Amérique.  Des ONG ont dénoncé les violences et spoliations dont les personnes d'ascendance africaine sont victimes en Colombie et au Brésil.  Des actes de racisme et de discrimination ont été dénoncés au Koweït et en Arabie saoudite.

Enfin, la poussée de racisme anti-asiatique et la discrimination dans le sillage de la crise actuelle du coronavirus ont, elles aussi, été dénoncées. 

Réponses des panélistes

MME CHARÚN a rappelé que la Conférence mondiale sur racisme tenue en 2001 à Durban datait d'il y a déjà 20 ans et que pourtant, on n'en était qu'au début pour ce qui est de l'obtention de résultats.  Chacun doit profiter des outils internationaux mis au point, qui répondent aux besoins des personnes d'ascendance africaine, a-t-elle souligné, avant de plaider pour la mise en place d'un fonds mondial pour les personnes d'ascendance africaine. 

Le Pérou a dans un premier temps étudié qui étaient les personnes d'ascendance africaine et de quelles formes de discrimination elles étaient victimes, a-t-elle poursuivi, indiquant que l'ensemble des fonctionnaires doivent être informés de ces réalités pour prendre les mesures adéquates.

MME FERRO a, quant à elle, expliqué qu'il fallait être conscient que les personnes d'ascendance africaine sont victimes de nombreuses discriminations qui se chevauchent et qu'il faut prendre en compte cette situation pour prendre les mesures adéquates.  Elle a rappelé l'importance des données pour faire exister les personnes d'ascendance africaine dans les politiques publiques, afin que personne ne soit laissée pour compte.  Il faut que les cinq prochaines années de la Décennie soient des années dédiées à l'action, a-t-elle plaidé.

MME KANEZA a assuré que les cinq premières années de la Décennie n'avaient pas été une occasion manquée s'agissant de son pays, l'Allemagne.  Aujourd'hui, par exemple, l'Allemagne a mis en œuvre un mécanisme pour reconnaître les victimes de la période coloniale et octroyer des réparations.  Il faut néanmoins promouvoir davantage la sensibilisation des États à la Décennie et renforcer les programmes d'éducation sur l'histoire de l'esclavage et du colonialisme. 

*Liste des participants : Pérou (au nom d'un groupe de pays), Union européenne, Haïti (au nom de la CARICOM), Afrique du Sud (au nom du Groupe africain), Azerbaïdjan (au nom du Mouvement des non-alignés), Guyana (au nom des petits États insulaires en développement), Costa Rica, Équateur, Pakistan, Afrique du Sud, Brésil, Namibie, Vanuatu, Venezuela, Indonésie, Qatar, Népal, Chine, Cuba, Fédération de Russie, Sénégal, Angola, Belgique, IMADR, Réseau international des droits de l'homme, Mouvement international de la jeunesse et des étudiants pour les Nations Unies, Sociedade Maranhense de Direitos Humanos, International HR Association of American Minorities, International Council Supporting Fair Trial and Human Rights.

NOMINATION DE TITULAIRES DE MANDATS

Le Conseil a approuvé la nomination des dix-neuf titulaires de mandats ci-après. 

En tant que membres du Mécanisme d'experts sur le droit au développement, le Conseil a nommé M. Bonny Ibhawoh (Nigéria) pour les États africains, M. Mihir Kanade (Inde) pour les États d'Asie et du Pacifique, Mme Klentiana Mahmutaj (Albanie) pour les États d'Europe orientale, M. Armando Antonio de Negri Filho (Brésil) pour les États d'Amérique latine et des Caraïbes et M. Koen De Feyter (Belgique) pour les États d'Europe occidentale et autres États.

Le Conseil a nommé au Mécanisme d'experts sur les droits des peuples autochtones Mme Laila Susanne Vars (Norvège) en tant que membre de l'Arctique et M. Binota Moy Dhamai (Bangladesh) en tant que membre de l'Asie.

Mme Yuefen Li (Chine) a été nommée Experte indépendante chargée d'examiner les effets de la dette extérieure et des obligations financières internationales connexes des États sur le plein exercice de tous les droits de l'homme, particulièrement des droits économiques, sociaux et culturels.  Mme Claudia Mahler (Autriche) a été nommée Experte indépendante chargée de promouvoir l'exercice par les personnes âgées de tous les droits de l'homme.  Mme Isha Dyfan (Sierra Leone) a été nommée Experte indépendante sur la situation des droits de l'homme en Somalie.

Le Conseil a également nommé M. Balakrishnan Rajagopal (États-Unis) Rapporteur spécial sur le logement convenable en tant qu'élément du droit à un niveau de vie suffisant ainsi que sur le droit à la non-discrimination à cet égard.  M. Tomoya Obokata (Japon) a été nommé Rapporteur spécial sur les formes contemporaines d'esclavage, y compris leurs causes et leurs conséquences.  M. Olivier de Schutter (Belgique) a été nommé Rapporteur spécial sur l'extrême pauvreté et les droits de l'homme.  Quant à Mme Alena Douhan (Belarus), elle a été nommée Rapporteuse spéciale sur les effets négatifs des mesures coercitives unilatérales sur l'exercice des droits de l'homme.

Le Conseil a également nommé M. Michael Fakhri (Liban) Rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation ; M. José Francisco Calí Tzay (Guatemala), Rapporteur spécial sur les droits des peuples autochtones ; Mme Mama Fatima Singhateh (Gambie), Rapporteuse spéciale sur la vente et l'exploitation sexuelle d'enfants, y compris la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants et autres contenus montrant des violences sexuelles sur enfant ; Mme Mary Lawlor (Irlande), Rapporteuse spéciale sur la situation des défenseurs des droits de l'homme ; et enfin M. Thomas H.  Andrews (États-Unis) est le nouveau Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme au Myanmar.

_______________

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Follow UNIS Geneva on Website | Facebook | Twitter| YouTube | Flickr

Retour

Retour

Non