Header image for news printout

Deux experts de l'ONU saluent les efforts de paix au Mali, estiment que le respect des droits de l'homme est essentiel

anglais

GENÈVE (24 juillet 2020) - Les experts des droits de l'homme de l'ONU ont salué aujourd'hui les efforts des dirigeants ouest-africains pour rétablir la paix et la stabilité au Mali, qui est en proie à une crise politique depuis plusieurs semaines.

"La visite jeudi au Mali des présidents du Ghana, de la Côte d'Ivoire, du Niger, du Nigeria et du Sénégal apporte un nouvel espoir d’un retour à une véritable démocratie", ont déclaré Clément Nyaletsossi Voulé, rapporteur spécial sur les droits à la liberté de réunion pacifique, et Alioune Tine, expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Mali.

"Nous demandons instamment au Mali de remplir ses obligations en matière des droits de l'homme", ont déclaré les deux experts. "Le respect et la protection des droits de l'homme au Mali sont essentiels pour une solution pacifique à la crise actuelle, et pour la sécurité non seulement dans le pays, mais aussi dans toute la sous-région".

Le fait que tant de milliers de personnes se soient déplacées pour protester ces dernières semaines montre à quel point les Maliens attachent de l'importance aux droits à la liberté de réunion pacifiques et d'association, ont déclaré les deux experts.

Ils ont exhorté les autorités maliennes à respecter et à garantir pleinement ces droits ainsi qu'à garantir la vie et l'intégrité physique des manifestants. Ils ont appelé les deux parties - y compris les manifestants - à s'abstenir de recourir à la violence, et ont déclaré que les forces de sécurité devraient suivre les normes internationales sur le recours à la force.

Ils ont particulièrement condamné l'usage excessif de la force contre des manifestants pacifiques qui a fait au moins 14 morts et 150 blessés les 10 et 11 juillet 2020.  "L'usage excessif de la force ne fera qu'alimenter la colère et mettre en danger toute possibilité de sortie de crise", ont-ils déclaré.

Voulé et Tine ont salué la libération de quelque 200 personnes arrêtées pendant les manifestations, en attendant l'enquête et le procès, mais ont rappelé aux autorités que personne ne devrait être condamné pour avoir exercé son droit fondamental à la liberté de réunion et d'association pacifiques.

"Nous demandons également qu'une enquête rapide, transparente, impartiale et approfondie soit menée sur les allégations d'usage excessif de la force par les forces de sécurité maliennes sur les manifestants, lors des manifestations organisées par le mouvement du 5 juin. Les autorités doivent mettre à disposition des données sur le nombre de personnes arrêtées, blessées et tuées lors des manifestations et veiller à ce que les responsables de ces abus soient traduits en justice".

FIN

Les experts : M. Clément Nyaletsossi Voulé (Togo), est Rapporteur spécial sur les droits à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d'association depuis avril 2018. M. Voule a travaillé sans relâche en tant que défenseur des droits de l'homme dans son pays natal, le Togo, et dans toute l'Afrique. Il est titulaire d'un diplôme en droits fondamentaux de l'Université de Nantes (France) et d'un master en droit international dans les conflits armés de l'Institut de hautes études internationales et du développement de l'Université de Genève (Suisse).

M. Alioune Tine (Sénégal) a pris ses fonctions d'expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Mali le 1er mai 2018. Le mandat d'expert indépendant a été renouvelé par le Conseil des droits de l'homme le 22 juin 2020 pour une période d'un an afin d'aider le gouvernement du Mali dans ses actions de promotion et de protection des droits de l'homme et dans la mise en œuvre des recommandations formulées dans les résolutions du Conseil.

M. Tine a été membre fondateur et président de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (RADDHO) et coordinateur du Forum des ONG africaines lors de la Conférence mondiale contre le racisme en 2000. Entre 2014 et 2018, M. Tine a été le directeur régional d'Amnesty International pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Il a publié de nombreux articles et études sur la littérature et les droits de l'homme.

Les Experts indépendants font partie de ce qu’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme « procédures spéciales », qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d’enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme afin de traiter de la situation spécifique d’un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement ; ils n’appartiennent pas au personnel de l’ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et exercent leurs fonctions à titre individuel.

Pour les demandes de renseignements et demandes des médias, veuillez communiquer avec M. Bardia Jebeli (bjebeli@ohchr.org) et/ou M. Jean Claude Misenga (jmisenga@ohchr.org).  

Pour toute requête des médias relative à d’autres experts indépendants des Nations Unies, veuillez contacter Renato de Souza (+41 22 928 9855 / rrosariodesouza@ohchr.org) et Kitty McKinsey (kmckinsey@ohchr.org).
Suivez les actualités des experts indépendants des droits de l’homme des Nations Unies sur Twitter : @UN_SPExperts.

Le monde actuel vous préoccupe ?
DÉFENDEZ les droits des autres dès aujourd’hui.
Rejoignez la campagne « Défendez les droits de l’homme » (#Standup4humanrights)
et visitez le site Web 
http://www.standup4humanrights.org