Personnes intersexes

Les personnes intersexes sont nées avec des caractéristiques sexuelles (génitales, gonadiques ou chromosomiques) qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps masculins ou féminins. Les experts estiment que jusqu’à 1,7 % de la population naît avec des caractéristiques intersexuelles.

Ces dernières années, grâce au travail des défenseurs intersexes des droits de l’homme, la sensibilisation au sujet des personnes intersexes et la reconnaissance des violations spécifiques des droits de l’homme auxquelles elles sont confrontées se sont accrues.

Les atteintes aux droits des personnes intersexes incluent notamment :

  • l’infanticide ;
  • des interventions médicales imposées et sous contrainte ;
  • la discrimination dans le domaine de l’éducation, du sport, de l’emploi ou d’autres services ;
  • une absence d’accès à la justice et à des voies de recours.

À cette fin, diverses initiatives ont été menées par le HCDH, les organismes des Nations Unies et les mécanismes régionaux des droits de l’homme, notamment : la réunion d’experts sur l’intersexualité qui s’est tenue en 2015, les actions de sensibilisation dans le cadre de la campagne « Libres et égaux » des Nations Unies sur la visibilité intersexe en 2015 et la déclaration conjointe des Nations Unies et des mécanismes régionaux des droits de l’homme en 2016.

Note d’information : atteintes aux droits des personnes intersexes

En outre, en 2019, le HCDH a publié une note d’information portant sur les violations spécifiques des droits de l’homme auxquelles sont confrontées les personnes intersexes.

Cette publication souligne les obligations des États, les difficultés et les avancées en matière de protection des droits des personnes intersexes.

Consulter la note d’information sur les violations des droits de l’homme à l’encontre des personnes intersexes (2019)*