Header image for news printout

Le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes a clos les travaux de sa soixante-quatrième session

COMMUNIQUÉ FINAL

Il a adopté ses observations finales sur huit pays: Albanie, France, Mali, Myanmar, Philippines, Trinité-et-Tobago, Turquie et Uruguay 

GENEVE (22 juillet 2016) - Le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes a clos, aujourd’hui, les travaux de sa soixante-quatrième session, entamée le 4 juillet et au cours de laquelle il a examiné les rapports périodiques de huit États parties à la  Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes: Albanie, France, Mali, Myanmar, Philippines, Trinité-et-Tobago, Turquie et Uruguay.

Les observations finales adoptées cet après-midi par le Comité concernant chacun de ces huit pays seront disponibles incessamment – ainsi que tous autres documents concernant cette session – sur la page Internet consacrée à la session.  Les comptes rendus de séances.  Durant la session, le Comité a tenu des réunions informelles avec des représentants d'organisations non gouvernementales s'agissant de la situation dans les pays examinés.  Il a eu aussi des échanges avec des représentants d'organes et institutions spécialisées des Nations Unies. 

La Présidente du Comité, Mme Yoko Hayashi, a dressé le bilan de la session, rappelant notamment que les échanges avec les délégations française et turque avaient eu lieu juste avant les derniers événements tragiques dans ces deux pays – le sanglant attentat de Nice le 14 juillet et la tentative de coup d’État, vingt-quatre heures plus tard, en Turquie. Au nom du Comité, elle a exprimé son entière solidarité avec les victimes de la tuerie de Nice et leur famille, ainsi qu’à celles des récentes attaques survenues à Bagdad, Bruxelles, Dacca, Istanbul, Médine et Orlando.

Mme Hayashi s’est dite satisfaite, par ailleurs, des discussions au sein du Comité sur le bilan en cours des organes conventionnels impulsé par l’Assemblée générale des Nations Unies qui doit trouver son aboutissement en 2020. Elle s’est dite aussi satisfaite de « l’échange franc et ouvert » ayant eu lieu avec un État partie au sujet des méthodes de travail du Comité.

Mme Hayashi a indiqué d’autre part que durant cette session, trois décisions avaient été prises relativement aux communications individuelles dont est saisi le Comité en vertu du Protocole facultatif à la Convention.

Dans le cadre de la procédure simplifiée de présentation de rapport, le Comité a aussi adopté la liste de points à traiter en vue de l’examen ultérieur du rapport de la Roumanie.

Lors de sa prochaine session, qui se tiendra du 24 octobre au 18 novembre prochains à Genève, le Comité examinera les rapports de douze États parties : Antigua-et-Barbuda, Argentine, Arménie, Bangladesh, Belarus, Bhoutan, Burundi, Canada, Estonie, Honduras, Pays-Bas et Suisse.

__________

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel