Défenseuses des droits humains et défenseurs des droits des femmes


Qui sont les défenseuses des droits humains et les défenseurs des droits des femmes ?

Il s’agit de toutes les femmes et les filles qui travaillent sur une question relevant des droits de l’homme, et des personnes de tous les genres qui œuvrent à la promotion des droits des femmes et des droits liés à l’égalité des genres.

Sont également inclus tous les acteurs de la société civile qui ne s’identifient pas nécessairement comme des défenseurs des droits humains et les personnes qui travaillent dans des domaines non traditionnels des droits de l’homme (journalistes, travailleurs de la santé, militants écologistes, personnes qui œuvrent à la consolidation de la paix, acteurs privés, acteurs du développement et de l’aide humanitaire, etc.). Les militants et militantes lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexes (LGBTI) en font partie, étant donné que les questions liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre contribuent à l’égalité des genres. De nombreux autres termes peuvent être employés par des individus pour s’identifier et identifier leur travail dans ces domaines pour une variété de raisons, y compris celles liées au contexte et/ou aux langues dans lesquelles ils travaillent et dont les traductions peuvent varier.

Des acteurs essentiels en faveur d’un véritable changement social

Les actions individuelles et collectives des défenseuses des droits humains et des défenseurs des droits des femmes ont joué un rôle essentiel dans la lutte contre la discrimination et les inégalités et dans la promotion des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels, notamment dans le contexte de la prévention, de la paix et de la sécurité, et du développement durable. Ces personnes ont été à l’avant-garde des mouvements de justice sociale en faveur de véritables changements sociaux qui ont bénéficié à tous.

Une résolution historique

La Déclaration sur les défenseurs des droits de l’homme reconnaît le rôle important de ces derniers, y compris des défenseuses des droits humains et défenseurs des droits des femmes, et souligne les droits de tous les défenseurs et défenseuses des droits humains et les obligations des États en la matière. En reconnaissance des difficultés liées au genre auxquelles ces personnes doivent faire face, l’Assemblée générale des Nations Unies a également adopté une résolution historique sur la protection des défenseuses des droits humains et des défenseurs des droits des femmes.

Obstacles rencontrés par les défenseuses des droits humains et les défenseurs des droits des femmes

Si les restrictions et les attaques sur l’espace civique affectent tous les défenseurs, les défenseuses des droits humains et les défenseurs des droits des femmes sont particulièrement pris pour cible et sont confrontés à des obstacles, des risques, des violations et des impacts supplémentaires et spécifiques, selon :

  • qui ils sont (femmes, filles, LGBTI, etc.) ;
  • à quoi ils s’identifient ou de quoi ils font partie (par exemple le mouvement féministe) ;
  • ce qu’ils essaient d’améliorer (par exemple les droits humains des LGBTI).

Les problèmes liés aux droits humains rencontrés comprennent :

  • la discrimination fondée sur le genre ;
  • les menaces liées au genre ;
  • la violence liée au genre ;
  • le fait de prendre pour cible des membres de la famille et des proches ;
  • l’hostilité dont font preuve les autorités et la population dans son ensemble ;
  • les discours préjudiciables et opposés à l’égalité des genres, et les campagnes de diffamation ;
  • l’exclusion, la marginalisation, la sous-reconnaissance et le manque de financement ;
  • les obstacles à l’accès aux espaces et aux plateformes de prise de décision ;
  • la stigmatisation et l’ostracisme par les dirigeants locaux, les groupes confessionnels, les familles et les communautés ;
  • les problèmes et la violence en ligne et dans les espaces numériques spécifiques au genre.

Pourquoi les défenseuses des droits humains et les défenseurs des droits des femmes sont-ils ciblés ?

Ces raisons sont multiples et complexes, et dépendent du contexte spécifique dans lequel ces personnes travaillent.

Le travail de ces défenseuses et défenseurs est souvent perçu comme une menace pour le statu quo et un obstacle aux notions traditionnelles de la famille et des rôles liés au genre. Cela peut conduire à la stigmatisation, à l’ostracisme, à l’exclusion et à l’hostilité de la part d’acteurs étatiques et non étatiques, notamment de responsables locaux et de membres de leur famille, qui considèrent ces individus comme une menace pour leur religion, leur honneur ou leur culture.

En outre, l’action menée par ces personnes, leur participation à des mouvements féministes ou ce qu’elles s’efforcent d’accomplir – comme la réalisation des droits des femmes ou d’autres droits liés à l’égalité des genres – en font également des cibles d’attaques visant à les décourager, individuellement et collectivement, de poursuivre leurs efforts.

Un soutien et une protection plus solides sont nécessaires

L’État est en premier lieu responsable de garantir un environnement favorable à l’ensemble des défenseurs des droits humains et de les protéger contre toute menace ou attaque. La communauté internationale et les présences des Nations Unies sur le terrain ont également la responsabilité de les soutenir, de collaborer de manière significative avec eux et de les protéger.

Il est nécessaire d’enquêter rapidement sur les intimidations, les menaces, les violences et autres abus dont sont victimes les défenseuses des droits humains et les défenseurs des droits des femmes. Cependant, dans la pratique, ces défenseurs et défenseuses n’ont souvent pas accès à des mécanismes de protection efficaces, inclusifs et tenant compte des questions de genre.

Compte tenu des défis uniques auxquels ces défenseurs et défenseuses sont confrontés, il est important de renforcer le soutien qui leur est apporté, de mieux reconnaître leur travail et de renforcer les mécanismes de protection, notamment aux niveaux local et international, pour répondre à leurs attentes spécifiques.

Dernières nouvelles


Articles d’intérêt



Études, rapports et documents

Note d’information pour aider le système des Nations Unies à soutenir les défenseuses des droits humains (document de 5 pages)* (2021)

Campagne #StandWithHer à l’occasion de la Journée internationale des femmes* (2021)

En première ligne : défendre les droits à l’ère de la COVID-19* (2020)

Rapport du Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs et défenseuses des droits humains (2019)

L’espace civique et les effets de la réduction de l’espace accordé aux défenseuses des droits humains en Afrique de l’Est (2019)

Haut-Commissaire : l’impact de la violence en ligne sur les défenseuses des droits humains – Déclaration à l’occasion de la journée de débat annuelle du Conseil des droits de l’homme sur les droits des femmes, 21 juin 2018

Chapitre 28 du Manuel de suivi des droits de l’homme sur le suivi et la protection des droits humains des femmes*

Fiche d’information – Les défenseurs des droits de l’homme : protéger le droit de défendre les droits de l’homme (disponible dans les six langues de l’ONU)

Rapport de la Rapporteuse spéciale sur la situation des défenseurs et défenseuses des droits humains (A/HRC/16/44) (2012)

Thèmes connexes

Rapporteuse spéciale sur la situation des défenseurs et défenseuses des droits humains

Actes d’intimidation ou de représailles dirigés contre ceux qui coopèrent avec l’Organisation des Nations Unies dans le domaine des droits de l’homme (mandat de la Sous-Secrétaire générale sur les représailles)

La protection et l’élargissement de l’espace civique

Société civile : ressources du HCDH pour les ONG, les défenseurs et défenseuses des droits humains et autres acteurs de l’espace civique
Campagnes*

Vidéos

Le combat pour la justice climatique, 2 mars 2021*

Redéfinir les normes liées aux genres, 2 mars 2021*

 

Déclaration de la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, 8 mars 2019*

 

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, célébrons les millions de femmes
qui ont transformé notre vie, 8 mars 2019*