Header image for news printout

Les experts de l'ONU condamnent la peine de prison prononcée contre un journaliste algérien et demandent sa libération

English

GENÈVE (16 septembre 2020) - Les experts des droits de l'Homme de l'ONU* ont condamné aujourd'hui la peine de prison prononcée en appel à l'encontre d'un journaliste et défenseur des droits de l'Homme algérien, Khaled Drareni, devenu un symbole de la liberté de la presse dans ce pays d'Afrique du Nord. Ils ont appelé les autorités algériennes à annuler la sentence et à libérer Drareni de prison.

"Nous condamnons avec la plus grande fermeté cette peine de deux ans de prison infligée à un journaliste qui ne faisait que son travail, et nous appelons les autorités algériennes à l'annuler et à libérer M. Drareni" ont déclaré les experts.

M. Drareni, 40 ans, avait été condamné en août à trois ans de prison pour avoir filmé des policiers attaquant des manifestants à Alger, sur la base d'accusations officiellement qualifiées « d'incitation à un rassemblement illégal et de mise en danger de l'unité nationale ». Bien que la réduction de la peine de deux ans ait été confirmée hier, "elle est encore grossièrement inappropriée car les accusations portées contre lui constituent une violation flagrante de la liberté d'expression, de la réunion pacifique et d’association", ont déclaré les experts.

La manifestation qu'il a filmée faisait partie du mouvement de protestation Hirak qui a débuté en février 2019 et s'est poursuivi pendant plus d'un an, même après avoir atteint son objectif initial : la destitution du président de longue date Abdelaziz Bouteflika. Les manifestations sont passées de la rue à internet en raison de la pandémie de COVID-19.

Les experts des droits de l'Homme ont également critiqué les mesures juridiques et judiciaires visant à restreindre la liberté de la presse en Algérie, et ont appelé à la libération de tous les militants politiques et défenseurs des droits de l'Homme.

"Nous sommes très alarmés par l'ampleur de la répression de la dissidence en Algérie", ont déclaré les experts. "Les organisations de la société civile, les défenseurs des droits de l'Homme et les journalistes sont de plus en plus surveillés et harcelés dans l'exercice de leur travail légitime".

"En vertu du droit international, toute personne qui surveille une assemblée doit être protégée par l'État, qu'il s'agisse d'un journaliste, membre d'une institution nationale des droits de l'Homme ou d'un simple citoyen", ont déclaré les experts. "Il est inacceptable d'arrêter quiconque - surtout un journaliste - pour la simple diffusion d'une vidéo qui montre les forces de sécurité en train d'utiliser la violence contre les manifestants". 

Ils ont déclaré que les autorités algériennes utilisent de plus en plus les lois sur la sécurité nationale pour poursuivre les personnes qui exercent leurs droits aux libertés d'opinion et d'expression, et de réunion pacifique et d'association.

Les experts ont exprimé leur inquiétude quant aux lois restrictives, dont la loi 20-06, adoptée en débat restreint, qui criminalise la diffusion de fausses nouvelles et le financement de toute association susceptible de porter atteinte à l'État ou aux intérêts fondamentaux de l'Algérie.

"Cette loi ouvre la voie à davantage d'arrestations et de détentions de dissidents, tels que les manifestants et les partisans du mouvement Hirak", ont déclaré les experts.

"Nous demandons instamment au gouvernement de mettre fin à l'arrestation et à la détention d'activistes politiques, d'avocats, de journalistes et de défenseurs des droits de l'Homme, ainsi que de toute personne qui exprime sa dissidence ou sa critique du gouvernement", ont déclaré les experts. "Drareni, et tous les autres qui sont actuellement en prison, ou qui attendent d'être jugés simplement pour avoir fait leur travail et défendu les droits de l'Homme, doivent être immédiatement libérés et protégés".   

FIN

*Les experts: Clément Nyaletsossi Voule, Rapporteur spécial sur les droits à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d'association, Irene Khan, Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expressionMary Lawlor, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'homme, les membres du groupe de travail sur la détention arbitraireLeigh Toomey (Présidente),  Elina Steinerte (Vice-présidente), José Guevara BermúdezSeong-Phil Hong, Sètondji Adjovi

Les Experts indépendants font partie de ce qu’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme « procédures spéciales », qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d’enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme afin de traiter de la situation spécifique d’un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement ; ils n’appartiennent pas au personnel de l’ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et exercent leurs fonctions à titre individuel.

Pour les demandes de renseignements et demandes des médias, veuillez communiquer avec M. Bardia Jebeli (bjebeli@ohchr.org)

Pour toute requête des médias relative à d’autres experts indépendants des Nations Unies, veuillez contacter Jeremy Laurence (+ 41 22 917 7578 / jlaurence@ohchr.orget Kitty McKinsey (kmckinsey@ohchr.org).

Suivez les actualités des experts indépendants des droits de l’homme des Nations Unies sur Twitter : @UN_SPExperts.

Le monde actuel vous préoccupe ?
DÉFENDEZ les droits des autres dès aujourd’hui.
Rejoignez la campagne « Défendez les droits de l’homme » (#Standup4humanrights)
et visitez le site Web 
http://www.standup4humanrights.org