Header image for news printout

Le Comité onusien pour les droits des femmes va examiner le Burkina Faso, La République populaire démocratique de Corée, le Guatemala, Israël, le Kenya, le Koweït, Monaco, Nauru, la Norvège, Oman, le Paraguay et Singapour

GENEVE (19 octobre 2017) - Le Comité des Nations Unies pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes (CEDAW) se réunira à Genève du 23 octobre au 17 novembre 2017 pour examiner les droits des femmes dans les pays suivants : Burkina Faso, République populaire démocratique de Corée, Guatemala, Israël, Kenya, Koweït, Monaco, Nauru, Norvège, Oman, Paraguay et Singapour.

Les pays susmentionnés ont ratifié la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes et font l'objet d'un examen régulier du CEDAW sur la manière dont ils appliquent la Convention. Le Comité, composé de 23 experts internationaux indépendants, tiendra des consultations avec les délégations des gouvernements respectifs et sera également informé par des ONG et des institutions nationales des droits de l'homme.

Les consultations du Comité auprès des délégations auront lieu de 10h00 à 13h00 et de 15h00 à 17h00 au Palais des Nations – Salle XVI et seront retransmises sur http://webtv.un.org/.

Les conclusions du CEDAW, officiellement appelées observations finales, sur les pays passés en revue seront publiées le 17 novembre 2017 ici.

Le 14 novembre 2017 de 15h00 à 17h00, le CEDAW organisera une table ronde publique d'experts pour lancer sa nouvelle Recommandation générale n° 35 sur la violence sexiste contre les femmes ; la table ronde sera également diffusée sur le web http://webtv.un.org

FIN

Pour plus d'informations sur les travaux du CEDAW, veuillez contacter Jakob Schneider jschneider@ohchr.org

Pour toute demande des médias, veuillez vous adresser à :

Nicoleta Panta, +41(0) 22 9179310 / npanta@ohchr.org 
Accréditation des médias – cliquez ici.

Contexte

Le CEDAW est composé de 23 experts internationaux des droits humains venant du monde entier. Ils siègent à titre personnel et non en qualité de représentants des États parties. Les observations finales du Comité constituent une évaluation indépendante du bon respect par les États de leurs obligations en matière de droits humains en vertu du traité.

Taguez et partagez - Twitter: @UNHumanRights and Facebook: unitednationshumanrights