Header image for news printout

Les droits numériques à l’ère de la COVID-19

Les villes du monde entier ont mis en place des mesures pour lutter contre la pandémie de COVID-19 qui nous ont forcés à changer notre quotidien. Devenir plus résilients face à toute future menace, notamment aux pandémies, est devenu la principale préoccupation pour de nombreuses administrations municipales.

Les technologies numériques se sont avérées particulièrement utiles durant cette crise, car elles ont permis aux autorités locales et régionales de continuer à offrir des services publics essentiels, elles ont fourni à de nombreuses entreprises les moyens de continuer leurs activités et elles ont permis aux gens de rester en contact tout en respectant les mesures de santé publique liées à la COVID-19. Les technologies numériques seront également déterminantes pour la future durabilité des villes du monde entier, en particulier alors que nous entrons dans la Décennie d’action pour atteindre les objectifs de développement durable d’ici 2030.

Le potentiel des technologies numériques en tant que pouvoir transformateur pour les villes est évident, tout comme doit l’être la volonté de combler le fossé numérique. Les autorités locales et régionales doivent et devront jouer un rôle primordial dans la réalisation de cette transformation et elles nécessiteront de l’aide pour garantir un accès transparent et efficace qui renforcera les processus gouvernementaux.

Les autorités locales et régionales prouvent leur volonté de réduire et faire tomber les barrières technologies et de combler le fossé numérique grâce à des politiques et des programmes participatifs qui incluent des groupes et des zones marginalisés et qui ne bénéficient pas des avantages liés à la numérisation.

Cependant, l’adoption rapide des technologies numériques face à des crises telles que la COVID-19 peut inciter les autorités à prendre des décisions sur ces technologies sans véritablement prendre en compte leurs effets complexes et à long terme sur les droits de l’homme et le respect des principes de transparence et d’établissement des responsabilités.

Face à ces difficultés, et afin de tirer le meilleur parti des possibilités offertes par les technologies numériques pour ne laisser personne ni aucun endroit de côté, les responsables municipaux, les autorités et les principales parties prenantes ont besoin d’aide pour concevoir des cadres pratiques qui leur permettent de mener des discussions sur les technologies numériques dans leur ville, de manière à accéder à des services clés et à les fournir.

L’initiative Coalition of Cities for Digital Rights (coalition des villes pour les droits numériques), initialement lancée par les villes d’Amsterdam, de Barcelone et de New York et qui comprend 50 villes membres dans le monde, a récemment publié une série de recommandations* pour orienter les responsables municipaux, les dirigeants urbains et d’autres parties prenantes dans leur utilisation des technologies face à des crises comme la COVID-19. Le cadre de référence né de ces recommandations place les droits de l’homme en son cœur et fournit des conseils sur la manière dont il est possible d’impliquer les bénéficiaires des technologies et comment la numéralisation peut être gérée et contrôlée afin de promouvoir un accès inclusif et des effets positifs pour tous dans les communautés urbaines.

Ces recommandations portent sur plusieurs domaines, dont le consentement et la confiance, l’ouverture et la transparence, l’équité et l’inclusion, et l’innovation sociale. Elles sont particulièrement utiles à l’heure actuelle, étant donné l’impact de la COVID-19 sur diverses populations au sein des villes. Nous constatons également une augmentation des inégalités sociales et raciales, en partie due à l’inégalité d’accès aux technologies. Dans ce contexte, le renforcement des capacités et du rôle des autorités locales et régionales pour tirer le meilleur parti des technologies numériques, grâce à des connaissances et des mécanismes de financement soutenant des processus de développement et d’achats publics inclusifs et non discriminatoires, permettra aux communautés d’être à l’avant-garde de l’innovation numérique et de voir leurs droits protégés.

C’est pourquoi nous encourageons les responsables et dirigeants des villes à utiliser ces recommandations comme point de départ pour entamer des conversations au sein de leurs organisations et auprès de leurs concitoyens afin de promouvoir une meilleure compréhension des technologies et améliorer leur accès. Nous encourageons aussi les villes à se joindre à la Coalition* et à prendre part au mouvement de renforcement des droits numériques.

La Coalition permettra de mettre en œuvre ces recommandations et de recueillir des informations sur les activités et les bonnes pratiques, afin que les villes et les organisations puissent apprendre comment les mettre en application et comprendre leur impact sur les communautés urbaines. Par ailleurs, la Coalition cherchera à établir des partenariats avec le milieu universitaire et d’autres parties prenantes au sujet de ces recommandations. Des études de cas seront présentées lors de la conférence/session annuelle de la Coalition en septembre.

Il est temps de passer à l’action, en construisant des systèmes numériques inclusifs et en offrant des possibilités dans nos villes pour réduire le fossé numérique et promouvoir des villes pour tous.

Michelle Bachelet Jeria, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme
Maimunah Mohd Sharif, Directeur exécutif d’ONU-Habitat
Emilia Saiz, Secrétaire générale d’United Cities and Local Governments (UCLG)
Anna Lisa Boni, Secrétaire générale d’Eurocities

Les villes qui souhaitent en apprendre davantage sur la Coalition peuvent consulter la liste de contrôle des actions en faveur des droits numériques et remplir le formulaire mis à disposition pour indiquer leur souhait de prendre part à l’initiative.