Intégration des questions de genre

L’intégration des questions de genre consiste à évaluer les incidences pour les femmes, les hommes et les personnes de diverses identités de genre toute mesure envisagée, notamment dans la législation, les politiques ou les programmes, dans tous les domaines et à tous les niveaux. Il s’agit d’une stratégie visant à incorporer les préoccupations et les expériences des femmes, des hommes et des personnes de diverses identités de genre dans l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des politiques et programmes, afin que tous puissent en bénéficier et pour empêcher la perpétuation des inégalités.

Si l’accent est souvent mis sur la prise en compte du point de vue des femmes dans les actions prévues, une bonne intégration des questions de genre exige que l’on tienne également compte du point de vue des hommes et des personnes ayant des identités de genre diverses. Elle nécessite une analyse de l’impact du genre sur les droits humains de chacun, y compris des LGBTI.

L’intégration des questions de genre va de pair avec la promotion et la protection des droits humains des femmes et des LGBTI, et avec l’élimination de la discrimination à leur égard. Le but ultime est d’atteindre l’égalité des genres.  L’intégration des questions de genre fait partie de la stratégie mondiale des Nations Unies pour la promotion de l’égalité des genres.

Le HCDH et la promotion de l’intégration des questions de genre

L’intégration des questions de genre fait partie de la stratégie mondiale des Nations Unies pour la promotion de l’égalité des genres. Les efforts menés par le HCDH dans ce domaine sont de deux types, à savoir :

  • l’institutionalisation du principe de l’égalité des genres dans la culture, la structure et les processus organisationnels ;
  • la promotion de l’égalité des genres dans tous les domaines du mandat du HCDH (soutien aux mécanismes des droits de l’homme, opérations sur le terrain et coopération technique, recherche et intégration des questions relatives aux droits de l’homme).

Par exemple, la politique sur l’égalité des genres* du HCDH et son plan de mise en œuvre interne et le plan d’action sur l’efficacité organisationnelle en matière de diversité et de genre* définissent des actions concrètes pour faire progresser l’égalité des genres, tant dans le cadre institutionnel que dans les activités du HCDH.

En outre, le HCDH remet des rapports annuels sur le Plan d’action à l’échelle du système des Nations Unies pour l’égalité des genres et l’avancement des femmes (ONU-SWAP). Ce cadre de référence pour l’ensemble du système des Nations Unies favorise l’établissement des responsabilités et permet de mesurer les progrès accomplis dans la réalisation de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes. Il comprend 17 indicateurs de performance qui établissent une compréhension commune de la notion d’égalité des genres et une méthode commune pour y parvenir.

Le HCDH s’efforce également de sensibiliser le public aux préjugés inconscients dans les processus de recrutement qui peuvent porter atteinte à la parité et à une plus grande diversité. Une vidéo sur les préjugés inconscients dans le processus de recrutement* a été lancée conjointement avec le groupe de coordination pour les questions de genre de l’Organisation internationale pour les migrations le 2 juin 2017.

Nous avons créé une formation sur l’intégration des questions de genre, à laquelle le personnel et le public peuvent accéder à partir du lien suivant :

Programme de certification en matière de genre

En tant que championne internationale de l’égalité des genres, la Haute-Commissaire Michele Bachelet s’est engagée à mettre en œuvre un « programme de certification en matière de genre » pour renforcer la capacité des bureaux de pays du HCDH de manière à intégrer la question du genre dans les activités de plaidoyer et les programmes du Haut-Commissariat. Ce programme de certification vise également à garantir l’implication et la participation significatives de jeunes femmes de diverses origines dans les programmes et initiatives menés par le HCDH aux niveaux mondial, régional et national.

Mis à l’essai en 2019 et lancé en 2020, le Programme de certification en matière de genre* traduit l’engagement du HCDH envers l’égalité des genres, la diversité et l’inclusion en actions mesurables. Il fournit un soutien adapté à deux présences sur le terrain par an, de manière à ce qu’elles puissent tenir ces engagements.

Stratégie liée au genre

La politique relative à l’égalité des genres et son plan de mise en œuvre interne doivent être suivis par l’ensemble du personnel du HCDH, au siège comme dans les présences sur le terrain, en s’appuyant sur une stratégie liée au genre adoptée à l’échelle du HCDH :

  • la Section des droits des femmes et de l’égalité des genres, qui inclut deux membres du personnel travaillant à plein temps sur l’intégration des questions de genre ;
  • des conseillers régionaux pour les questions de genre, qui sont des experts en matière de genre travaillant au bureau de New York et dans les bureaux régionaux (Liban, Sénégal, Panama et Éthiopie) et qui fournissent des conseils sur l’intégration des droits humains des femmes et des perspectives de genre dans le travail du HCDH aux niveaux international, régional et national. L’évaluation de la structure des conseillers régionaux pour les questions de genre indique que ce mécanisme était très efficace pour obtenir des résultats* à l’échelle régionale ;
  • les personnes chargées de questions de genre, qui sont des membres du personnel au siège et dans les présences sur le terrain, qui ont notamment pour responsabilité de faciliter l’intégration des questions de genre dans leur bureau ou section.

Le rapport du Réseau d’évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN) indique que « l’engagement de longue date [du HCDH] envers l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes est largement reconnu et très apprécié. Le HCDH a travaillé dur pour concevoir et améliorer des outils visant à promouvoir l’égalité des genres dans tous les domaines de son travail. Il a plaidé avec succès pour l’inclusion de l’objectif 5 dans le Programme 2030 et a identifié l’égalité des genres comme un domaine principal de son travail futur dans tous ses piliers stratégiques. »

Le rapport sur l’évaluation du soutien apporté par le HCDH à la législation conformément aux normes internationales spécifie que le HCDH « fournit un appui spécialisé solide et de haute qualité aux projets de loi relatifs aux questions de genre, souvent en partenariat avec l’ONU-Femmes et le FNUAP, et reçoit une assistance efficace dans ce domaine de la part de la Section des droits des femmes et de l’égalité des genres au siège ».

Débat annuel sur l’intégration d’une perspective de genre

En 2007, le Conseil des droits de l’homme a adopté la résolution 6/30, qui « se félicite de la tenue d’un débat d’experts sur l’intégration d’une perspective sexospécifique dans les travaux du Conseil des droits de l’homme, et décide d’inscrire à son programme de travail un débat annuel consacré à l’intégration d’une perspective sexospécifique dans tous ses travaux et ceux de ses mécanismes, comprenant le bilan des progrès accomplis et des difficultés rencontrées ».

Depuis 2008, le débat annuel a couvert un éventail de thèmes liés à l’intégration des questions de genre :