Header image for news printout

Les femmes sont souvent plus fortement touchées par les mesures d’austérité et les coupes budgétaires, dit l’Expert de l’ONU

New York (22 octobre 2018) – Les femmes sont les plus fortement touchées par les mesures d’austérité et les coupes budgétaires dans les secteurs sociaux, a dit aujourd’hui un expert des droits humains de l’ONU. Une quantité croissante et disproportionnée du travail de soin non rémunéré repose sur les femmes.

“Les mesures et les réformes économiques fondées sur l’austérité ont tendance à affecter négativement les femmes plus que les hommes”, a dit Juan Pablo Bohoslavsky, dans son rapport à l’Assemblée générale.

“Les politiques économiques discriminatoires ne peuvent être justifiées par le besoin d’atteindre des objectifs macro-économiques et sans considérer les droits humains des femmes et l’égalité des sexes.”

“Parmi les diverses formes d’inégalité sur le marché du travail, le travail non rémunéré des femmes est souvent omis lors de l’élaboration des politiques et des réformes économiques.”

L’Expert de l’ONU a noté que la pensée économique dominante ne prend pas en compte la valeur du travail domestique et du travail de soin non rémunéré et leur importante contribution à l’économie. « Les femmes exécutent la majeure partie de ces travaux qui soutiennent la croissance économique », a dit Bohoslavsky.

Les politiques d’austérité et de consolidation fiscale touchent les groupes les plus vulnérables d’une population déterminée, parmi lesquels les femmes sont surreprésentées et les plus exposées. De plus, ces mesures viennent exacerber la discrimination et l’inégalité.

Parmi les femmes les plus exposées figurent les mères monoparentales, les jeunes femmes, les femmes handicapées, les femmes âgées, les femmes réfugiées et migrantes, les femmes LGBT ; ainsi que les femmes qui appartiennent à des minorités ethniques, religieuses et linguistiques, les femmes en milieu rural, et celles qui vivent dans la pauvreté ou l’extrême pauvreté.

Ce rapport est une pierre angulaire pour la finalisation des Principes directeurs pour l’étude d’impact des réformes économiques sur les droits de l’homme.

“Les études d’impact sur les droits de l’homme, qui comprennent clairement une perspective de genre, peuvent et devraient aider à surmonter des obstacles structurels,” a dit l’Expert de l’ONU. “Certaines avancées peuvent sembler positives en termes d’indicateurs sociaux, mais ne sont pas justes pour les femmes. En Amérique latine, par exemple il semblerait que l'inégalité globale des revenus a diminué. Toutefois, moins de 50 pourcent des femmes âgées de plus de 15 ans ont leurs propres revenus, alors que seulement 20 pourcent des hommes sont dans cette situation. Dans la même région, le revenu du travail des femmes équivaut à 70 pourcent de celui des hommes”, il conclut.

#Plusfortementtouchéesparlaustérité
Suivez le travail de l’Expert Indépendant sur Twitter à: @IEfinanceHRs

FIN

Rejoignez l’Expert indépendant et des panélistes clés lors d’un un événement parallèle pour discuter de son rapport thématique, le 24 octobre 2018, de 12:00 à 14:00, prenant place à The New School, Bob and Sheila Hoerle Lecture Hall, University Center, 63 5th Avenue, New York.

M. Juan Pablo Bohoslavsky (Argentine) a été nommé Expert indépendant chargé d’examiner les effets de la dette extérieure et des obligations financières internationales connexes des États sur le plein exercice de tous les droits de l’homme, particulièrement des droits économiques, sociaux et culturels  par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies le 8 mai 2014. Il exerçait auparavant en qualité d’expert sur la question de la dette souveraine pour la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), où il coordonnait un Groupe d’experts sur les prêts et emprunts souverains responsables. Il est indépendant de tout gouvernement ou organisation et exerce ses fonctions à titre personnel.

Les procédures spéciales, l’organe le plus important d’experts indépendants du Système des droits de l’homme de l’ONU, est le terme général appliqué aux mécanismes d’enquête et de suivi indépendants du Conseil qui s’adressent aux situations spécifiques des pays ou aux questions thématiques partout dans le monde. Les experts des procédures spéciales travaillent à titre bénévole; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ils ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants des gouvernements et des organisations et ils exercent leurs fonctions à titre indépendant.

Pour toutes demandes d’information et pour les médias, veuillez contacter Mme Juana Sotomayor, Spécialiste des droits de l’homme - OHCHR/ SPB (+41 22 917 9445 ou +41 78 77 60 371, jsotomayor@ohchr.org) ou Mme Frédérique Bourque, Spécialiste adjointe des droits de l’homme,  (+41 22 917 9946, fbourque@ohchr.org) ou contactez-nous au : ieforeigndebt@ohchr.org

Pour des demandes de renseignement des médias concernant d’autres experts indépendants, prière de contacter Jeremy Laurence, ONU Droits de l’homme– Unité Média (+41 22 917 9383 / jlaurence@ohchr.org)

Cette année 2018 est la consécration du 70ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme adoptée par l’ONU le 10 décembre 1948. La Déclaration universelle, traduite en un record mondial de 500 langues, part du principe que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ».  Ce message reste aujourd’hui essentiel pour chaque individu, chaque jour. En l’honneur du 70ème anniversaire de ce document au caractère extraordinairement précieux, et afin d’empêcher l’érosion de ses principes vitaux, nous exhortons tous les êtres humains, partout dans le monde, à se lever pour les droits de l’homme.