16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre 

La campagne internationale « 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre » débute le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et se termine le 10 décembre, Journée des droits de l’homme. Créée à l’origine par des militants, elle continue d’être organisée chaque année par le Center for Women’s Global Leadership.

L’ONU soutient cette campagne menée par la société civile à travers la campagne « Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes » du Secrétaire général des Nations Unies (campagne « Tous UNiS »). Cette campagne utilise la couleur orange pour représenter un avenir meilleur et sans violence à l’égard des femmes et des filles comme thème fédérateur pour toutes ses activités mondiales.

Orangez le monde

Il est essentiel d’impliquer toutes les parties prenantes dans la mobilisation contre la violence à l’égard des femmes, surtout dans le contexte actuel de la pandémie de COVID-19. Cette année, la campagne « Tous UNiS » du Secrétaire général des Nations Unies avait pour thème « Orangez le monde : financez, intervenez, prévenez, collectez ! » et a porté en particulier sur la violence fondée sur le genre dans le contexte de la COVID-19.

Le HCDH a collaboré avec les médias et les a aidés à promouvoir la campagne, notamment sur les réseaux sociaux, ainsi que des sessions de sensibilisation auprès du grand public ou de groupes cibles. L’objectif était de promouvoir un changement de comportement en mettant l’accent sur une masculinité positive et en mettant en avant les normes liées à l’égalité des genres dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

En raison des mesures de confinement, il a été nécessaire de définir de nouvelles modalités de travail pour répondre aux besoins et attentes spécifiques des survivants, des victimes et des personnes exposées à la violence fondée sur le genre. Le HCDH a travaillé avec plusieurs acteurs nationaux et locaux afin de venir en aide aux victimes et leur fournir des services essentiels, notamment un accès au système de justice pénale.

Enfin, la pandémie de COVID-19 a mis en évidence la nécessité de mettre en place des programmes de développement relatifs à la violence fondée sur le genre, afin de répondre aux besoins réels qu’expriment les femmes et les filles. Cela est rendu possible grâce à la collecte de données et à un financement flexible qui donne la priorité à la prévention de la violence fondée sur le genre dans les programmes de relance budgétaire face à la COVID-19 destinés aux organisations de femmes. À travers son mandat de suivi de la situation des droits de l’homme et son travail de plaidoyer auprès des débiteurs d’obligations, le HCDH a plaidé pour l’adoption d’une approche fondée sur les droits, ce qui est essentiel pour garantir ces impératifs.

Événements/Appels mondiaux

Le 25 novembre 2020, le HCDH a organisé une série d’événements pour lancer la campagne « 16 jours d’activisme », dont le thème est « financez, intervenez, prévenez, collectez ! ».

Pour marquer ces 16 jours d’action, la Haute-Commissaire Michelle Bachelet a participé à une déclaration vidéo interinstitutions montrant l’engagement du système des Nations Unies envers la lutte contre la violence fondée sur le genre dans le contexte de la COVID-19. Cette déclaration a été diffusée lors de la commémoration officielle de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Voir les messages sur Twitter en anglais et en espagnol

Regarder la déclaration vidéo interinstitutions sur la violence fondée sur le genre dans le contexte de la pandémie de COVID-19* sur YouTube

Le HCDH, l’OMS et l’Oxford Human Rights Hub ont diffusé une vidéo sur la violence faite aux femmes et les objectifs de développement durable*. Elle encourage l’utilisation de tactiques fondées sur les droits humains pour lutter contre la violence à l’égard des femmes et favoriser des progrès significatifs dans la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Pour en savoir plus, consultez la page Facebook du HCDH*.

Le 8 mars 2021, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, qui avait pour thème le « Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la COVID-19 », la Présidente du Conseil des droits de l’homme a déclaré qu’il était essentiel de réfléchir à l’impact de la pandémie de COVID-19 sur les femmes, en particulier sur les victimes d’abus et de violences non signalés.

Dans sa déclaration*, la Haute-Commissaire Michelle Bachelet a réitéré son appel à la protection des femmes ayant survécu à des actes de violence, en particulier celles appartenant à des groupes marginalisés et faisant l’objet de discrimination, qui font partie des groupes de population les plus touchés par la pandémie de COVID-19.

Le 17 mars 2020, la Rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes et le HCDH ont organisé une réunion-débat de haut niveau à l’occasion de la 65e session de la Commission de la condition de la femme. Les participants à cet événement ont fait le point sur le travail de la Plateforme des mécanismes d’experts indépendants sur l’élimination de la discrimination et de la violence à l’égard des femmes et sur ses liens avec la Commission de la condition de la femme, et ont appelé la Commission à promouvoir une approche fondée sur les droits humains dans la mise en œuvre des stratégies visant à mettre fin à la violence et à la discrimination à l’égard des femmes, en particulier dans le contexte de la pandémie actuelle.

Faits marquants sur le terrain

Bureau régional pour l’Afrique australe

Le 8 mars 2021, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, le HCDH a publié un document* de sensibilisation illustrant la situation des femmes en Afrique australe en ce qui concerne la COVID-19 et le droit à la participation. Ce document présente les obligations des États de la région en matière de droits de l’homme et coïncide avec la note de synthèse du Secrétaire général concernant l’impact de la COVID-19 sur les femmes. Il a été largement diffusé, y compris auprès des coordonnateurs résidents de la région, dans le but de contribuer aux discussions en cours sur l’importance de la participation des femmes dans les mesures d’intervention et de relèvement en lien avec la COVID-19.

Bureau régional pour l’Afrique de l’Est

Le 6 mars 2021, l’équipe du HCDH chargée des questions de genre, l’association éthiopienne pour la jeunesse et le développement culturel et la Commission éthiopienne des droits de l’homme ont organisé une conférence d’une demi-journée visant à présenter le travail des femmes dirigeantes en Éthiopie et à offrir une plateforme de discussion sur le rôle des femmes et des filles pour reconstruire en mieux. La conférence comprenait une table ronde entre des étudiants de quatre établissements de second cycle secondaire d’Addis Abeba sur l’impact de la COVID-19 sur l’accès des filles à l’éducation, suivie de deux présentations sur l’égalité des genres et l’éducation, et l’impact de la COVID-19 sur la violence domestique. 

Bureau régional pour l’Amérique du Sud

En Amérique latine, ONU-Femmes et le HCDH ont participé à la 60e réunion des présidents de la Conférence régionale sur les femmes de l’Amérique latine et des Caraïbes, qui s’est tenue virtuellement du 23 au 25 février 2021. Durant cette conférence, organisée par la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), plusieurs ministres ont fait le point sur les progrès réalisés concernant l’Engagement de Santiago dans le contexte de la COVID-19. Cet événement a aussi été l’occasion d’appuyer l’intégration d’une perspective de genre dans les politiques de lutte contre la pandémie afin de combattre la violence et les inégalités auxquelles les femmes sont confrontées. Enfin, les participants ont réaffirmé leur volonté d’accélérer la mise en œuvre de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing, et du Programme régional pour l’égalité des genres. Ils ont également convenu de promouvoir une alliance régionale favorisant l’accès des femmes aux technologies numériques en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Azerbaïdjan

Le 12 février 2021, le HCDH, conjointement avec le FNUAP, a organisé un séminaire en ligne pour 16 représentants d’organisations nationales de la société civile et avocats en exercice sur l’impact de la COVID-19 sur les droits des femmes et l’égalité des genres. Ce séminaire visait à sensibiliser les participants aux documents d’orientation et aux déclarations publiés par le HCDH et le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes sur les risques accrus de violence fondée sur le genre et de discrimination auxquels les femmes sont confrontées en raison de la crise due à la COVID-19. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a fourni aux participants une vue d’ensemble des pratiques prometteuses et des actions recommandées par le HCDH, le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes et les titulaires de mandats au titre de procédures spéciales pour faire face aux risques accrus d’exposition à la violence fondée sur le genre et pour faire respecter les droits des femmes et des filles durant la pandémie de COVID-19. Le FNUAP et le HCDH ont également présenté les conclusions d’une évaluation rapide liée au genre récemment menée par le FNUAP et ONU-Femmes pour examiner l’impact de la pandémie de COVID-19 sur l’égalité des genres.

Cameroun

Le Bureau a publié un message sur les réseaux sociaux portant sur l’éducation des médias et la lutte contre la violence fondée sur le genre et la COVID-19.

Ce message est consultable sur la page Facebook du bureau du HCDH pour l’Afrique centrale*.

République démocratique du Congo

Le 16 mars 2021, le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme a organisé un atelier pour célébrer la Journée internationale des femmes à Kinshasa. Cet atelier avait pour but de réfléchir sur la situation des femmes en République démocratique du Congo, de sensibiliser le public sur les droits des femmes et de discuter des obstacles éventuels liés à la pandémie de COVID-19, et des moyens de faire progresser les droits des femmes et de freiner les violences physiques et mentales à l’encontre des femmes.

Guatemala

Le HCDH a lancé une campagne de lutte contre la masculinité toxique et de prévention des comportements violents, notamment dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Écouter le podcast

Guinée

Le Bureau du HCDH en Guinée a organisé un dialogue avec la société civile sur leur rôle dans la lutte contre la violence fondée sur le genre et la COVID-19 avec le Chef du Bureau et plusieurs représentants de la société civile.

Mauritanie

Le 17 mars, le bureau du HCDH en Mauritanie a participé à un atelier sur le « Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la COVID-19 ». Cet atelier a été organisé par la Commission nationale des droits de l’homme avec le soutien du Bureau du HCDH en Mauritanie au profit de la section Mauritanie du Réseau des femmes élues locales (REFELA). Durant cet atelier, le bureau a soulevé plusieurs points, notamment le manque de visibilité du leadership féminin en Mauritanie et l’impact de la COVID-19 sur ce type de leadership. Le bureau du HCDH en Mauritanie a fait quelques recommandations pour mettre en avant la participation des femmes, maintenir les acquis dans le domaine des droits des femmes, et impliquer les femmes dans les efforts menés pour surmonter les nombreux obstacles rencontrés en Mauritanie.

Niger

Le 8 mars, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, le HCDH a organisé un débat avec ONU-Femmes (initiative Spotlight) autour du thème « Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la COVID-19 ». Cet événement a permis à différents acteurs de la société civile nigérienne de faire le point sur l’élimination de la violence fondée sur le genre, la participation des femmes à la vie politique et les progrès accomplis en matière d’égalité des genres et d’autonomisation des femmes. 

Fédération de Russie

Le 11 mars, l’équipe du HCDH en Fédération de Russie, l’Ombudsman de la ville de Moscou et le Forum des femmes de Moscou ont organisé une table ronde sur le thème « Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la COVID-19 », pour célébrer la Journée internationale des femmes. Les participants se sont concentrés sur le rôle prépondérant des femmes en première ligne de la lutte contre les effets néfastes de la COVID-19 dans divers domaines, notamment les soins de santé, la protection sociale, l’éducation, le travail, l’accès à l’information et la lutte contre la violence domestique. Dalia Leinarte, membre du Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes, a effectué une présentation sur « Les femmes et le leadership politique : anciens défis, nouvelles perspectives ». Melita Vujnovic, représentante de l’OMS en Fédération de Russie, a parlé des enseignements tirés de la pandémie pour améliorer la qualité de l’aide médicale et sociale. Parmi les autres participants figuraient plusieurs organismes des Nations Unies présents en Fédération de Russie (OMS, UNIC, OIT, HCR), le président et les députés du parlement de la ville de Moscou, le ministre de la protection sociale du gouvernement de la ville de Moscou, des membres du Conseil de la Fédération, le Ministère des affaires étrangères, des défenseuses des droits humains et des défenseurs des droits des femmes, des militants des droits civiques, des représentants du monde des affaires et des membres du corps universitaire.

Ukraine 

Le 24 mars, le HCDH a fait une déclaration lors d’une table ronde en ligne organisée par la Commission parlementaire des droits de l’homme sur le thème « Garantir l’égalité des genres pendant la pandémie de COVID-19 », à laquelle ont participé des membres du Parlement, des autorités publiques et des organisations internationales. Cette déclaration a abordé les effets de la pandémie sur les droits humains des femmes, en particulier des femmes roms, des femmes sans abri et des femmes handicapées, ainsi que la situation des femmes représentant la majorité du personnel de santé et celle des défenseuses des droits humains.

Iraq

Le HCDH (Mission des Nations Unies pour l’Iraq) a poursuivi ses activités de plaidoyer et sa campagne de sensibilisation sur les droits de l’homme et la COVID-19. Le dessin d’un artiste iraquien sur ce thème figure sur la page Facebook de la MANUI*. Il a été publié les 6 et 7 mars dans le cadre d’une série de messages publiés sur les médias sociaux durant la précédente campagne de 16 jours.

Syrie

En Syrie, le coordonnateur régional de l’action humanitaire pour la crise syrienne a envoyé un message sur Twitter pour lancer la campagne « 16 jours d’activisme »*.

Vidéos

Lancement par la Haute-Commissaire*

Présentation*

Sabah Al Hallak : l’impact de l’inclusion des femmes sur la paix*

Amber Heard : ne plus accepter le silence et l’injustice*

Marie Laguerre : le mouvement #noustoutesharcelement contre la violence sexuelle

Alyssa Milano : le mouvement #MeToo et la nécessité pour les femmes de continuer à élever la voix*