Header image for news printout

Note de conférence de presse sur l'Éthiopie

Porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme :  Rupert Colville 

Lieu : Genève 

Date : 27 mars 2020

Sujet : Éthiopie

Nous sommes très préoccupés par le blocage des communications qui se poursuit dans certaines parties de l'Éthiopie, et appelons tous les pays à veiller à ce que tout le monde ait facilement et librement accès à Internet et aux services téléphoniques, d'autant plus dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

L'Éthiopie a ordonné l'interruption des services Internet et de communication le 7 janvier, invoquant des raisons de sécurité, et a ainsi bloqué l'accès à Internet et aux services téléphoniques dans plusieurs zones sous contrôle militaire fédéral – à savoir les zones Kellem Wellega, Wellega Ouest et Horo Gudru Wellega, situées à l'ouest de la région d'Oromia. Cette interruption a coïncidé avec les opérations militaires du Gouvernement contre la branche armée du Front de libération oromo (FLO), autrefois interdit.

Au cours de l'année écoulée, le Gouvernement éthiopien a bloqué l'accès à Internet à plusieurs reprises, affectant la vie et les droits de l'homme des Éthiopiens résidant dans les zones concernées, en entravant leur capacité à partager et à accéder aux informations, ou tout simplement à maintenir le contact avec leurs proches.

L'Éthiopie n'est pas le seul pays à interrompre ses moyens de communication. Nous exhortons tous les gouvernements à cesser immédiatement toute interruption générale des services Internet et de télécommunications. Chacun a le droit de recevoir et de diffuser des informations. Les mesures strictes comme le blocage général de l'accès à Internet et aux télécommunications, parfois pour des périodes prolongées, violent les principes de nécessité et de proportionnalité et sont contraires au droit international.

À l'heure actuelle, marquée par la crise de la COVID-19, tout le monde sans exception doit recevoir des informations factuelles et pertinentes sur la maladie, sa propagation et les mesures prises pour la combattre.

Les autorités, les professionnels de la santé et les experts doivent être en mesure de partager des informations exactes et vitales entre eux et avec le public sur la pandémie.

Il est également essentiel que les informations sur la maladie soient disponibles dans des langues et des formats faciles à comprendre, qu'elles soient adaptées aux besoins spécifiques de chacun, notamment des malvoyants et des malentendants, et qu'elles atteignent les personnes illettrées ou maîtrisant peu la lecture, ainsi que les personnes n'ayant pas accès à la technologie.

FIN

Pour plus d'informations et pour toute demande de la part des médias, veuillez contacter les personnes suivantes : Rupert Colville - + 41 22 917 9767 / rcolville@ohchr.org; Jeremy Laurence - + 41 22 917 9383 / jlaurence@ohchr.org  ; Liz Throssell - + 41 22 917 9296 / ethrossell@ohchr.org ou Marta Hurtado - + 41 22 917 9466 / mhurtado@ohchr.org  

Suivez et partagez – sur Twitter : @UNHumanRights et sur Facebook :  unitednationshumanrights