English | Español

Appel à contributions : Le lien entre les déplacements forcés et les formes contemporaines d'esclavage

Le questionnaire ci-dessous, adressé aux États membres et aux autres parties prenantes, vise à aider le rapporteur spécial sur les formes contemporaines d'esclavage, y compris leurs causes et conséquences, à élaborer un rapport complet sur la situation des personnes déplacées1, y compris les apatrides, au regard des formes contemporaines d'esclavage. Le rapport sera présenté au Conseil des droits de l'homme en septembre 2021.

Date limite
15 mars 2021
Publié par
Le Rapporteur spécial sur les formes contemporaines d'esclavage, y compris leurs causes et leurs conséquences
Objectif
Informer le rapporteur spécial de son prochain rapport à la 48e session du Conseil des droits de l'homme

Objectifs

En examinant les pratiques et tendances actuelles, le Rapporteur spécial souhaite évaluer les expériences des personnes qui ont été déplacées à l'intérieur de leur pays ou au-delà des frontières internationales en ce qui concerne les formes contemporaines d'esclavage. Concrètement, il souhaite évaluer dans quelle mesure, sous quelles formes et dans quels secteurs ces groupes sont touchés par les formes contemporaines d'esclavage. Sur la base de son évaluation, le Rapporteur spécial formulera également des recommandations aux États sur la manière de mieux protéger les personnes déplacées contre les formes contemporaines d'esclavage. À l'occasion de l'Année internationale pour l'élimination du travail des enfants et en tenant compte de la cible 8.7 de la SDG, une attention particulière sera accordée aux enfants déplacés/apatrides soumis aux pires formes de travail des enfants qui sont considérées comme une forme d'esclavage. On peut également faire référence à la manière dont les préoccupations préexistantes ont été exacerbées par COVID-19.

Questions clés et types de contributions recherchées

Personnes déplacées

1. Existe-t-il des informations ou des preuves concernant les personnes déplacées telles que les demandeurs d'asile, les réfugiés, les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays et les apatrides qui sont soumis à des formes contemporaines d'esclavage dans votre pays ?

a. Si oui, quel est le pays d'origine des personnes concernées ?
b. Quel est leur statut migratoire, le cas échéant ?
c. Quelles sont les formes contemporaines d'esclavage auxquelles elles sont soumises (par exemple, la servitude pour dettes, le travail forcé, le mariage forcé, l'esclavage sexuel, la servitude domestique ou d'autres formes d'exploitation) ?
d. Certaines industries sont-elles plus susceptibles d'être impliquées dans l'exploitation des personnes déplacées ?
e. Les personnes déplacées sont-elles hébergées dans des colonies de peuplement, des camps, des centres de réfugiés, des centres de détention ou dans d'autres lieux similaires ? L'exploitation a-t-elle lieu dans le même cadre ou dans un contexte différent ? Veuillez fournir tous les détails disponibles, y compris des données (désagrégées).
f. Quelles sont les mesures mises en place pour prévenir l'esclavage/exploitation dans les campements/centres de réfugiés ?
g. En quoi l'exploitation des personnes déplacées diffère-t-elle (en termes de prévalence ou d'ampleur) de l'exploitation des ressortissants du pays ?

2. Y a-t-il une dimension de genre dans l'exploitation et si oui, de quelle manière ?

3. D'autres sous-groupes au sein des personnes déplacées (par exemple, les apatrides, les LGBT, les personnes handicapées, les personnes plus jeunes/plus âgées) sont-ils affectés par différentes formes d'esclavage et si oui, de quelle manière ?

4. Y a-t-il des indications ou des preuves que les règles et/ou la législation nationales relatives à la réglementation des personnes déplacées contribuent à accroître la vulnérabilité des personnes déplacées à l'exploitation ?

5. Les mêmes normes de travail sont-elles applicables à toutes les catégories de personnes déplacées, y compris les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays ? Ces normes sont-elles les mêmes que celles applicables aux (autres) ressortissants du pays ?

6. Pour les États qui sont parties à la Convention relative au statut des réfugiés de 1951 et à la Convention relative au statut des apatrides de 1954, les réfugiés et les apatrides bénéficient-ils du même traitement en ce qui concerne, par exemple, la rémunération, les heures de travail, les dispositions relatives aux heures supplémentaires, les congés annuels, la négociation collective et les prestations de sécurité sociale, conformément à l'article 24 commun ?  Si ce n'est pas le cas, pourquoi ?  

7. Quelles dispositions (en droit, en politique et en pratique) existe-t-il pour la protection des droits du travail des personnes déplacées pour les Etats non parties à ces instruments ?
8. Existe-t-il des mécanismes permettant de garantir que les personnes déplacées victimes de formes contemporaines d'esclavage peuvent signaler un tel traitement sans mettre en danger leur statut ou leur séjour dans le pays ?

9. Les personnes déplacées victimes de formes contemporaines d'esclavage ont-elles un accès effectif à la justice, à des voies de recours et à une indemnisation ? Quels sont les obstacles rencontrés dans la pratique ?  Ces recours sont-ils disponibles même si/après que la personne soit retournée dans son pays d'origine ?

10. Quels sont les mécanismes en place pour tenir responsables les entreprises, les employeurs et les criminels qui se livrent à l'exploitation des personnes déplacées dans votre pays ? 

11. Des mécanismes sont-ils en place pour protéger les travailleurs exploités contre les poursuites pour violation des lois sur le travail ou l'immigration dans le pays ?
12. Quels sont les défis plus larges à relever pour prévenir les formes contemporaines d'esclavage parmi les personnes déplacées et pour protéger les victimes ?

Les pires formes de travail des enfants qui affectent les enfants déplacés

Veuillez indiquer si les enfants déplacés dans votre pays sont affectés par l'une des pratiques suivantes, stipulées dans la convention (n° 182) sur les pires formes de travail des enfants, 1999 :

  1. les formes d'esclavage ou les pratiques analogues à l'esclavage, telles que la vente et la traite des enfants, la servitude pour dettes et le servage, ainsi que le travail forcé ou obligatoire, y compris le recrutement forcé ou obligatoire des enfants en vue de leur utilisation dans des conflits armés;

(b) l'utilisation, le recrutement ou l'offre d'un enfant à des fins de prostitution, de production de matériel pornographique ou de spectacles pornographiques ;

(c) l'utilisation, le recrutement ou l'offre d'un enfant aux fins d'activités illicites, en particulier pour la production et le trafic de stupéfiants tels que définis dans les traités internationaux pertinents ;

(d) les travaux qui, par leur nature ou les circonstances dans lesquelles ils sont effectués, sont susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité des enfants.

Si c’est le cas, veuillez fournir des détails sur le contexte (e-g. humanitaire/camping ou non) et des données ventilées dans la mesure où elles sont disponibles.

Y a-t-il d'autres informations que vous souhaiteriez partager avec le Rapporteur spécial sur les formes contemporaines de l’esclavage?

Le Rapporteur spécial serait reconnaissant aux États membres, à organisations de la société civile, aux universités, aux agences des Nations Unies et autres organisations internationales, aux institutions nationales des droits de l'homme et aux autres parties prenantes de lui faire parvenir leurs contributions.

Comment et où soumettre les contributions
Les contributions peuvent être envoyées par courrier électronique avant le 15 mars 2021
Adresse électronique
Objet du courrier électronique
Soumission pour le rapport 2021 du CDH
Limite de mots
Formats de fichiers
Word, PDF

Traitement des contributions/commentaires reçus

Veuillez noter que toutes les soumissions seront publiées par défaut sur cette page web, sauf si la confidentialité est expressément demandée.


1. La définition suivante de "personnes déplacées" est utilisée aux fins du présent appel à contribution : "Personnes ou groupes de personnes qui ont été forcés ou contraints de fuir ou de quitter leur foyer ou leur lieu de résidence habituel, soit à travers une frontière internationale, soit à l'intérieur d'un État, notamment en raison d'un conflit armé, de situations de violence généralisée, de violations des droits de l'homme ou de catastrophes naturelles ou d'origine humaine ou pour en éviter les effets" (Glossaire OIM des termes relatifs aux migrations 2019)