Header image for news printout

Cérémonie de remise du Prix des droits de l’homme

Cérémonie de remise du Prix des Nations Unies dans le domaine des droits de l’homme

Déclaration de Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme

New York, le 18 Décembre 2018

Madame la Présidente de l’Assemblée générale,
Monsieur le Secrétaire général,
Excellences,
Chers lauréats du prix des Nations Unies,
Chers collègues et amis,

J’ai l’immense plaisir et l’honneur d’accueillir les lauréats du Prix des Nations Unies 2018 dans le domaine des droits de l’homme.

Je suis émue, non seulement par leur courage et leur ténacité, mais aussi par l’impact de leurs accomplissements. La défense des droits de l’homme n’est pas seulement un acte noble, mais joue également un rôle crucial dans la manière dont les sociétés résolvent les problèmes ; réparent les injustices ; et favorisent la paix, l’inclusion et une prospérité durable.

Quand Asma Jahangir a fondé le premier centre d’aide juridique du Pakistan en 1986, ses efforts en faveur de la défense des droits des femmes, des enfants, des minorités religieuses et des pauvres ont contribué à renforcer l’état de droit pour une meilleure gouvernance. Elle a inspiré des générations de défenseurs des droits de l’homme, bien au-delà des frontières de son pays, et lorsque nous l’avons perdue, c’est la communauté toute entière qui l’a pleurée.

Le travail de Rebeca Gyumi a contribué à modifier les lois sur le mariage des enfants en Tanzanie – un avantage incommensurable, non seulement pour des générations de jeunes femmes, mais aussi pour l’économie et la société dans son ensemble. Son travail sur l’autonomisation et l’éducation des filles continue de susciter une prise de conscience des droits de l’homme et de l’engagement du Programme 2030 qui vise à ne laisser personne de côté.

Joênia Wapichana est la première avocate autochtone à plaider une affaire devant la Cour suprême du Brésil, et ses plaidoyers fructueux ont permis de protéger les droits des Makuxi, Wapixana, Ingarikó, Taurepang et Patamona de conserver leurs terres et leurs cultures ancestrales. Elle prône une approche inclusive du développement fondée sur les droits de l’homme et la justice sociale, qui peut faciliter la coexistence pacifique des peuples au Brésil.

Maryam Abdulhadi Al-Khawaja représente Frontline Defenders, une organisation qui apporte chaque année un soutien rapide et efficace à plus de 2 000 défenseurs des droits de l’homme en danger. Ce soutien prend de nombreuses formes, dont des subventions de protection, des formations et le renforcement des capacités en matière de sécurité physique et numérique, une ligne téléphonique d’urgence et des campagnes. Nous honorons et saluons le courage et l’intégrité dont vous faites preuve à travers le soutien que vous apportez aux défenseurs des droits de l’homme, qui travaillent souvent dans un climat de restrictions croissantes et subissent régulièrement des menaces de violence, de stigmatisation, de sanctions légales, voire de mort.

Chers lauréats,

Vous, et la communauté internationale des défenseurs des droits de l’homme dont vous faites partie, êtes pour moi une véritable source d’inspiration.

L’impact de vos combats pour obtenir plus de justice, de dignité et d’égalité se fait sentir dans vos communautés et pays. Il s’étend aussi au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, dont j’ai l’honneur de diriger, et à l’ensemble de l’Organisation des Nations Unies. Nous sommes impatients d’entendre vos préoccupations et vos conseils. Nous nous réjouissons de vos accomplissements.

Le Prix des Nations Unies dans le domaine des droits de l’homme est l’une des récompenses les plus anciennes et des plus prestigieuses en son genre. Il a été créé par l’Assemblée générale en 1966 pour reconnaître les contributions exceptionnelles envers la promotion et la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales. La Présidente et le Secrétaire général ont mentionné certains des précédents lauréats.  

Ce Prix est l’occasion de reconnaître publiquement votre lutte et d’envoyer un message clair de soutien et de gratitude aux défenseurs des droits de l’homme du monde entier. Il nous rappelle à tous les enjeux et la valeur de votre travail, qui est aussi le nôtre.

Défendre les droits de nos semblables, c’est construire des sociétés plus fortes, fondées sur la justice au lieu de la peur ; la dignité au lieu de l’exploitation ; et le respect au lieu de l’humiliation, du mépris et de la discrimination.

Je félicite de tout cœur les lauréats du Prix des droits de l’homme des Nations Unies 2018, pour leur travail et leurs réalisations extraordinaires, qui nous inspirent tous ici présents aujourd’hui et inspirent bien d’autres dans le monde.

Merci.