Header image for news printout

Réunion de haut niveau de la 25e Conférence des Parties
« Nous osons » : les enfants et les jeunes face aux changements climatiques
Déclaration de Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme


Madrid, le 9 décembre 2019

Chère Mary,

Chère Henrietta,

Monsieur le Ministre Rodriguez,

Chers militants venus du monde entier,

Bonjour à tous. Permettez-moi de vous dire à quel point je suis heureuse d'être ici, de pouvoir vous remercier de tout cœur pour votre détermination et votre clarté. Je tiens à remercier tout particulièrement les représentants des gouvernements qui ont signé la Déclaration sur les droits de l'enfant et les changements climatiques.

La lutte pour la justice climatique – et pour des actions climatiques urgentes et efficaces – est une lutte pour les droits de l'homme. Les jeunes en particulier ont récemment été à l'avant-garde de ce mouvement – en se mobilisant de manière pacifique et avec persistance ; en ayant recours à des actions en justice stratégiques ; en aidant à concevoir des solutions climatiques ; en surmontant les obstacles et en bravant les menaces.

De nombreux jeunes sont en colère face à l'incapacité des dirigeants – des gouvernements, des entreprises et des institutions – à agir pour faire face à la réalité dont nous sommes tous témoins. Les changements climatiques se produisent déjà, ils détruisent des vies, et des infrastructures et écosystèmes vitaux.  Aucun pays, aucune économie, et aucune communauté ne seront épargnés par leur impact. Cela ne sert à rien de nier ces faits – ni de continuer comme si de rien n'était. Notre monde, notre vie, et votre avenir sont en jeu.

Les jeunes – y compris ceux de moins de 18 ans – ont le droit de participer aux décisions. La Convention relative aux droits de l'enfant l'exige. L'Accord de Paris le confirme. Je suis heureuse de voir des jeunes exercer ce droit – dans les salles d'audience et dans la rue, aux Nations Unies et dans les parlements – pour exiger plus d'actions efficaces.

Le Haut-Commissariat continuera de travailler pour défendre votre droit à exprimer votre point de vue, et pour garantir que ces points de vue sont pris en compte dans l'action climatique à tous les niveaux – y compris ici à la COP25, où nous devons nous mobiliser pour assurer le plein potentiel du point de l'ordre du jour relatif à l'Action pour l'autonomisation climatique.

Nous continuerons à défendre et aider les gouvernements du monde entier à prendre des mesures concrètes et urgentes pour traiter des effets disproportionnés de la crise climatique sur les droits des enfants et des jeunes – en particulier ceux qui vivent dans des communautés vulnérables, dont la voix est étouffée par la pauvreté ou la discrimination.

Nous intensifierons nos efforts avec les entreprises, les organismes d'investissement et les États pour veiller à ce que tous les acteurs commerciaux adoptent des normes relatives aux droits de l'homme dans l'ensemble de leurs activités – allant de l'approvisionnement en matières premières à la distribution et l'impact des produits qu'ils vendent.

Nous continuerons également à travailler pour une transition juste et rapide vers une économie verte – dans laquelle vous et les générations futures serez en mesure de prospérer et de croître.

Je comprends le désespoir et la colère que ressentent de nombreux jeunes – et moins jeunes. Nous connaissons tous les faits, mais jusqu'à présent, trop peu d'actions ont réellement été menées. Vos actions aident à faire changer cela – et c'est une véritable source d'espoir pour nous tous.

La justice climatique est importante, car les changements climatiques sont discriminatoires. Les personnes et les communautés qui sont les plus profondément touchées par les changements climatiques sont celles qui souffrent déjà de la discrimination – en raison de la pauvreté, de leur sexe, de leur statut autochtone, de leur handicap ou de leur statut minoritaire- et parce qu'ils ont été déplacés.

Une étude publiée par Nature en octobre indique que des territoires qui abritent actuellement quelque 150 millions de personnes seront « en permanence sous la ligne de marée haute » d'ici 30 ans. Où toutes ces familles vont-elles trouver un abri, des services, de la nourriture, une nouvelle vie ?

Notre travail – votre travail – afin d'assurer une justice climatique est vital.

Nous devons contrer efficacement les menaces climatiques à l'aide de mesures coordonnées à l'échelle internationale et fondées sur l'équité, et grâce à une transition juste vers des structures économiques plus adaptées. Nous avons besoin de mesures d'incitation, de règlements et de lois pour protéger nos droits de l'homme, y compris le droit à un environnement sain. Nous devons adopter des pratiques de conservation et d'efficacité énergétiques à grande échelle, et éliminer la discrimination, qui expose les populations et les communautés aux dommages liés aux changements climatiques. Nous avons besoin d'un renforcement des capacités et d'un appui financier.

Nous devons mettre en œuvre le principe d'équité intergénérationnelle que l'Accord de Paris présente de façon explicite.

Nous devons veiller à ce que toutes les personnes – y compris les enfants – aient accès à la justice et à des voies de recours lorsque leurs droits sont violés, et au droit de participer à la prise de décisions.

Nous devons protéger les militants du climat des menaces et des préjudices.

Et par-dessus tout, nous devons agir pour préserver notre planète et protéger votre avenir.

Merci.