Header image for news printout

Le Comité des droits des personnes handicapées met un terme aux travaux de sa vingt-troisième session, qui s’est tenue en ligne

GENÈVE (4 septembre 2020) - Le Comité des droits des personnes handicapées a clos, cet après-midi, sa vingt-troisième session, qui se tenait en ligne depuis le 17 août dernier.

Mme Amalia Gamio Rios, Rapporteuse du Comité, a notamment indiqué que, pendant cette session, le Comité avait adopté des décisions concernant sept communications individuelles (plaintes) qui lui avaient été soumises en vertu du Protocole facultatif se rapportant à la Convention relative aux droits des personnes handicapées.  Le Comité a par ailleurs créé un groupe de travail sur la question de la désinstitutionalisation et a poursuivi ses travaux autour de son observation générale sur l'article 27 de la Convention, s’agissant du droit au travail des personnes handicapées – le Comité organisera une journée de débat sur ce thème pendant sa vingt-quatrième session, a précisé la Rapporteuse.

M. Danlami Umaru Basharu, Président du Comité, a ensuite dédié ses remarques de conclusion aux personnes handicapées, dont il a relevé qu’elles comptaient parmi les plus durement touchées par la COVID-19 et par la riposte à la pandémie.  Celle-ci a aggravé l'exclusion et la discrimination à l'égard des personnes handicapées, qu’elles vivent dans leurs communautés ou qu’elles soient encore placées en institution, a déploré M. Basharu.  Les mesures pour contenir la pandémie restreignent l’accès des personnes handicapées aux services de base, a poursuivi le Président, avant de regretter que certaines aides financières et d’autres mesures prises dans le cadre de la COVID-19 ne profitent pas aux personnes handicapées. 

M. Basharu a déploré que des mesures telles que la scolarité à domicile ou le télétravail reviennent à exclure encore davantage les enfants et les adultes handicapés.  Il s’est dit préoccupé par les allégations de violence à l’égard de personnes handicapées – y compris des violences commises par les forces de l'ordre dans un certain nombre de pays – qui ont été portées à la connaissance du Comité. 

Le Comité est aussi gravement préoccupé par la situation de personnes handicapées vivant dans des hôpitaux psychiatriques, des établissements de santé, des maisons de retraite et des dortoirs d’écoles spécialisées, a dit le Président. 

Le Président a déclaré que le Comité exhortait les États parties à la Convention à intégrer la perspective du handicap et du genre dans leurs mesures de lutte contre la pandémie, de même qu’à collaborer avec les personnes handicapées par la consultation et le dialogue.  Le Comité encourage les États parties, lorsqu'ils adoptent des mesures contre la pandémie, à s'inspirer de l’Observation générale n° 5 (2017) du Comité, concernant l’autonomie de vie et l’inclusion des personnes handicapées dans la société.

M. Basharu a enfin remercié quatre membres du Comité dont le mandat se termine à la fin de l'année, à savoir MM. Monthian Buntan, Jun Ishikawa, Laszlo Gabor Lovaszy et Martin Babu Mwesigwa.

À la fin de la séance, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Groupe de travail sur les droits des personnes handicapées de l'Alliance mondiale des institutions nationales des droits de l'homme, ainsi que l'Alliance internationale pour les personnes handicapées, ont prononcé des déclarations. 

La vingt-quatrième session du Comité doit se tenir du 8 au 26 mars 2021 à Genève, sous réserve que ses membres puissent se réunir en personne.  Au cours de cette session, le Comité devra examiner les rapports initiaux du Bangladesh, de Djibouti, de l'Estonie, de la France, de la Jamaïque et du Venezuela.

___________

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel