Header image for news printout

Un Expert de l'ONU exhorte la RDC à rétablir les services Internet

GENÈVE (7 janvier 2019) - Un expert des Nations Unies a appelé le gouvernement de la République démocratique du Congo à rétablir les services Internet dans le pays.

Des élections générales ont eu lieu le 30 décembre et dès le lendemain, tous les principaux moyens de communications ont été fermés avant l'annonce des résultats.

"Une fermeture générale du réseau constitue une violation flagrante du droit international et ne peut en aucun cas être justifiée ", a déclaré David Kaye, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d'expression.

"L'accès à l'information est fondamental pour la crédibilité du processus électoral en cours. Les fermetures sont préjudiciables non seulement à l'accès des populations à l'information, mais aussi à l'accès aux services de base", a déclaré l'expert.

Un haut responsable du gouvernement a déclaré que les services Internet et SMS ont été coupés pour préserver l'ordre public après que des "résultats fictifs" ont commencé à circuler sur les médias sociaux, et que ces coupures resteraient en vigueur jusqu'à la publication des résultats le 6 janvier.

Les rapports indiquent que la fermeture empêche les observateurs électoraux et les témoins de transmettre les informations des bureaux de vote ruraux vers les centres de vote locaux pour la compilation des résultats. Elle entrave également la capacité de la mission des Nations Unies (MONUSCO) à communiquer avec ses partenaires sur le terrain, y compris avec les mécanismes de protection.

"J'exhorte les autorités à rétablir d'urgence les services Internet et à garantir l'intégrité d'un exercice démocratique fondamental tel que celui-ci ", a déclaré le Rapporteur spécial.

En 2016, le Conseil des droits de l'homme a adopté une résolution condamnant sans équivoque les mesures visant à empêcher ou à perturber intentionnellement l'accès à l'information en ligne ou sa diffusion, en violation du droit international des droits de l'homme, et appelant tous les États à s'abstenir de prendre de telles mesures et à y mettre fin.

Ceci faisait suite à la Déclaration conjointe des Nations Unies et des experts régionaux dans le domaine de la liberté d'expression de 2015, qui affirmait que les fermetures de réseaux ou les " interrupteurs de sécurité " sur Internet sont des mesures qui ne peuvent " jamais être justifiées en vertu du droit relatif aux droits humains ".

Le Rapporteur spécial des Nations Unies continuera de suivre de près l'évolution de la situation en RDC et se tient à la disposition des autorités pour fournir l'assistance nécessaire.

FIN
M. David Kaye, Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression.

Les Rapporteurs spéciaux  font partie de ce qu’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales qui constituent le plus grand groupe d’experts indépendants dans le système des Nations Unies des droits de l’homme, sont les mécanismes indépendants d’enquête et de surveillance du Conseil qui traitent, soit de situations spécifiques de pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire; ils ne sont pas fonctionnaires de l’ONU et ne reçoivent pas un salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et siègent à titre individuel.

Pour davantage d’informations et pour toute demande des médias, veuillez contacter Marina Narvaez (+41 22 917 9615 / mnarvaez@ohchr.org; ou Azin Tadjdini (+ 41 22 917 9400/ atadjdini@ohchr.org ).

Pour les demandes médias liées à d’autres experts indépendants de l’ONU: Jeremy Laurence – Media Unit (+ 41 22 917 9383 / jlaurence@ohchr.org