Header image for news printout

Le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes a clos les travaux de sa soixante-dixième session

COMMUNIQUÉ FINAL

GENEVE (20 juillet 2018) - Le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes a clos, aujourd'hui, les travaux de sa soixante-dixième session, entamée le 2 juillet dernier et au cours de laquelle il a examiné les rapports périodiques de huit États parties à la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes : Australie, Chypre, Liechtenstein, Mexique, Turkménistan, État de Palestine, Nouvelle-Zélande et îles Cook.

Les observations finales adoptées par le Comité concernant les pays examinés seront prochainement consultables sur la page Internet consacrée à la session. Sont également disponibles sur le site Internet de l'Office des Nations Unies à Genève les comptes rendus de séances pour l'ensemble de la session, en français et en anglais.

Ce matin, la Présidente du Comité, Mme Dalia Leinarte, a rappelé que le Comité avait, durant cette 70e session, dialogué avec des organisations non gouvernementales et institutions nationales de droits de l’homme des pays dont les rapports devaient être examinés. Mme Leinarte a, d’autre part, remercié les institutions des Nations Unies et les autres organes intergouvernementaux qui ont fourni des informations au Comité.

Mme Leinarte a indiqué que la session avait été marquée par l’adoption, avec le Comité des droits des personnes handicapées, d’une déclaration conjointe intitulée « Garantir la santé et les droits sexuels et procréatifs de toutes les femmes, en particulier les femmes handicapées » ; cette déclaration doit encore être validée par le Comité des droits des personnes handicapées. Mme Leinarte a aussi fait savoir que le Comité avait adopté des modalités de coopération avec Mme Pramila Patten, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies chargée de la question des violences sexuelles en période de conflit, et ancienne membre du Comité.

Pendant cette session, a encore indiqué la Présidente, le Comité a eu des entretiens fructueux avec l’Expert indépendant sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, de même qu’avec des représentants de l’Organisation mondiale de la Santé au sujet d’enjeux ayant trait à la santé de la femme.

Des progrès ont aussi été réalisés s'agissant de l’examen des communications (plaintes) individuelles présentées au titre du Protocole facultatif se rapportant à la Convention : trois communications ont fait l'objet de décisions finales lors de cette session, a précisé la Présidente. D’autre part, dans le cadre des mesures prises au titre de la résolution 68/268 de l’Assemblée générale des Nations Unies, sur le renforcement du fonctionnement des organes conventionnels des droits de l’homme, deux membres du Comité ont été chargés de la question des actes de représailles ou d’intimidation commis à l’encontre des personnes qui collaborent avec le Comité.

Le Comité a enfin adopté le projet de rapport de la session.

Lors de sa prochaine session, qui se tiendra à Genève du 22 octobre au 9 novembre 2018, le Comité doit examiner les rapports des pays suivants : Bahamas, Congo, ex-République yougoslave de Macédoine, Maurice, Népal, République démocratique populaire lao, Samoa et Tadjikistan.

___________

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel