Forum social 2021

Le Forum social 2021 se tiendra les 4 et 5 octobre dans la Salle XX du Palais des Nations, à Genève. Conformément à la résolution 44/22 du Conseil des droits de l’homme, ce Forum portera sur « les bonnes pratiques, les exemples de réussite, les enseignements tirés de l’expérience et les difficultés rencontrées dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, [mettra] particulièrement l’accent sur la coopération et la solidarité internationales et [examinera] la question sous l’angle des droits de l’homme ».

Il réunira de nombreuses parties prenantes du monde entier dans le cadre d’un dialogue constructif sur ce thème, en vue de favoriser une reprise résiliente pour reconstruire en mieux ensemble.

En savoir plus sur l’accréditation et l’inscription

Contexte

Le Forum social 2021 aura lieu alors que l’humanité est confrontée à des crises multiples, profondes et sans précédent dues à la pandémie de COVID-19 qui, en plus de la crise sanitaire immédiate, continue de menacer le tissu social et économique des pays du monde. L’OMS publie régulièrement* des statistiques alarmantes qui donnent un aperçu de l’étendue de la crise, notamment des informations actualisées sur le nombre considérable de personnes infectées par la COVID-19 et le nombre de décès dus à cette maladie.

La pandémie de COVID-19 met en évidence et exacerbe les inégalités sociales et économiques de longue date et les formes de discrimination portant atteinte à l’exercice des droits de l’homme. L’effondrement du commerce mondial, la chute des envois de fonds, l’inversion brutale des flux de capitaux et la dépréciation monétaire posent des problèmes particuliers aux nations les plus pauvres. Au sein des pays, les pauvres, ainsi que les groupes marginalisés et vulnérables tels que les personnes âgées, les femmes et les filles, les membres des minorités ethniques et d’autres minorités, les peuples autochtones et les personnes LGBTI sont particulièrement touchés. Les effets dévastateurs de la pandémie exacerbent encore davantage les conflits et les changements climatiques, qui ralentissaient déjà les progrès accomplis jusqu’à présent pour réduire la pauvreté dans le monde. La Banque mondiale prévoit qu’en 2021, le nombre de personnes vivant dans la pauvreté sous l’effet de la COVID-19 devrait atteindre 143 à 163 millions de personnes.

Ces défis s’inscrivent dans un contexte de mondialisation, de croissance de la population et de changements démographiques, mettant en lumière l’interdépendance et l’interconnexion du monde. La coopération et la solidarité internationales sont indispensables pour répondre efficacement à la pandémie et aux crises mondiales qui en découlent, et pour assurer la paix, le respect des droits de l’homme et le développement durable. Comme l’a souligné Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme :

« La pandémie de COVID-19 est un test pour nous tous, ainsi que pour les sociétés et les systèmes. Pour en sortir plus forts, nous devons faire preuve de solidarité. Pour être véritablement efficaces, les mesures prises afin d’arrêter la propagation du virus doivent comprendre des actions visant à protéger les plus vulnérables [...]. C’est précisément en temps de crise que les valeurs associées aux droits de l’homme peuvent nous aider à trouver la meilleure voie possible. Nous devons nous unir et continuer à travailler avec conviction et détermination pour le bien commun. »

Les mesures prises aux niveaux local, national, régional et international pour lutter contre les crises doivent être adaptées à la nature et à la portée uniques de ces dernières. De nombreux pays du monde ont dû prendre des mesures exceptionnelles pour protéger la santé et le bien-être de leur population, souvent au détriment de leur société et de leur économie. Il est indispensable que les mesures socioéconomiques prises en réponse à la COVID-19 soient fondées sur les droits de l’homme. La communauté internationale et les acteurs étatiques et non étatiques ont un rôle primordial à jouer dans la prévention et l’atténuation des effets de la crise sur les droits de l’homme, ainsi que pour garantir que les mesures prises pour soutenir la reprise économique soient conformes aux normes relatives aux droits de l’homme.

La COVID-19 met à l’épreuve les sociétés, les gouvernements, les communautés et les individus. L’heure est à la solidarité et à la coopération afin de lutter contre le virus et d’atténuer les effets, souvent imprévus, des mesures visant à stopper sa propagation. Le respect des droits de l’homme dans tous les domaines, y compris les droits économiques, sociaux, culturels, civils et politiques sera indispensable pour garantir le succès des mesures adoptées et se relever de cette pandémie.

Informations complémentaires