Header image for news printout

COVID-19 : des mesures ciblées nécessaires pour protéger les personnes LGBTI durant la pandémie – Michelle Bachelet

GENÈVE (17 avril 2020) – Les États doivent veiller à ce que les lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexes (LGBTI) ne soient pas victimes de discrimination ou de représailles pour avoir cherché à obtenir des soins de santé durant la crise due à la COVID-19, a déclaré vendredi la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme Michelle Bachelet, alors que le HCDH publie une nouvelle note d'orientation à l'intention des États et d'autres parties prenantes sur la COVID-19 et les droits de l'homme des personnes LGBTI*.

« Les personnes LGBTI sont parmi les plus vulnérables et marginalisées dans de nombreuses sociétés, et parmi les plus exposées aux risques liés à la COVID-19. Dans les pays où les relations homosexuelles sont punies par la loi et où les personnes transgenres sont prises pour cible, elles risquent de ne pas vouloir se faire soigner par peur d'être arrêtées ou soumises à des violences », a déclaré Mme Bachelet.

« Nous savons que les efforts pour lutter contre la pandémie ne fonctionneront que si les droits de chacun à la vie et à la santé sont protégés. Pour les personnes LGBTI, cela signifie identifier et aborder les façons dont elles sont particulièrement vulnérables, veiller à ce qu'elles ne soient pas victimes de discrimination et trouver des solutions. Cela signifie également veiller à ce que leur voix soit entendue. »

Les orientations publiées par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme identifient les principales préoccupations et définissent des actions clés dans le contexte de la pandémie.

Il s'agit notamment de veiller à ce que les mesures introduites pour réduire l'impact économique de la crise tiennent pleinement compte des personnes LGBTI, car elles sont plus susceptibles d'être au chômage et de vivre dans la pauvreté que la population en général. Compte tenu des restrictions relatives au confinement, certains jeunes LGBTI sont confinés dans des environnements hostiles sans soutien de la part des membres de leur famille ou de leurs cohabitants, augmentant ainsi les risques de violence à leur encontre, ainsi que leur anxiété et leur dépression. Il est essentiel que les services de soutien et les refuges restent disponibles pendant cette période.

FIN

Face à la crise de la COVID-19 qui frappe actuellement le monde, le HCDH publie toute une gamme de produits médiatiques ainsi que des orientations succinctes sur les nombreux aspects de la pandémie liés aux droits de l'homme. Ces ressources sont disponibles sur notre page Web consacrée à la COVID-19.

Pour plus d’informations ou pour toute demande des médias, veuillez contacter : Rupert Colville - + 41 22 917 9767 / rcolville@ohchr.org ou Jeremy Laurence - + 41 22 917 9383 / jlaurence@ohchr.org ou Liz Throssell- + 41 22 917 9296 / ethrossell@ohchr.org ou Marta Hurtado - + 41 22 917 9466 / mhurtado@ohchr.org

Tag and share - Twitter: @UNHumanRights and Facebook: unitednationshumanrights