Header image for news printout

Michelle Bachelet condamne la violence aux frontières vénézuéliennes

GENÈVE (24 février 2019) – Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a condamné dimanche les actes de violence le long des frontières du Venezuela avec la Colombie et le Brésil, ainsi qu’au sein du pays. Elle a en outre condamné l’usage excessif de la force par les forces de sécurité vénézuéliennes, ainsi que l’implication de forces pro-gouvernementales, qui ont fait au moins quatre morts et plus de 300 blessés vendredi et samedi.

" Des personnes ont été abattues et tuées, d’autres ont déclaré avoir reçu des blessures dont elles ne se remettront jamais complètement, notamment la perte d’un œil , a-t-elle déclaré. " De telles scènes sont honteuses. Le Gouvernement vénézuélien doit mettre un terme à l’usage excessif de la force contre les manifestants non armés et les citoyens ordinaires. 

Mme Bachelet a indiqué qu’elle avait reçu des informations faisant état d’incidents nombreux et, dans certains cas, prolongés et violents, à différents endroits le long des frontières avec la Colombie et le Brésil, alors que les forces de sécurité vénézuéliennes tentaient d’arrêter l’acheminement de l’aide au Venezuela par des postes frontière fermés.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a également reçu plusieurs rapports révélant l’implication de forces armés pro-gouvernementales dans les attaques violentes perpétrées contre les manifestants. Mme Bachelet a exhorté le Gouvernement à " contenir ces groupes et à arrêter ceux qui ont utilisé la force contre les manifestants. L’utilisation de forces supplétives a une longue et sinistre histoire dans la région , a-t-elle ajouté. " Et c’est très alarmant de les voir agir ouvertement de cette façon au Venezuela. Le Gouvernement peut et doit les empêcher d’envenimer la situation, qui est déjà très tendue. 

Pour plus d’informations et pour toute demande de la part des médias, veuillez contacter : Rupert Colville – + 41 22 917 9767 / rcolville@ohchr.org ou Marta Hurtado -– + 41 22 917 9466 / mhurtado@ohchr.org.