Header image for news printout

La reconquête de Raqqa ne suppose pas de déloger l’EI «coûte que coûte»

GENEVE (31 août 2017) – Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Zeid Ra’ad al Hussein a souligné ce jeudi que la bataille pour la reconquête de Raqqa et Deir Ezzor, aux mains de l’EI, ne devait pas être menée aux dépens de la vie des civils pris au piège dans ces zones assiégées.

«Il ne s’agit pas juste de vaincre l’EI, mais de protéger et de venir en aide aux civils qui souffrent sous ce régime meurtrier,» a déclaré le Haut-Commissaire Zeid. «Au vu du nombre extrêmement élevé de rapports faisant état de victimes parmi les civils ce mois-ci et compte tenu de l’intensité des frappes sur Raqqa, sans parler du fait que l’EI utilise des civils comme boucliers humains, je suis profondément préoccupé par le coût humain inadmissible au sein de la population civile – dont la protection doit être assurée à tout moment – et par le fait que les forces impliquées dans la lutte contre l’EI soient en train de perdre de vue l’objectif ultime de cette bataille.»

Entre le 1er et le 29 août, la Coalition rapporte avoir lancé 1 094 frappes sur la ville de Raqqa et à proximité – contre 645 en juillet. En juillet, dans l’ensemble de la Syrie, ce sont 885 attaques aériennes qui ont été menées par la Coalition.

Les forces aériennes russes, qui interviennent séparément dans le ciel syrien, ont déclaré publiquement avoir mené 990 combats aériens en Syrie entre le 1er et le 21 août, et lancé 2 518 frappes.

Les attaques aériennes et terrestres sur Raqqa ont fait de nombreuses victimes civiles. S’il demeure difficile de brosser un tableau complet de la situation, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a pu vérifier les incidents suivants depuis le 1er août 2017, impliquant chacun le décès de plus de 20 civils – soit un total de 151 pertes civiles dans six incidents seulement :

•     Le 21 août dans l’après-midi, des frappes aériennes se sont abattues sur une zone résidentielle du quartier de Al-Skhani aux mains de l’EI et auraient tué 32 civils, dont au moins 11 femmes et six enfants. Au cours de la même après-midi, des frappes ont touché des zones résidentielles du quartier de Al-Badu, et auraient fait au moins 21 morts parmi les civils, dont six femmes et quatre enfants.
•     Le 20 août dans l’après-midi, des frappes aériennes se sont abattues sur un immeuble résidentiel de trois étages dans le quartier de Al-Badu, et auraient tué au moins 27 civils, dont sept enfants.
•     Dans la soirée du 17 août, des frappes ont touché des zones résidentielles du quartier de Madrasat Mu’awiya et auraient fait au moins 22 morts parmi les civils, dont six femmes et neuf enfants au moins.
•     Le 8 août au matin, des frappes aériennes se sont abattues sur une zone résidentielle du quartier de Al-Thaqna contrôlé par l’EI et auraient tué 22 civils, dont neuf femmes et 11 enfants. Il s’agirait de deux familles entières qui avaient été déplacées de Palmyre dans le gouvernorat de Homs.
•     Le matin du 1er août, des frappes ont touché des zones résidentielles du quartier de Albo Saraya et auraient fait au moins 27 morts parmi les civils, dont 12 enfants et huit femmes.

«Je suis extrêmement préoccupé par le fait que les assaillants ne veillent pas de façon systématique à respecter les principes de distinction, de proportionnalité et de précaution du droit humanitaire international,» a déclaré le Haut-Commissaire Zeid. «Dans l’intervalle, les combattants de l’EI continuent d’empêcher les civils de fuir la région, bien que certains parviennent à s’échapper en versant d’importantes sommes d’argent à des passeurs. Certains passeurs auraient même été exécutés publiquement par l’EI.»

«Alors que Raqqa est la cible des frappes aériennes, quelque 20 000 civils sont pris au piège ou risquent leur vie pour fuir les camps de fortune implantés dans les zones contrôlées par les forces démocratiques syriennes sous tutelle kurde, où ils s’entassent dans des conditions épouvantables en attendant l’achèvement d’interminables procédures de sécurité, sans qu’aucun contrôle ne soit mené sur leurs conditions de traitement et de sélection,» a déclaré Zeid.

Le Haut-Commissaire a appelé toutes les parties impliquées dans le conflit, ou exerçant une quelconque influence dans ce contexte, à faire en sorte que les civils qui souhaitent quitter la ville de Raqqa ville puissent le faire rapidement et en toute sécurité, et à assurer la protection de ceux qui restent.

Le Haut-Commissariat a également été informé de l’enrôlement obligatoire de civils par l’EI à Deir Ezzor, y compris des enfants.

«Une fois Raqqa reprise à l’EI, la prochaine grande bataille sera Deir Ezzor. J’appelle toutes les parties impliquées dans le conflit en Syrie à respecter pleinement leurs obligations de protection de la population civile et des biens civils en vertu du droit international des droits de l’homme et du droit humanitaire international. Les personnes qui sont soupçonnées d’avoir commis des violations graves du droit international doivent rapidement faire l’objet d’une enquête et, si nécessaire, de poursuites conformément aux normes internationales,» a-t-il déclaré.

Pour de plus amples informations et pour toute demande de la part des médias, prière de contacter:
Rupert Colville - + 41 22 917 9767 7 rcolville@ohchr.org
Liz Throssell - + 41 22 917 9466 / ethrossell@ohchr.org
Ravina Shamdasani + 41 22 917 9169 / rshamdasani@ohchr.org

Taguez et partagez - Twitter: @UNHumanRights et Facebook: unitednationshumanrights