Header image for news printout

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale a clos les travaux de sa centième session

Comité pour l'élimination
de la discrimination raciale

13 décembre 2019

COMMUNIQUÉ FINAL

Le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale a clos, cet après-midi, au Palais Wilson à Genève, les travaux de sa centième session, ouverte le 25 novembre dernier et durant laquelle il a successivement examiné les rapports présentés par la Colombie, le Cambodge, l'Irlande, l'Ouzbékistan et Israël, concernant les mesures que ces Etats parties ont prises pour mettre en œuvre la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale.

Les observations finales du Comité concernant chacun de ces rapports sont disponibles sur la page Internet consacrée à la session.  Les comptes rendus des séances publiques sont à lire sur le site du Service de l'information des Nations Unies à Genève (cliquer tout en haut à droite pour basculer vers les comptes rendus en français).

Durant la session, le Comité a tenu des réunions afin d'auditionner des représentants de la société civile s'agissant de l'application de la Convention dans les Etats parties dont l'examen des rapports figurait à l'ordre du jour.

Lors de la séance de clôture de cette centième session, la Rapporteuse du Comité, Mme Rita Izsák-Ndiaye, a ajouté que durant cette session, dans le contexte de la procédure d'alerte précoce et d'action urgente, le Comité s'est penché sur plusieurs situations de pays spécifiques qui requéraient son attention urgente et a adressé quatre lettres et adopté une décision dans ce domaine.

Le Comité a par ailleurs adopté des lignes directrices s'agissant de la procédure à suivre dans les cas de rapports faisant états de menaces ou de représailles contre des défenseurs des droits de l'homme qui coopèrent avec le Comité.

La Rapporteuse a en outre indiqué que le Comité avait poursuivi, durant cette session, l'examen des trois communications interétatiques soumises par l'État du Qatar (le 8 mars 2018) contre le Royaume d'Arabie saoudite et contre les Émirats arabes unis, et par l'État de Palestine (le 23 avril 2018) contre l'État d'Israël. 

S'agissant des communications soumises par le Qatar, les consultations du Président du Comité s'agissant de la mise en œuvre d'une Commission de conciliation ad hoc (telle que prévue à l'article 12 de la Convention) sont en cours, a précisé Mme Izsák-Ndiaye. 

S'agissant de la communication soumise par l'Etat de Palestine, le Comité a adopté une décision sur sa juridiction concernant cette communication (décision qui pourra être consultée sur le site web du Comité) par laquelle il s'est déclaré compétent pour examiner cette communication, a indiqué Mme Izsák-Ndiaye, avant d'ajouter que le Comité allait maintenant devoir se prononcer sur l'admissibilité de la communication. 

Le 9 décembre, le Comité a par ailleurs tenu une réunion avec des représentants d'organisations non gouvernementales afin d'échanger sur la manière d'intensifier sa coopération avec ces dernières. 

Le Comité a par ailleurs continué ses travaux sur l'élaboration d'un projet de recommandation générale (n°36) concernant la prévention du profilage racial et la lutte contre cette pratique.

Au dernier jour de sa session – ce matin – le Comité a par ailleurs tenu une réunion pour célébrer sa 100e session. 

Lors de sa prochaine session, qui se tiendra à Genève du 20 avril au 8 mai 2020, le Comité doit examiner les rapports des six États parties suivants: Danemark, Italie, Liban, Pays-Bas, Singapour et Suisse. 

_______________

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Follow UNIS Geneva on Website | Facebook | Twitter| YouTube |Flickr