Header image for news printout

" Le mouvement visant à garantir le respect des droits de l’homme par les entreprises prend de l’ampleur "

Septième Forum annuel des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l’homme

Discours d’ouverture de Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme

Le 26 novembre 2018

Chers membres du Groupe de travail sur les entreprises et les droits de l’homme,
Excellences,
Chers collègues et amis,

Je suis ravie de vous accueillir au Forum des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l’homme de cette année.

Il y a 70 ans, presque jour pour jour, la communauté internationale proclamait la Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre et la plus haute aspiration de tous les peuples.

La Déclaration universelle appelle " tous les individus et tous les organes de la société " à s’efforcer de promouvoir le respect des droits de l’homme. Les entreprises sont l’un de ces organes de la société et elles jouent un rôle particulièrement important, non seulement dans le respect des droits de l’homme des travailleurs et des personnes impliquées dans des activités commerciales, mais aussi en influençant et en incitant les autres à faire respecter les droits de l’homme.

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 renforce le rôle des entreprises dans notre quête d’un monde où personne n’est laissé pour compte. Il appelle les entreprises à contribuer activement au respect universel des droits de l’homme. Lors de l’adoption du Programme 2030, les États se sont spécifiquement engagés à assurer le bon fonctionnement du milieu des affaires, dans lequel les droits de l’homme sont protégés, conformément aux Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme, et aux normes du travail de l’OIT. Plus particulièrement, le 17e objectif de développement durable souligne l’importance de mettre en place des partenariats mondiaux plus solides pour soutenir et réaliser le Programme 2030, en réunissant les gouvernements nationaux, la communauté internationale, la société civile, le secteur privé et d’autres acteurs.

Ce forum de trois jours sera l’occasion d’examiner comment ces engagements et ces aspirations peuvent être concrétisés et comment nous pouvons accélérer et intensifier nos progrès.

Excellences,
Chers collègues,

Nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir avant que les objectifs de la Déclaration universelle soient pleinement atteints. Mais je suis ravie de voir que le mouvement visant à garantir le respect des droits de l’homme par les entreprises prend de l’ampleur. Le grand intérêt que suscite ce Forum annuel en témoigne.

Un certain nombre d’entreprises et d’organisations d’entreprises montrent la voie en reconnaissant leur responsabilité en matière de droits de l’homme et en prenant des mesures pour identifier, prévenir et traiter les impacts négatifs sur les droits de l’homme.

De plus en plus, les entreprises utilisent également leur influence pour promouvoir le respect des droits de l’homme auprès de leurs partenaires commerciaux.

Nous assistons également à une plus grande implication des chefs d’entreprise lorsque des défenseurs des droits de l’homme sont pris pour cible pour s’être exprimés contre des abus ou lorsque les libertés fondamentales sont menacées. Par exemple, de nombreuses entreprises défendent l’égalité des droits des personnes LGBTI., et nous pouvons citer bien d’autres exemples.

J’invite tous les acteurs du secteur privé présents aujourd’hui à se joindre à notre campagne de défense des droits de l’homme (#StandUp4HumanRights) et à adhérer à l’engagement pour les droits de l’homme, que vous trouverez sur notre site Web. Vous y trouverez également des suggestions sur la façon dont les entreprises et d’autres acteurs peuvent s’engager pour promouvoir et défendre les droits de l’homme.

Excellences,

L’engagement du secteur des entreprises en faveur d’un changement positif a été motivé, en grande partie, par les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme, adoptés en 2011.

Les États sont les premiers responsables de la mise en place de politiques et d’une réglementation efficaces des activités des entreprises afin de protéger les droits de l’homme. Néanmoins, l’un des principaux messages découlant des Principes directeurs est que chaque entreprise, grande ou petite, a pour responsabilité de respecter les droits de l’homme.

En d’autres termes, indépendamment de la manière dont les États s’acquittent de leur obligation de protéger tous les droits de l’homme, les entreprises sont tenues de les respecter. Si les gouvernements manquent à leur obligation de protéger les droits de l’homme, les entreprises doivent prendre des précautions supplémentaires pour s’assurer qu’elles ne sont pas impliquées dans des violations des droits de l’homme.

Les engagements publics relatifs au respect des droits de l’homme doivent s’accompagner de mesures pratiques qui permettent aux entreprises de savoir et de montrer qu’elles respectent les droits de l’homme tout au long de leur chaîne d’approvisionnement. En d’autres termes, elles doivent faire preuve de diligence raisonnable en matière de droits de l’homme, ce qui consiste avant tout à prévenir les effets négatifs sur les personnes.

Le devoir de diligence en matière de droits de l’homme est devenu une norme de conduite attendue. Nous devons maintenant faire pression pour une mise en œuvre beaucoup plus large et tirer des enseignements de ce qui fonctionne. Tel est l’objectif du Forum de cette année.

Nous examinerons comment les entreprises ont tenu leurs promesses et tiré des leçons des nouvelles pratiques. Nous discuterons de ce qui peut être fait pour accélérer le rythme et combler les lacunes, notamment les mesures juridiques et politiques que les gouvernements doivent prendre pour inciter les entreprises à respecter les droits de l’homme.  Nous verrons aussi dans quelle mesure les gouvernements eux-mêmes sont efficaces dans leur rôle d’acteurs économiques.

Le Groupe de travail sur les entreprises et les droits de l’homme nous a fourni une analyse contextuelle, qui identifie un certain nombre de bonnes pratiques émergentes.  Toutefois, il note également que la plupart des entreprises dans le monde ne font toujours pas preuve de la diligence raisonnable attendue en matière de droits de l’homme.

En effet, de nombreuses régions du monde ont leur lot d’histoires fâcheuses.

Je suis particulièrement préoccupée par le nombre d’agressions commises contre les femmes et les hommes qui prennent la parole et tentent de défendre leurs communautés contre les violations des droits de l’homme dans le cadre de leurs activités commerciales. Chaque semaine, et parfois chaque jour, nous recevons des rapports sur des cas de violence physique, y compris des meurtres. Dans certains cas, des entreprises semblent être impliquées dans ces attaques.

Des campagnes choquantes d’intimidation, de diffamation et de harcèlement sont également souvent signalées, ainsi que le recours à des poursuites judiciaires longues et coûteuses par les entreprises, pour réduire au silence les travailleurs et les défenseurs des droits de l’homme.

Il faut faire changer les mentalités à une plus grande échelle. Heureusement, les entreprises et les gouvernements peuvent faire preuve de diligence en matière de droits de l’homme pour inciter les entreprises à respecter ces droits. Et j’ai bon espoir que nous continuerons de voir des exemples de ces changements au cours des prochains jours.

Ce forum réunit des décideurs et des professionnels souhaitant partager et élaborer des solutions pratiques, qui fonctionnent dans le monde réel.

Il est encourageant de voir que la participation des entreprises au Forum a augmenté chaque année et qu’elle représente à présent un tiers de l’ensemble des participants. Pour moi, cela indique une compréhension de plus en plus répandue que le respect des droits de l’homme est dans l’intérêt de tous.

Les sociétés deviennent plus fortes, les individus bénéficient de plus de possibilités et de libertés, leur dignité est renforcée, et les entreprises font des progrès – le respect des droits de l’homme étant bénéfique pour leurs résultats financiers et leur réputation. L’expérience montre que faire ce qu’il faut, c’est aussi la meilleure chose à faire.

Je souhaite la bienvenue aux éminents dirigeants du monde des affaires et de la société civile qui prendront la parole devant cette séance plénière, notamment Kailash Satyarthi, qui a reçu le prix Nobel de la paix pour son travail contre l’esclavage des enfants.

Je tiens également à exprimer ma gratitude à ceux qui sont venus de loin pour partager les expériences de leurs communautés en matière de violations des droits de l’homme dans le contexte des affaires.

Nous comptons sur vous tous pour faire entendre votre voix et inspirer notre collaboration, alors que nous faisons progresser la vision d’un monde qui défend universellement les droits de tous.  

Merci.