Header image for news printout

Burundi : la Commission d’enquête invite le Gouvernement à ouvrir le dialogue

GENEVE (28 septembre 2018) - La Commission d’enquête sur le Burundi prend note avec satisfaction de la décision du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies de prolonger son mandat pour une année supplémentaire. Elle souhaite que cette décision ouvre un nouveau chapitre dans les relations entre la Commission et les autorités burundaises, basé sur les principes de coopération et de dialogue qui prévalent au sein de ce Conseil dont le Burundi est membre.

« La Commission réitère sa volonté de coopérer avec le gouvernement burundais et l’ensemble des acteurs concernés par la situation des droits de l’homme au Burundi. Elle invite le gouvernement à accepter la main qui lui est tendue et à engager un dialogue constructif avec la Commission », plaide Doudou Diène, président de la Commission d’enquête.

Depuis sa création par le Conseil des droits de l’homme, en septembre 2016, la Commission d’enquête sur le Burundi a recueilli près d’un millier de témoignages de victimes, témoins ou auteurs présumés de violations et d’atteintes aux droits de l’homme. Elle est aujourd’hui le seul mécanisme international à même d’enquêter de manière indépendante, impartiale et rigoureuse sur la situation des droits de l’homme qui prévaut dans le pays.

Dans son rapport, publié le 5 septembre dernier, la Commission d’enquête s’est inquiétée de la persistance de graves violations des droits de l’homme, dont certaines sont constitutives de crimes contre l’humanité. Elle a aussi exprimé sa préoccupation face à l’impunité quasi-totale dont bénéficient notamment les agents de l’Etat et les Imbonerakure (les jeunes du parti au pouvoir) impliqués dans ces actes.

« A l’approche des élections de 2020, le Gouvernement du Burundi doit s’engager fermement et sans équivoque à mettre immédiatement un terme aux violations des droits de l’homme commises dans le pays. Il doit aussi en poursuivre les auteurs présumés et apporter aux victimes l’assistance et les soins dont elles ont besoin », insiste Doudou Diène.

ENDS

Background

La Commission d’enquête sur le Burundi a été créée, le 30 septembre 2016, par la résolution 33/24 du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Elle a pour mandat de mener une enquête approfondie sur les violations et atteintes aux droits de l’homme commises au Burundi depuis avril 2015, d’en identifier les auteurs présumés et de formuler des recommandations. Elle compte trois membres : Doudou Diène (Sénégal), Lucy Asuagbor (Cameroun) et Françoise Hampson (Royaume-Uni).

Le rapport 2018 et autres documents utiles

Media contact: (Geneva) Claire Kaplun, Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (OHCHR), Tel: +41-2 917 9056, email: ckaplun@ohchr.org