Retour


‘Les États doivent inclure la communauté LGBT dans la réponse à COVID-19’ : Le comment et le pourquoi par un expert de l’ONU

Retour

14 mai 2020

​anglais | ​espagnol

Communiqué de Presse

Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie - 17 mai 2020

GENÈVE (14 mai 2020) – Les gouvernements du monde entier doivent s’assurer que les mesures d’urgence prises pour lutter contre COVID-19 n’aggravent pas les inégalités ou les barrières structurelles auxquelles sont confrontées les personnes ayant des orientations et des identités sexuelles diverses, ou n’entraînent pas une augmentation de la violence et de la discrimination à leur encontre, a déclaré aujourd’hui un expert des Nations Unies. Il s’exprimait à la veille de la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (IDAHOBIT), le 17 mai 2020.

“Les lesbiennes, les gays, les bisexuels, les trans et les personnes de genre divers, qui sont représentées de manière disproportionnée dans les rangs des pauvres, des sans-abri et des personnes sans soins de santé, seront profondément touchés par la pandémie et, si nous ne prenons pas des mesures urgentes, cet impact se fera sentir sur plusieurs générations”, a déclaré l’Expert indépendant sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, Víctor Madrigal-Borloz, dans une importante Déclaration conjointe publiée aujourd’hui.

“Cette déclaration historique, signée par 96 des experts des Nations Unies et des droits de l’homme internationaux, reconnaît avec force que la lutte contre la pandémie de COVID-19 n’est pas menée sur un pied d’égalité”, a-t-il déclaré. La criminalisation, qui existe encore dans 70 pays, a créé un risque accru d’abus policiers et d’arrestations et de détentions arbitraires pendant les couvre-feux, et a empêché la collecte de données pertinentes.

“Par exemple, même si les hommes gays et les femmes transgenres représentent une proportion importante des personnes vivant avec le VIH, dont le système immunitaire peut être compromis et qui risquent davantage de développer des symptômes graves liés au COVID-19, la criminalisation, la stigmatisation et la discrimination rendront probablement impossible de documenter et d’analyser pleinement l’impact de la pandémie”, a déclaré l’Expert indépendant.

Il a noté que la pandémie est utilisée dans certains pays comme excuse pour persécuter. “Certains États ont adopté des mesures qui ciblent intentionnellement les personnes et les communautés LGBT sous couvert de santé publique, notamment en proposant une législation visant à priver les personnes trans et de genre variant de toute reconnaissance légale.”

Madrigal-Borloz a déclaré que les États devraient veiller à ce que les mesures liées à la pandémie ne soient pas discriminatoires et soient élaborées avec la participation des communautés LGBT, et à ce que ceux qui font preuve d’arbitraire et commettent des abus soient tenus responsables.

FIN

Mr. Víctor Madrigal-Borloz (Costa Rica) assume le rôle d’Expert indépendant des Nations Unies sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre depuis le 1er janvier 2018 pour une période de trois ans. Victor Madrigal-Borloz est chercheur invité principal au programme des droits de l’homme de la faculté de droit de Harvard. Auparavant, il a été Secrétaire général du Conseil international pour la réadaptation des victimes de la torture (IRCT). Lorsqu’il était membre du Sous-comité des Nations Unies pour la prévention de la torture de 2013 à 2016, M. Madrigal-Borloz a été Rapporteur sur les représailles et a supervisé un projet de politique sur la torture et les mauvais traitements des personnes LGBTI. Avant cela, il a dirigé des travaux techniques sur de nombreux cas, rapports et témoignages en tant que chef du contentieux et chef du Greffe à la Commission interaméricaine des droits de l’homme. Il a également travaillé à l’Institut danois des droits de l’homme (Copenhague, Danemark) et à la Cour interaméricaine des droits de l’homme (San José, Costa Rica).

Les Experts indépendants font partie de ce qu’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme « procédures spéciales », qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d’enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme afin de traiter de la situation spécifique d’un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement ; ils n’appartiennent pas au personnel de l’ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et exercent leurs fonctions à titre individuel.

Pour les demandes de renseignements et demandes des médias, veuillez communiquer avec Catherine de Preux De Baets (cdepreuxdebaets@ohchr.org) ou Taro Tanaka (ttanaka@ohchr.org) ou écrire à ie-sogi@ohchr.org.
Pour toute requête des médias relative à d’autres experts indépendants des Nations Unies, veuillez contacter Xabier Celaya (+ 41 22 917 9445 / xcelaya@ohchr.org)

Suivez les actualités des experts indépendants des droits de l’homme des Nations Unies sur Twitter : @UN_SPExperts.

Le monde actuel vous préoccupe ?
DÉFENDEZ les droits des autres dès aujourd’hui.
Rejoignez la campagne « Défendez les droits de l’homme » (#Standup4humanrights)
et visitez le site Web http://www.standup4humanrights.org.

Retour

Retour

Non