Header image for news printout

Mali : Les responsables du coup d'État doivent libérer le président Keita, rétablir l’état de droit et respecter les droits de l'homme, déclare l’expert des Nations unies

anglais

GENÈVE (20 août 2020) -- L'expert des Nations unies sur les droits de l'homme au Mali a condamné aujourd'hui l'arrestation et la détention du président Ibrahim Boubacar Keita lors d'un coup d'État militaire le 18 août, et a appelé les responsables du coup d'État à le libérer ainsi que les membres de son gouvernement et à protéger leur intégrité physique ainsi que les membres de leur famille.

« J'appelle les membres du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) à mettre immédiatement fin à cette détention illégale », a déclaré Alioune Tine, l'expert indépendant des Nations unies sur la situation des droits de l'homme au Mali.

« J'appelle également toutes les autorités maliennes à respecter scrupuleusement les droits de l'homme et les libertés fondamentales, à transférer le pouvoir aux civils dès que possible, à rétablir l'État de droit et à assurer la protection des biens et des personnes », a-t-il déclaré.

Il s'est dit très préoccupé par les informations selon lesquelles quatre personnes ont été tuées et 15 autres blessées par la Garde nationale dans la soirée du 18 août. « Tous les responsables de ces violations des droits de l'homme devraient répondre de leurs actes devant les autorités judiciaires maliennes compétentes », a déclaré M. Tine.

Il est significatif que ce coup d'État ait commencé dans la ville de garnison de Kati, près de la capitale Bamako, tout comme le coup d'État de mars 2012 qui a renversé Amadou Toumani Touré, déclenchant une crise qui dure jusqu'à aujourd'hui.

« Cela devrait inciter tous les acteurs nationaux et internationaux à réfléchir à la manière de renforcer les structures de l'État afin de ne pas répéter ces crises, qui ont pour conséquence des violations systématiques et continues des droits de l'homme sur fond de conflits tant au sein des communautés qu'entre elles », a-t-il déclaré.

Tine a salué les efforts de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et du reste de la communauté internationale, y compris le Conseil de sécurité des Nations unies, pour trouver des solutions politiques pacifiques à la crise au Mali, mais a déclaré que les mécanismes doivent être renforcés pour prévenir, gérer et résoudre des crises comme celle-ci en Afrique de l'Ouest.

« J'appelle tout le monde au Mali - les dirigeants politiques, militaires et de la société civile - à faire preuve de retenue et à s'engager dans un dialogue profond afin de rétablir une paix durable, la stabilité et le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales au Mali », a-t-il déclaré.

FIN

L’EXPERT : M. Alioune Tine (Sénégal) a pris ses fonctions d'expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Malile 1er mai 2018. Le mandat d'expert indépendant a été renouvelé par le Conseil des droits de l'homme le 22 juin 2020 pour une période d'un an afin d'aider le gouvernement du Mali dans ses actions de promotion et de protection des droits de l'homme et dans la mise en œuvre des recommandations formulées dans les résolutions du Conseil. M. Tine a été membre fondateur et président de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (RADDHO) et coordinateur du Forum des ONG africaines lors de la Conférence mondiale contre le racisme en 2000. Entre 2014 et 2018, M. Tine a été le directeur régional d'Amnesty International pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Il a publié de nombreux articles et études sur la littérature et les droits de l'homme.

Les Experts indépendants font partie de ce qu’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme « procédures spéciales », qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d’enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme afin de traiter de la situation spécifique d’un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement ; ils n’appartiennent pas au personnel de l’ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et exercent leurs fonctions à titre individuel.

Pour les demandes de renseignements et demandes des médias, veuillez communiquer avec M. Jean Claude Misenga (jmisenga@ohchr.org).

Pour toute requête des médias relative à d’autres experts indépendants des Nations Unies, veuillez contacter Renato de Souza (+41 22 928 9855 /
rrosariodesouza@ohchr.org) et Kitty McKinsey (kmckinsey@ohchr.org).

Suivez les actualités des experts indépendants des droits de l’homme des Nations Unies sur Twitter : @UN_SPExperts.
Le monde actuel vous préoccupe ?
DÉFENDEZ les droits des autres dès aujourd’hui.
Rejoignez la campagne « Défendez les droits de l’homme » (#Standup4humanrights)
et visitez le site Web
http://www.standup4humanrights.org