Urbanisation et droits de l’homme

L'urbanisation peut favoriser une transformation positive uniquement si elle respecte et promeut les droits de l'homme.

L'urbanisation est l'une des tendances mondiales les plus importantes du XXIe siècle. À l'heure actuelle, plus de la moitié de la population mondiale vit en zones urbaines et cette population devrait atteindre 60 % d'ici 2030. D'ici la fin de cette période, 90 % de la croissance démographique mondiale sera enregistrée dans les villes, en particulier en Afrique et en Asie.

Dans de nombreuses régions, cette tendance à l'urbanisation rapide s'accompagne d'une augmentation du nombre de bidonvilles, d'une détérioration des conditions de vie, d'un manque de sécurité d'occupation des logements et des terres et d'une intensification des disparités, des inégalités et de la discrimination. 

Pourtant, les processus d'urbanisation qui encouragent le respect et la promotion des droits de l'homme ont la capacité de transformer cette situation, où les droits de l'homme sont trop souvent ignorés ou refusés, en une force qui contribue positivement à la vie de la majorité de la population mondiale.

Cette vision transparait dans le Programme de développement durable à l'horizon 2030, dans le cadre duquel les gouvernements s'engagent à « faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables » (objectif 11). Ils s'engagent en outre à ne laisser personne de côté, en aspirant à « un monde où soient universellement respectées l'égalité et la non-discrimination », y compris l'égalité des sexes, et réaffirment la responsabilité qui leur incombe de « respecter, protéger et promouvoir les droits de l'homme, sans discrimination ni distinction d'aucune sorte ».

Pour être durables, justes et fidèles à cette vision, les modèles d'urbanisation doivent s'inspirer des principes relatifs aux droits de l'homme, en s'assurant des éléments suivants :

  • La participation libre, active et véritable de tous les habitants, en particulier des personnes les plus marginalisées. Le développement urbain et spatial doit être prévu avec et pour l'ensemble des habitants d'une ville, la priorité étant de protéger et d'améliorer les conditions de vie des plus vulnérables ;
  • Les débiteurs d'obligations sont chargés de respecter et de promouvoir les droits de tous les habitants. Les décisions et les processus susceptibles d'affecter les droits de la population urbaine (comme le droit à un logement convenable et le droit à un niveau de vie suffisant) doivent être transparents, faire l'objet d'un examen public et inclure des mécanismes gratuits et justes de plaintes et de règlement des différends ;
  • Les causes profondes des violations des principes de non-discrimination et d'égalité sont traitées, non seulement sur le plan géographique et de l'égalité des sexes, mais aussi du point de vue de la race, de la culture, de la religion, de l'âge, du handicap et de la situation sociale et économique. Trop souvent, les pauvres, les personnes vivant dans des bidonvilles ou des établissements informels, les femmes, les enfants, les minorités, les peuples autochtones, les migrants, les personnes handicapées, les réfugiés, les personnes âgées et d'autres encore ne sont pas consultés durant les processus d'urbanisation, ce qui accentue la marginalisation et la discrimination des personnes dans le besoin ;
  • Toutes les activités d'urbanisation reflètent des stratégies favorisant l'autonomisation politique, sociale et économique de la population. Dans la pratique, cela nécessite de protéger les droits et libertés fondamentales, en particulier la liberté d'expression et de réunion, le droit à l'information, à la consultation et à la participation dans les processus décisionnels, ou encore le droit de vote.

Les droits de l'homme sont essentiels si l'on veut parvenir à une urbanisation durable qui favorise l'intégration sociale et l'égalité, contribue à la lutte contre toute forme de discrimination et encourage la démarginalisation des personnes et des communautés. Il est vital d'adopter une approche fondée sur les droits de l'homme pour faire des villes un lieu favorisant l'égalité des chances, où chacun peut vivre dignement dans des conditions de paix et de sécurité.

Habitat III et le Nouveau Programme pour les villes

La Conférence des Nations Unies sur le logement et le développement durable (Habitat III) s'est déroulée à Quito, en Équateur, du 17 au 20 octobre 2016. À l'image du Programme de développement durable à l'horizon 2030, le document final de la Conférence (Nouveau Programme pour les villes) appelle à ce que personne ne soit laissé pour compte et pave le chemin de l'urbanisation pour les 20 prochaines années.

Les logements et infrastructures annexes représentent une large part des zones urbaines. Toutefois, dans de nombreux endroits, la majorité de la population citadine mondiale fait face à de grandes inégalités, de nombreuses personnes vivant dans des conditions déplorables ou des logements inabordables, en proie à des expulsions forcées et au risque de se retrouver sans abri, et craignant pour leur sécurité et leur sûreté. C'est dans ce contexte que la Rapporteuse spéciale sur le logement convenable a fourni plusieurs recommandations concernant les processus d'urbanisation et pour Habitat III. Nous vous invitons à consulter le rapport de la Rapporteuse spéciale (A/70/270), ainsi que son résumé, disponible en anglais, espagnol et français.

Le Conseil des droits de l'homme a lui-même demandé aux États « d'accorder l'attention voulue à la prise en compte du droit à logement convenable en tant qu'élément du droit à un niveau de vie suffisant dans le processus de négociation et la mise en œuvre du document final de la Conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable (Habitat III) et du Nouveau Programme pour les villes » (paragraphe 4, A/HRC/31/L.11).

Le Nouveau Programme pour les villes offre une occasion unique de promouvoir et de mettre en œuvre les droits de l'homme de tous, y compris les droits reflétés dans les objectifs de développement durable aux niveaux national et local.

Nouveau Programme pour les villes (adopté par l'Assemblée générale en décembre 2016).

De plus amples informations concernant la conférence, notamment les documents de travail, sont disponibles sur le site Web de la conférence Habitat III.

Pour en savoir plus sur la participation du Haut-Commissariat à la conférence, reportez-vous aux sections « Dernières nouvelles » et « Vidéos ».


Dernières nouvelles


Plus de communiqués de presse

Articles d’intérêt



Haute-Commissaire adjointe lors de la conférence Habitat III.


Rapporteuse spéciale sur le logement convenable lors de la conférence Habitat III.


La mise en œuvre du Nouveau Programme pour les villes et les droits de l’homme en Amérique du Sud.


La Rapporteuse spéciale sur le logement convenable Leilani Farha lance un message d’alerte à propos du nombre croissant de sans-abris.


« Mettons fin aux expulsions forcées » – HCDH


Navi Pillay, ancienne Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme : observations sur les droits de l’homme et l’urbanisation


Joan Clos, ancien directeur exécutif d’ONU-Habitat : observations à l’occasion de la Journée des droits de l’homme