" Ghost Nets " - La rencontre des arts aborigènes et des droits de l'homme


L'exposition " Ghost Nets " au Palais des Nations à Genève met en lumière la destruction humaine des milieux marins et la façon dont cela affecte la relation des peuples aborigènes d'Australie avec la nature.

" Ghost Nets " fait partie d’une exposition plus importante présentée au Musée d'ethnographie de Genève intitulée " l'effet Boomerang " qui présente les arts aborigènes d'Australie.

" Ghost Nets " est un projet monumental basé sur les créations d'artistes des îles du détroit de Torrès, dans la lointaine péninsule septentrionale du Cap York, qui luttent pour conserver leur lien ancestral avec la nature.

Dans un mouvement cathartique et un effort pour dénoncer les problèmes écologiques qui les affectent, ces insulaires se sont appropriés des filets de pêche de production massive perdus en mer et les ont transformés en animaux marins qui ne font plus partie de la faune de leurs rivages.

" C'est à la fois troublant et ludique - ramasser des résidus toxiques de la modernité et les marier avec des totems ancestraux de l'océan ", a déclaré le chef des droits de l'homme des Nations Unies, Zeid Ra ‘ad Al Hussein, lors de l'ouverture de l'exposition. " Des kilomètres de filets de pêche en plastique tuent des espèces et mettent en péril la capacité des communautés autochtones de se nourrir elles-mêmes. On les appelle les ghost nets ou filets fantômes, des tueurs errants. "

Les plus affectés par les effets du changement climatique sont les communautés déjà défavorisées en raison de leur situation géographique, la pauvreté, leur sexe, leur âge, leur handicap et leur origine culturelle ou ethnique.

" Les artistes aborigènes dont nous voyons aujourd'hui les œuvres retournent souvent aux symboles de la famille traditionnelle, en les récréant avec ces déchets mortels du monde moderne. Leurs œuvres contribuent à une prise de conscience de la nécessité de réformer les pratiques de pêche et encouragent les efforts de nettoyage pour rassembler les filets et les utiliser. Elles sont également source d'espoir et d'emploi, car elles autonomisent des personnes trop souvent marginalisées et exclues par la société. 

Le jour de l'ouverture de l'exposition a marqué le dixième anniversaire de la Déclaration sur les droits des peuples autochtones. Le Conseil des droits de l’homme participera à la deuxième semaine de la 36è session à Genève lorsque les droits des peuples autochtones seront au coeur de la rencontre: plusieurs mécanismes d’experts sur les peuples autochtones aborderont leurs droits humains, dont la rapporteuse spéciale sur les droits des peuples autochtones qui présentera son rapport sur sa dernière visite en Australie.

" L'histoire des communautés indigènes dans la péninsule du Cap York remonte à des dizaines de milliers d'années. Et on peut en tirer une leçon. Nous ne pouvons pas reparer le terrible mal qui a été causé aux peuples autochtones du monde entier ", a souligné Zeid. " Mais nous pouvons faire face aux dommages causés, chercher à réparer les terribles injustices qu'ils ont subies et réunir des traditions ancestrales pour améliorer ce que nous partageons tous : la Terre - et les océans ".

14 septembre 2017

Voir aussi