Header image for news printout

Le Comité des droits des personnes handicapées a clos sa vingt-deuxième session

Il a examiné les rapports de neuf États parties

Le Comité des droits des personnes handicapées a clos, cet après-midi, les travaux de sa vingt-deuxième session, qui se tenait depuis le 26 août dernier au Palais des Nations de Genève.

Pendant cette session, le Comité a examiné les rapports de l'Albanie, de l'Australie, d'El Salvador, de l'Équateur, de la Grèce, de l'Inde, de l'Iraq, du Koweït et du Myanmar au sujet de la mise en œuvre, par ces pays, des dispositions de la Convention relative aux droits des personnes handicapées.  Les observations finales du Comité concernant ces rapports seront disponibles le mardi 24 septembre au matin sur la page Internet consacrée à cette session. 

Au cours de cette session, le Comité a également auditionné les organisations non gouvernementales et les institutions nationales de promotion et de protection des droits de l'homme s'agissant de l'application de la Convention dans les États parties dont l'examen des rapports figurait à l'ordre du jour. 

Lors de la séance de clôture de la session, cet après-midi, la Rapporteuse du Comité, Mme Amalia Gamio, a présenté son rapport sur les activités du Comité durant cette 22ème session.  Elle a notamment rappelé que le Comité avait créé un groupe de travail sur ses méthodes de travail et proposé la création d'un autre groupe de travail aux fins de l'élaboration d'une observation générale sur l'article 27 de la Convention (qui traite de travail et d'emploi). 

M. Danlami Umaru Basharu, Président du Comité, a ajouté que le Comité avait, au titre du Protocole facultatif à la Convention, examiné six plaintes individuelles (communications).  Les décisions du Comité concernant ces cas seront notifiées aux parties concernées aussitôt que possible avant d'être rendues publiques, a-t-il précisé. 

L'Alliance internationale du handicap est également intervenue lors de cette séance de clôture, rappelant notamment que la privation de capacité juridique des personnes handicapées avait été l'un des problèmes soulevés tout au long de cette session.  L'Alliance a salué l'insistance avec laquelle les membres du Comité, pendant leur dialogue avec les États, ont incité les États à abolir le régime de curatelle et d'autres mécanismes substitutifs à la prise de décisions par les personnes handicapées elles-mêmes, afin de faire en sorte que toutes les personnes handicapées jouissent de leurs droits fondamentaux sur un pied d'égalité avec les autres personnes.

Le Comité a enfin adopté le rapport provisoire de sa session.

La prochaine session du Comité doit se tenir à Genève du 9 au 27 mars 2020.